Norton by Symantec a révélé hier de nouveaux résultats concernant son étude sur les Français et leur usage des téléphones mobiles. S’il apparaît que les appareils sont devenus de plus en plus importants dans la vie de leurs propriétaires, il en ressort également que leurs utilisateurs laissent de côté la sécurité.

Au fil des années le téléphone mobile est devenu partie intégrante de nos vies, si bien qu’aujourd’hui 33% des utilisateurs français déclarent ne plus pouvoir s’en passer. Leur usage s’est également développé au fur et à mesure, conduisant les gens à laisser de plus en plus d’informations sur leur smartphone (coordonnées bancaires, accès aux boites mail..).

La protection physique

Cependant, les Français ne prennent pas les mesures nécessaires pour protéger toutes ces données sensibles. Alors que 65% d’entre eux déclarent stocker du contenu confidentiel sur leur mobile, 36% ne prennent même pas la peine de les protéger via un mot de passe. Rappelons que la première protection pour éviter la perte de ses données est la protection « physique », empêcher à quelqu’un d’accéder directement aux informations (via un mot de passe par exemple) reste le meilleur moyen de les préserver.

La perte ou le vol de son téléphone n’est pas un phénomène rare puisque trois Français sur dix sont concernés. La crainte est alors que leur nouveau propriétaire s’en serve pour passer de nombreux et coûteux appels (40%), qu’il s’amuse à effectuer des achats avec le téléphone (30%) ou encore qu’il utilise les informations du téléphone pour usurper leur identité (25%). En plus d’une perte financière (parfois lourde), la perte de son mobile équivaut à autoriser un inconnu à accéder à ses e-mails, à du contenu professionnel, à des mots de passe stockés ou encore à des coordonnées bancaires.

RapportNorton Selon Norton, les mobinautes ne protègent pas encore suffisamment leurs données

La protection contre la cybercriminalité

La protection physique n’est bien évidemment pas la seule à devoir être mise en place car il existe une cybercriminalité mobile. A l’instar de la criminalité sur ordinateur, les dangers peuvent provenir de nombreuses sources et les Français ne semblent pas y être complètement préparés. 47% déclarent parfois télécharger des applications de sources douteuses et 59% effectuent des achats en ligne non sécurisés, autant de points d’accès pour les cybercriminels.

Autre danger, les points de connexion Wi-Fi ou non sécurisés. Alors que 49% des Français les utilisent pour consulter leurs mails et 19% pour accéder à leur compte bancaire en ligne, ces points peuvent être ciblés par des « renifleurs ». Les « renifleurs » sont des pirates malintentionnés qui utilisent les accès Wi-Fi non sécurisés pour récupérer les données qui transitent et ainsi, les données sensibles de certains usagers.

Vers un usage sécurisé

« En installant un logiciel de sécurité mobile qui vous protège contre les menaces en ligne et vous permet de verrouiller votre appareil, de le localiser et d’effacer son contenu à distance, vous sécurisez votre vie personnelle et la protégez contre les intrus potentiels » selon Laurent Heslault, expert en cybercriminalité chez Norton.

Aujourd’hui, les utilisateurs savent comment protéger leur ordinateur contre les nombreuses menaces en ligne mais semblent plus laxistes avec leur téléphone mobile qui pourtant, ne contient pas moins d’informations sensibles.