Quip veut être le « Google » du marché des tablettes

Bret Taylor, ancien de Google & Facebook, dévoile aujourd’hui sa nouvelle aventure : Quip, qui ambitionne de devenir le leader du marché des tablettes. Interview.

Le Curriculum Vitae de Bret Taylor a de quoi impressionner. Après avoir co-créé Google Maps et dirigé de nombreux produits chez Google, il a créé le réseau social Friendfeed, ensuite racheté par Facebook où il a donc officié comme CTO.

Mais Bret se soucie peu de son CV, il n’est pas à la recherche d’un poste… il veut de nouveau créer sa propre aventure.

Pour lui, le monde des technologies a connu trois grandes ruptures :

1) La forte croissance du marché des PC, que Microsoft a parfaitement bien négociée.

2) La forte croissance d’internet, qui a été dominée par Google.

3) Et une dernière en cours qui est l’explosion du marché des tablettes, un secteur toujours en attente de son “leader”.

Il y aurait donc une opportunité pour une petite start-up de prendre cette place de leader… être le nouveau Microsoft ou le nouveau Google.

Bret Taylor verrait bien Quip être ce nouvel acteur.

Cela commence par un produit déjà disponible sur iPad, iPhone, web (et une version pour l’instant limitée sur Android). Quip est un traitement de texte d’un nouveau genre, qui a été pensé pour le mobile et qui souhaite apporter la meilleure expérience sur tablettes & smartphones.

Ensuite, Bret Taylor et son équipe dérouleront une série d’applications pour proposer la suite de productivité d’une nouvelle ère (avec probablement un volet Powerpoint, Excel, messagerie, …)

Interviewé par Presse-Citron, Taylor répondit à nos questions avec passion et bonne humeur.

Presse-Citron : Vous avez été impliqué dans la création de Google Maps, puis de FriendFeed et maintenant de Quip, la cartographie, un réseau social et la productivité. Contrairement à de nombreux serial-entrepreneurs qui essayent de résoudre le même problème dans leurs multiples entreprises, il semble n’y avoir aucun lien entre vos 3 créations… comment expliquez-vous cela ?

Bret Taylor : Il y avait une blague récurrente dans l’équipe Google Maps : le fait que nous étions en vérité les pires personnes à qui demander son chemin, tant nous avions un très mauvais sens de l’orientation.

C’est la même chose pour Quip, j’ai évidemment toujours été un utilisateur des suites de productivité… mais je suis loin d’être un expert. Et je pense que lorsque l’on appréhende un problème dont on n’est pas familier, avec une part de naïveté, vous avez la possibilité d’apporter un produit plus ambitieux, avec une approche différente de celle que pourrait avoir une équipe qui a le nez sur le problème depuis des années.

Quip, c’est une approche fraîche pour un produit largement utilisé depuis des décennies. Une nouvelle façon de penser un marché, en arrivant par l’usage de la tablette… qui tend de plus en plus à être davantage utilisée que le PC.

Presse-Citron : Pourriez-vous être dans l’optique de recopier le modèle Friendfeed et vendre Quip d’ici quelques temps à Google/Microsoft/etc. ?

Bret Taylor : Comme je le disais plus tôt, je pense qu’il y a vraiment une opportunité pour profiter de ce changement du PC vers le mobile. Nous voulons vraiment construire la plus grande compagnie possible, la suite de productivité d’une nouvelle ère.

Presse-Citron : Avez-vous eu l’opportunité de discuter de Quip avec des personnes travaillant dans les équipes de Google Docs, Microsoft Office ou Apple iWork ?

Bret Taylor : Uniquement des ex-employés qui nous ont montré énormément de soutien. L’approche collaborative, la manière de pouvoir discuter sur un document… c’est une fonctionnalité que beaucoup souhaitaient apporter… mais n’avaient jamais pu le faire.

Presse-Citron : Vous avez travaillé pour Google & Facebook, deux boîtes qui font rêver énormément de monde… et vous avez pourtant quitté les deux pour créer vos propres start-ups. Quelle est la chose qui vous attire le plus dans les débuts d’une nouvelle aventure ?

Bret Taylor : C’est une très bonne question. La meilleure chose quand on lance sa start-up dans la Silicon Valley, c’est que vous pouvez vous concentrer entièrement sur votre marché… sans avoir à se tourner vers ce qui a été fait auparavant.

Il suffit de regarder Microsoft. Ils ont parfaitement conscience du shift vers les tablettes… mais ils ont une importante base clients et c’est difficile d’apporter du changement. Quand vous êtes dans les premiers jours d’une start-up, vous pouvez faire exactement ce que vous voulez. Vous partez d’une page blanche et vous pouvez révolutionner un marché.


3 commentaires

  1. Effectivement, il y a un besoin qu’aucun des acteurs ne couvre totalement aujourd’hui rivés qu’ils sont tous à la suite Office.
    Mais la barre est haute car disposer d’un traitement de textes sur un bousin de 4″, à mon avis, c’est d’abord le bousin qu’il faut remettre en cause.
    Et, du reste, pourquoi se limiter au texte ? Dessins (art, industriel), calculs (calculatrice, tableur), gestion de projet, etc devraient faire partie du projet.

    db

  2. Pour info, impossible de lire cette news sur l’appli PresseCitron Android (après vidage mémoire, redémarrage téléphone et appli, réinstallation de l’appli). L’appli crashe systématiquement, en tout cas sur mon S4. Vraiment bizarre, les autres news c’est ok, mais celle-ci veut pas passer.

  3. Valentin-Pringuay on

    @Niko : Merci pour l’info ! Très étrange. Je vais jeter un coup d’oeil pour voir ce que l’on peut faire. On dirait que ce n’est pas que sur le S4… ça vient de me le faire sur un LG.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Samsung investit $500 millions pour de nouvelles infrastructures chinoises

Samsung Electronics va faire un investissement de $500 millions pour la construction de nouvelles infrastructures en Chine.

Fermer