Selon Microsoft, la PS4 Pro ne pourra pas faire de vraie 4K

Selon un employé de Microsoft, 4,2 teraflops, ça ne suffit pas.

une-manette-de-playstation-4

Il y a quelques semaines, Sony a dévoilé la PS4 Pro, une version plus puissante de sa console actuelle, qui promet un meilleur graphisme ainsi que le support de la 4K pour les jeux vidéo compatibles. Mais pour Albert Penello, lead planning chez Microsoft, ce que la PS4 a sous le capot ne suffit pas pour proposer la vraie 4K.

« Je sais que 4,2 teraflops (l’une des caractéristiques de la PS4 Pro, ndlr), ça ne suffit pas pour faire de la vraie 4K », a-t-il déclaré au sujet de la nouvelle console de Sony, dans une interview avec le site Eurogamer.

Si l’employé de Microsoft évoque le nombre de teraflops de la PS4 Pro de Sony, c’est parce qu’à l’instar du constructeur nippon, la firme de Redmond prépare également une version plus puissante de la Xbox One. Pour le moment, son nom commercial n’est pas encore connu, et il est souvent appelé « Porjet Scorpio ».

On ne connait pas encore toutes les caractéristiques, mais Microsoft a déjà révélé que cette console dopée aura droit à 6 teraflops. D’ailleurs, son lead planning n’a pas hésité à décrire cette console, qui sera dans les étales à partir de 2017, comme étant la « plus puissante console jamais créée ». Et avec ses 6 teraflops, Albert Penello pense que le projet Scorpio sera en mesure de produire ce qu’il appelle « de la vraie 4K », contrairement à la PS4 Pro de Sony.

Après, il reste le prix. La PS4 Pro sera proposée à 399 euros. Et pour le moment, le prix du projet Scorpio n’est pas encore connu. Mais si la différence est significative, certains joueurs opteront peut-être quand même pour la super-console de Sony, même si elle ne produit pas de la vraie 4K, comme l’avance l’employé de Microsoft.

(Source)

Répondre

Lire les articles précédents :
femme-developpeur-code-binaire-informatique-hacker
Allo : sacrifierez-vous votre vie privée pour de nouvelles fonctionnalités ?

Afin de proposer certaines des fonctionnalités de l’application Allo, Google a dû faire un compromis sur la confidentialité.

Fermer