Sharetribe : le WordPress de l’économie collaborative

Sharetribe est une plateforme qui permet à une communauté physique de se créer un espace en ligne pour partager des services ou des biens.

C’est en marge des conférences de la OuiShare Fest (1er événement européen sur la consommation collaborative) que j’ai pu faire la connaissance de Thomas Malbaux, country manager France de Sharetribe.

Sharetribe : un projet d’études finlandais

Toute l’histoire commence en Finlande où un groupe de 4 étudiants à décidé de travailler sur ce projet lors de leurs études.
L’idée était simple… plutôt que de créer un énième service permettant de se créer une communauté en ligne… ils souhaitaient amener un service qui serait à même de rassembler une communauté physique déjà existante, sur un espace en ligne.
Sharetribe vous permettra donc de créer une communauté (ici appelée tribu) qui pourra être votre entreprise, votre campus, votre immeuble ou quartier.
Pour l’exemple, les employés d’une même entreprise sont donc invités à proposer les biens ou services qu’ils sont en mesure de vous offrir.

Et contrairement à une place de marché classique, la rétribution du service ou bien pourra être différente d’après la typologie de la tribu visée.
Vous possédez une PS3 qui ne vous sert plus à rien et souhaitez en faire profiter les gens autour de vous. Vous pouvez en même temps la proposer au prêt pour 5€ la semaine pour les personnes de votre immeuble… tout en offrant de la prêter gratuitement à une personne de votre bureau avec qui vous êtes plus proche (sachant qu’il y aura probablement un retour d’ascenseur plus tard).

Le modèle économique de Sharetribe

Sharetribe existe depuis 1 an et demi maintenant. Il est entièrement gratuit pour les particuliers, mais possède un modèle payant à destination des entreprises.

En effet, Sharetribe va faire payer une entreprise qui souhaiterait proposer le service en marque blanche (ou grise), depuis un nom de domaine personnalisé du type partage.monentreprise.fr
La société facture également des prestations supplémentaires de modération, de connexion à l’annuaire d’entreprise ou d’animation au sein de l’entreprise pour promouvoir l’outil.
Le service premium est pensé sur la base de 1€ par mois et par utilisateur (même s’il sera possible de négocier ce prix à la baisse pour une entreprise dépassant un certain nombre d’employés).

Mais Sharetribe est un projet entièrement open-source… cela signifie qu’une entreprise qui aurait les ressources nécessaires pourrait décider de l’installer sur ses serveurs sans aucun frais.

Sharetribe, le WordPress de l’économie collaborative

Au final, que ce soit dans l’esprit ou dans la présentation, Sharetribe partage de nombreuses valeurs avec l’outil de création de mini-réseaux sociaux Ning.

Sharetribe vise la plus grande simplicité en permettant de mettre en place un espace.sharetribe.com en 4 minutes montre en main.
Il suffit ensuite d’inviter via adresse mail ou de mettre un code dans le hall de l’immeuble pour que chacun puisse s’inscrire.

De nombreuses discussions autour de l’économie collaborative vont mettre en exergue l’importance de la confiance. En effet, il s’agit du plus grand frein lorsqu’il s’agit de partager sa maison ou sa voiture avec un inconnu.
Sharetribe souhaite prendre à revers cette problématique en proposant une surcouche d’économie collaborative à appliquer à une communauté en laquelle vous avez déjà confiance.
Sharetribe peut donc être en même temps un Zilok, BlaBlaCar, LeBonCoin… mais avec un aspect ultra-local.

Dans sa démarche de plateforme open-source utilisable à petite et grande échelle, Sharetribe souhaite véritablement se positionner en WordPress de l’économie collaborative.


11 commentaires

  1. En effet, pas trop confiance de prêter ma maison à un inconnu. Il me faudrait une sorte de charte d’engagement, de confiance de la part de Sharetribe.

  2. Merci pour cet article! Je trouve que l’idée est bonne, échanger des services ou des biens entre une communauté définie et qui se connait, permet une confiance entre ces derniers. C’est pratique et je pense que c’est positif socialement aussi.

  3. Projet intéressant… tant sur l’idée que sur le business plan !
    Étonnant et surprenant même que ce service existe depuis maintenant longtemps, et qu’il n’ait pas fait encore autant parler de lui (à moins que ce ne soit moi qui ne connaisse pas, ce qui est tout à fait possible également 😉 ).

    A tester !

  4. Merci pour vos commentaires 🙂

    @Terres de France : Dans le cas de Sharetribe, vous échanger biens et services avec des gens (une tribu) que vous connaissez déjà. Vos voisins, vos collègues… Vous partagez donc déjà des points communs avez eux et une forme de confiance existe déjà ! Ce n’est donc pas tout à fait avec un inconnu que vous échangez.

    @Stephan : Merci pour votre enthousiasme ! Vous avez bien saisi l’élément différenciant de Sharetribe. Il est vrai que cela a aussi un véritable impact social. Par exemple, dans la tribu pour mon immeuble, j’ai pu découvrir des voisins très intéressants que je n’avais alors jamais croisé ! Nous avons aussi l’exemple d’un village dans l’ouest de la France qui permet toujours plus de vie grâce à des échanges entres voisins. Enfin, dans les entreprises, cela permet des rencontres plus informelles entre collègues. Finalement, beaucoup de gens sont prêt à aider des proches et c’est une valeur forte de Sharetribe !

    @Raphael Bérenger : Merci pour ce commentaire ! Nous essayons de faire connaître Sharetribe autant que possible (même si ce n’est pas toujours évident). Nous comptons donc sur vous, maintenant que vous en avez entendu parler, pour diffuser l’information à tous ceux qui pourraient être intéressés comme vous l’êtes 🙂 N’hésitez pas à me contacter par email si vous avez d’autres questions.

  5. Ouais. J’utilise un service un peu comme cela depuis plus de 10 ans, c’est l’extranet de mon entreprise. Bon, c’est pour le boulot, mais il y a une partie petites annonces, blogs et forum.

  6. @moteurnature : C’est vrai, il y a de nombreuses similarités avec un extranet d’entreprise. Cependant, cette solution n’est pas souvent mise en place dans les sociétés (c’est chouette que la votre le propose !) et Sharetribe permet aux entreprises petites et moyenne de le faire simplement ! Des options dédiées (connection à l’annuaire d’entreprise, marque blanche…) sont d’ailleurs proposées. On peux également toucher des particuliers, des associations, des campus : bref, un champ bien plus important qu’un extranet ne le permet. Le champ des possibles avec Sharetribe est très vaste : tout projet autour d’une place de marché P2P peut probablement commencer avec Sharetribe.

    Dans tous les cas, n’hésitez pas à en parler dans votre entreprise et à me contacter, peut être que Sharetribe pourra s’y intégrer !

  7. @EBL : merci pour votre remarque 🙂 N’hésitez pas à jeter un oeil à et me contacter si vous souhaitez déployer une tribu où que ce soit !

  8. Excellent, mais depuis le temps (Sharetribe a été créée début 2012 je crois bien), n’y-a-t-il pas des concurrents qui ont essayé de s’implanter sur ce marché?

  9. @KR :
    Sharetribe est même plus ancien que cela car le début du projet (dans une forme un peu différente cependant) date de… 2008 !
    Le positionnement actuel « un outil qui permet de créer votre place de marché », comme le fais WordPress avec les blogs ou Shopify avec les magasins, est cependant en effet plus récent.

    Bien sûr Shareribe a des concurrents et nous essayons chaque jour d’évoluer pour mieux répondre aux besoins des clients et nous différencier. Il y a cependant encore assez peu d’outils qui permettent d’avoir autant de fonctionnalités d’une place de marché aussi simplement. Chaque projet construit avec Sharetribe rencontre également, bien sûr, une concurrence propre mais l’outil est de plus en plus flexible pour avoir des avantages à ces niveaux.

    Je vous encourage à regarder cette courte vidéo (4 minutes) pour avoir un aperçu des fonctionnalités actuelles de Sharetribe : http://www.youtube.com/watch?v=6zwq_ODfXAI 🙂

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Paul Miller, de retour sur internet après un an de déconnexion

Le 30 Avril 2012, Paul Miller, journaliste à The Verge, a décidé de se déconnecter d'Internet pendant un an. Hier,...

Fermer