SEO : le nombre de fans ou de followers n’influerait pas sur le rĂ©fĂ©rencement dans Google

Petite clarification par Matt Cutts, responsable de Google Webspam : les signaux sur Facebook et Twitter ne sont pas pris en compte par l’algorithme de rĂ©fĂ©rencement de Google. En tout cas pas directement. Nous sommes bien avancĂ©s…

Matt Cutts - YouTube screenshoot

Sur une vidĂ©o adressĂ©e aux webmasters, Matt Cutts a rĂ©pondu Ă  une question d’un internaute, que de nombreux webmasters et Ă©diteurs de sites se posent : « Les signaux Facebook et Twitter font-t-ils partie de l’algorithme de classement ? A quel point sont-t-ils importants ? »

En rĂ©ponse Ă  cette question, ce haut responsable chez Google a donnĂ© une clarification importante. Selon lui, lorsque Google a la possibilitĂ© d’explorer une page sur les rĂ©seaux sociaux, celle-ci est traitĂ©e comme toutes les autres pages. Mais selon ses connaissances, les signaux comme le nombre de folllowers sur Twitter ou sur Facebook ne font pas partie de l’algorithme qui classe les pages web sur les rĂ©sultats de recherche.

Une petite contradiction

Il y a tout de mĂȘme de quoi mettre le tournis chez certains rĂ©fĂ©renceurs, dans la mesure oĂč Matt Cutts avait affirmĂ© en 2010 que Google tentait de prendre compte de la notoriĂ©tĂ© de l’auteur ou du crĂ©ateur sur Facebook et Twitter. Mais comme vous le savez, l’algorithme de Google change Ă©normĂ©ment. A cela s’ajoute le fait qu’il y a de nombreuses pages sur les rĂ©seaux sociaux auxquelles les robots de Google ne peuvent pas accĂ©der.

Une corrélation mais pas une relation de cause à effet

Depuis longtemps, de nombreux rĂ©fĂ©renceurs ont associĂ© bon rĂ©fĂ©rencement et notoriĂ©tĂ© sur les rĂ©seaux sociaux (liens, nombre de followers et de like). Mais Matt Cutts estime qu’il s’agit actuellement d’une corrĂ©lation et non d’une relation de cause Ă  effet. Lorsque les internautes trouvent quelque chose de bien sur une page ou un article, ils donnent du « like », ils partagent et certains font des liens vers celle-ci. Ces liens peuvent ensuite ĂȘtre bĂ©nĂ©fiques au rĂ©fĂ©rencement de la page s’ils sont visibles par les robots de Google. VoilĂ  donc comment la mĂ©canique virale des rĂ©seaux sociaux peut intervenir dans le rĂ©fĂ©rencement : indirectement.

L’importance des rĂ©seaux sociaux

Matt Cutts ne remet pas pour autant en cause l’importance des rĂ©seaux sociaux, lui-mĂȘme Ă©tant trĂšs actif sur Twitter. D’aprĂšs le responsable de Google Webspam, ce sont toujours des outils fantastiques pour rediriger du trafic vers un site. Ceci est vrai, mĂȘme si les pages Facebook ont de moins en moins de visibilitĂ©. De nombreux experts estiment qu’en 2014, il sera difficile de lancer quelque chose sur le numĂ©ro un des rĂ©seaux sociaux sans sortir un peu de cash.

Mais n’oublions pas non plus qu’aux yeux des internautes, un nombre important de fans sera souvent interprĂ©tĂ© comme un signe de notoriĂ©tĂ©.

Source : Matt Cutts

4 commentaires

  1. C’est amusant c’est opĂ©rations de com psychologique, – Ă  une question d’un internaute ou d’un membre de l’Ă©quipe – on a l’impression que les questions et les rĂ©ponses sont planifiĂ©es d’avance, et les signaux Google Plus on en pense quoi alors ?

  2. D’aprĂšs ma petite expĂ©rience je pense que le nombre de tweets et partage sur Facebook compte Ă©normĂ©ment.

  3. Pris en compte ou pas, les réseaux sociaux deviennent une part importante de tout le trafic internet.

    Il est donc primordial de s’y trouver. Pour tous ceux qui ont une activitĂ© d’entrepreneurs.

    Thierry

Lire les articles précédents :
La cartouche de jeu Ă  99 000 dollars

Vendue aux enchÚres sur eBay, une cartouche de Nintendo NES un peu spéciale a atteint 99 902 dollars.

Fermer