Shadow, un PC superpuissant dans le cloud : le futur de l’ordinateur ?

Les 500 Shadows en précommande se sont écoulés en moins de 24 heures ! Découvrez cette solution prometteuse pour ceux qui ont besoin d’un PC aux performances de pointe.

Shadow, c’est l’aboutissement de l’aventure de 4 entrepreneurs qui ont lancé leur startup Blade il y a un an, après des mois de réflexions sur le futur de l’ordinateur. Faisant fi de la mauvaise presse qu’avait le cloud computing, ils se lancent le défi de réussir à proposer une solution qui apportera de la puissance, sans latence et sans compromis sur la résolution des images.

fondateurs-shadow-blade

3 des 4 fondateurs de Blade : Stéphane Héliot, Emmanuel Freund et Acher Criou (de gauche à droite)

Dans leur petit bureau parisien, ils travaillent d’arrache-pied et passent les écueils les uns après les autres. Ils réalisent une première levée de fonds de 3 M€, rapidement complétée par 10 M€ supplémentaires (Michael Benabou de vente-privée.com, Pierre Kosciusko-Morizet de Priceminister et un riche homme d’affaires thaïlandais rentrent notamment au capital).

En juin 2016, « ils savent que ça va marcher », confie Emmanuel, cofondateur. Et pour conquérir le marché, quoi de mieux que de s’attaquer à ceux qui sont les plus exigeants techniquement : les gamers et les gamers professionnels. L’objectif est de les convaincre d’aller en compétition avec un Shadow. Comment ? En leur faisant tester à l’aveugle un ordinateur haut de gamme de gamer et un ordinateur lambda équipé de Shadow. Depuis, Luffy, champion du monde de Street Fighter est devenu leur « égérie ». Ils équipent également une équipe de pro gamers du jeu Overwatch. Ces joueurs vivant des gains remportés en compétition, il ne peuvent pas se permettre de mauvais choix de matériel : le fait qu’ils utilisent Shadow est un label de reconnaissance très important pour la startup. Cela va leur donner toute la crédibilité nécessaire pour se développer auprès des gamers mais aussi des autres professionnels et particuliers qui ont besoin de puissance, sans avoir ni l’envie ni le budget pour changer de machine tous les 2 ans.


Comment Shadow a-t-il résolu les problèmes de latence observés avec les autres solutions de cloud computing ? La startup est partie du principe de proposer à chaque utilisateur des composants dédiés (et non des ressources partagées). Les CPU, cartes graphiques et autres composants d’un ordinateur sont installés dans une salle d’un datacenter avec lequel la startup a monté un partenariat. Cette salle est reliée à la fibre de chacun des opérateurs pour permettre un transit direct.

datacenter-shadow

La salle du datacenter avec les équipements de la startup Blade

Le device Shadow est un petit boitier noir qu’il suffit de brancher à son ordinateur pour que ce hardware procède au décodage de ce qu’il reçoit du datacenter. Il rend n’importe quel PC très puissant, à la condition d’avoir une bonne connexion internet, idéalement en fibre.

Edit du 31/10/2016 – Précision indispensable : il est aussi possible de brancher Shadow à un simple écran, un clavier et une souris, ou même à une télévision.

En rendant visite à l’équipe de Blade, j’ai pu moi-même constater des résultats impressionnants, en faisant un test comparatif avec un PC à 300 € équipé de Shadow et l’autre non. Un traitement d’image complexe sur Photoshop s’est réalisé quasi instantanément avec le premier, tandis qu’avec le second il a fallu être patient.

emmanuel-freund-blade-et-helene-quaniaux

La configuration proposée permet aux gamers de jouer à tous les jeux du marché, en conditions optimales :

  • 6 threads d’un processeur serveur Intel Xeon
  • 12 Go de RAM
  • 256 Go de SSD
  • Une carte graphique NVIDIA GeForce GTX 1070 dédiée

Shadow promet que ce sera « votre dernier ordinateur » car ils changeront régulièrement les composants pour rester à la pointe de la technologie. 3 prix sont proposés : 29,95 € pour un engagement d’un an, 34,95 € pour un engagement de 3 mois et 44,95 € sans engagement.

Les 500 premiers Shadows ont été mis en vente jeudi 27 octobre à 20h30 sur www.shadow.tech. Au moment de la publication de cet article, moins de 24h plus tard, tout le premier batch à livrer avant noël avait été vendu et il ne restait plus que quelques unités du Shadows du batch suivant (livrés en mars 2017). Un vrai succès pour la startup !

Voici la vidéo de présentation, et ceux qui ont prévu d’aller faire un tour à la Paris Games Week pourront y retrouver l’équipe de Blade et tester Shadow.


Nos dernières vidéos

8 commentaires

  1. « Le device Shadow est un petit boitier noir qu’il suffit de brancher à son ordinateur » Vous etes sur que cest pas un PC a part entiere ? Il n’a jamais été question que ce soit branché a un PC …

    • Hélène Quaniaux on

      Bonjour, On peut en effet le brancher à ce que l’on veut : un PC, un écran, une TV… J’ai ajouté cette précision à l’article.

  2. Pourquoi vous censurez les messages?
    L erreur est humaine mais de la écrire  » a brancher sur un pc  » 😂

    • Eric

      Bonjour, il n’y a pas de censure, votre commentaire est tombé dans l’antispam, il est débloqué et publié maintenant. Si Hélène a fait une erreur dans son article elle va la corriger en tenant compte des remarques dans les commentaires.

Répondre

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
ZTE Axon 7 Max : le retour de la 3D sur smartphone

ZTE vient de lever le voile sur un nouveau téléphone, l'Axon 7 Max. Il est équipé d'un écran 3D.

Fermer