Scoop.it, plateforme de curation qui permet à chacun de créer facilement et rapidement sa page autour des sujets favoris, vient de franchir le cap des 5 millions de visiteurs uniques en septembre 2012, un chiffre en progression de 25% par rapport au mois précédent.

Qui a dit que la curation était un truc bidon ? Certainement pas les fondateurs de Scoop.it, startup franco-californienne qui, à l’instar de Pearltrees (autre français) semble avoir trouvé le sésame pour rassembler une forte audience autour d’une machine à pages vues.

Scoop.it, plateforme de curation qui permet à chacun de créer facilement et rapidement sa page autour des sujets favoris en assemblant sur celle-ci différentes sources en provenance de différents médias, vient de franchir le cap des 5 millions de visiteurs uniques en septembre 2012, un chiffre en progression de 25% par rapport au mois précédent.

Pas mal si l’on considère que le site a été lancé dans une relative discrétion il y a à peine deux ans autour d’un concept qui était loin de faire l’unanimité et qui compte, il faut bien l’avouer, nombre de détracteurs, surtout en France d’ailleurs, pays où l’on aime créer des problèmes quand ils n’existent pas.

scoopit hootsuite Scoop.it, 5 millions de visiteurs uniques et une intégration dans HootSuite

Loin des polémiques, Scoop.it a tracé sa voie (peut-être que l’installation de la startup à San Francisco fut dans ce sens une bonne décision) et annonce ce jour une intégration de ses services dans HootSuite, la plateforme de gestion de médias sociaux à destination des professionnels, connue récemment pour avoir absorbé Seesmic (créé par un autre français, Loic Le Meur).

Concrètement, l’application Scoop.it est désormais disponible dans le répertoire d’applications de HootSuite, ce qui va permettre aux utilisateurs de monitorer, assembler et publier leurs contenus au même endroit, et de « re-scooper » des contenus du flux.

Une intégration qui intéressera probablement surtout les professionnels qui souhaitent à la fois compléter et rationaliser leur arsenal de veille.