Qwiki : grandeur et décadence d’une start-up qui faisait rêver

Qwiki, une start-up découverte pour la première fois en 2010, avait réussi très rapidement à faire rêver avec sa technologie. 3 ans plus tard, le produit offert par Qwiki n’a plus grand chose à voir avec les ambitions initiales, et c’est bien dommage.

Il était une fois un chercheur américain d’origine française, Louis Monier, qui après avoir co-fondé AltaVista, et tenu des postes chez Google, ebay ou encore Cuil, présentait Qwiki.

qwiki Qwiki : grandeur et décadence dune start up qui faisait rêver

C’était au TechCrunch Disrupt de Septembre 2010, un jeune Doug Imbruce était monté sur scène pour présenter ce qu’il désignait comme le futur de la consommation d’informations.
Concrètement, un moteur de recherche qui va répondre à vos requêtes avec des clips de 2 minutes où une voix digitalisée vient vous donner toutes les informations avec des photographies et infographies à l’appui.
Aujourd’hui, ce concept ne paraît pas si futuriste, mais plus d’un an avant de découvrir Siri, Qwiki avait un véritable goût de science-fiction.
Mais la vision de Qwiki semblait aller bien plus loin puisque la présentation se terminait par la démonstration d’un assistant intelligent qui vous réveille le matin d’un « Bonjour Doug, il est 7h du matin » et vous donnait des informations sur la météo, le risque de pluie et vos rendez-vous de la journée (avec une blague à propos d’un rendez-vous avec Natalie Portman que certains d’entre vous se rappellent peut-être).

qwiki dream Qwiki : grandeur et décadence dune start up qui faisait rêver

Grandeur et décadence d’une start-up

Qwiki avait fait rêver de nombreuses personnes ce soir-là.
Quelques mois plus tard, ils annonçaient une levée de 8 millions de dollars en même temps que le lancement du produit en Alpha, puis une levée d’encore 1 million.
Une application iPad sortira en Avril 2011, le mois où Louis Monier quittera l’aventure.
C’est à partir de là que Qwiki deviendra beaucoup plus silencieux.
La technologie était impressionnante, mais le public voulait-il réellement qu’une personne lui lise la page Wikipedia d’une voix digitalisée ?
Après 2-3 essais pour le fun, de nombreuses personnes ont dû faire comme moi, retourner à leur ancien mode de recherche qui se révélait beaucoup plus efficace pour trouver l’information que vous recherchez vraiment.
De nombreuses personnes ne cessaient de supplier Qwiki de sortir son application d’assistant personnel que l’on imaginait bien en réveil matin.

qwiki iphone Qwiki : grandeur et décadence dune start up qui faisait rêver

Soyons ambitieux, copions les autres

Où en est Qwiki aujourd’hui ? Un rapide tour sur l’App store vous fera découvrir leur nouvelle application qui est actuellement « La sélection de l’App Store ». Ils ont d’ailleurs définitivement débranché la « prise » de leur ancien produit pour présenter celui-ci.
Mais attendez-vous à une belle déception : Qwiki est devenu une nouvelle application de partage de vidéo.
En effet, Vine ou Cinemagram aura eu raison de leur ambition propre, et les aura poussé à se lancer dans le nouveau secteur à la mode.
L’application n’est pas mauvaise, loin de là, mais où sont passées les étoiles dans vos yeux en voyant un assistant personnel ? Dans une galaxie lointaine, très lointaine…

12 commentaires

  1. L’innovation était trop disruptive pour rencontrer son marché, n’est-ce pas le propre et l’intelligence d’une start-up de savoir rapidement retourner sa veste pour continuer d’exister ?

  2. Quelle déception… Je me souviens encore lorsque j’avais découvert ce projet que j’avais trouvé excellent il y a un peu plus de 2 ans et maintenant abandonné…

    Pourtant, je pense qu’il y a de belles choses à faire avec un moteur de recherche de ce type !

  3. Valentin Pringuay on

    Bonjour @Yanis_K : Je ne peux être que d’accord avec cette idée que cela fait partie de l’intelligence d’une start-up de savoir retourner sa veste… mais c’est tout de même bien dommage de voir que ce qui avait fait le plus rêver dans leur techno (l’assistant personnel) n’a jamais été implémenté. Ils recevaient pourtant des milliers de demandes de personnes de gens qui rêvaient de payer pour avoir ça sur leur téléphone ;)

  4. Pingback: Qwiki : grandeur et décadence d’une start-up qui faisait rêver | PJExploration

  5. @Yanis_K: si c’est pour proposer quelque chose de vu et revu je ne vois pas l’intérêt de pivoter. En même temps c’est plutôt le panurgisme des investisseurs qui est à blâmer, parce que malheureusement je suis à peu près certain qu’en ce moment une n-ième appli de partage de vidéo trouve plus facilement des fonds qu’un projet vraiment innovant.

  6. Le probleme revient bien souvent a celui qui à financer le prjet et qui ne souhaite pas perdre ces billes. Ensuite le projet est peut-etre seulement en sommeil pour l’instant.

  7. Il y a 1 mois environs je les ai contacté à ce sujet. On m’a confirmé le « changement de direction » et l’abandon du rendez-vous avec Nathalie Portman :(

  8. Bonjour valentin, avec des milliers de demandes pour cet assistant personnel, c’est effectivement bizarre qu’il n’est pas voulu vendre ce service… Peur de générer trop de CA ? Un BP pas convaincant ? Il manque peux-être une donnée quelque part ?
    @Kaféine : sympa le blog ;). On en peut pas condamner un investisseur de se diriger vers un business ayant plus d’attrait économiquement.

  9. @Yanis_K: Merci :)

    BIen sûr, un investisseur recherche la rentabilité et c’est normal, mais je ne suis pas sûr que singer les autres soit le meilleur moyen de s’enrichir. OK on est sûr qu’il y a de la demande et que son concept sera bien compris, mais on n’a quasiment aucun moyen de se différencier des autres (une appli de partage de vidéo c’est une appli de partage de vidéo), qui existent depuis plus longtemps. Et au final il ne peut en rester qu’un (qui n’est d’ailleurs même pas sûr de gagner de l’argent).

    Donc est-ce que c’est vraiment plus sûr qu’un concept vraiment original, pour lequel on sait qu’on touchera le jackpot si ca marche? Sachant qu’on parle de VC qui pèsent des millions et qui diversifient leurs investissements, pas de quelqu’un qui va tout miser sur un seul projet (auquel cas effectivement il vaut peut-être mieux tenter un trux pépère).

  10. Quand on voit que l’un des auteurs de Diaspora, le réseau social censé remplacer Facebook, s’est tout bonnement suicider vu l’échec de son produit et les énormes sommes d’argent mises en jeu… (d’ailleurs ce réseau avait des faux airs de Google+). Il faut bien se dire que quelque soit le buzz et les tours de tables, une technologie doit investir silencieusement notre quotidien et devenir une évidence de par son utilité. Pas une rêverie futuriste inutile au commun des mortels…

  11. L’aventure Odeo en son temps était aussi une belle promesse. M’est avis que les fondateurs de Twitter l’ont encore quelque part…

Lire les articles précédents :
applis1
Les applis à télécharger cette semaine : Greenbureau, Spotify, Babble Planet & Fresh Paint

Greenbureau pour consulter vos factures et papiers sur iPhone, Spotify enfin sur WP8, l'application Babble Planet pour iPad exceptionnellement gratuite...

Fermer