SimCity : un lancement en mode catastrophe

SimCity version 2013 était très attendu par les fans, peut-être trop. En effet, il était difficile sinon impossible, durant les jours qui ont suivi son lancement officiel, de pouvoir y jouer. L’éditeur Electronic Arts et le studio Maxis ont été contraints de prendre des mesures d’urgence.

Le 5ème opus de SimCity, le plus célèbre des city-builders, annoncé l’année dernière et qui, depuis, dévoilait ses fonctionnalités au compte-goutte, est victime d’un bad-buzz. L’attente créée chez les joueurs a sans doute été trop grande : les serveurs du jeu n’ont pas supporté la vague de connexions de joueurs impatients de remplir leur mission de maire, à la sortie du jeu dès le 5 mars aux Etats-Unis et le 7 mars dans le reste du monde.

Victime de son succès

Cette situation n’est pas inédite. En mai dernier déjà, par exemple, le jeu Diablo III et sa fameuse «erreur 37» avaient mécontenté de nombreuses personnes qui ne pouvaient pas pleinement profiter de leur jeu, malgré les 60 euros déboursés. Quel est le point commun entre ces 2 jeux, pourtant issus d’équipes différentes ? La nécessité d’être connecté à Internet pour jouer.

C’est la première fois dans l’histoire de la franchise SimCity qu’un tel système de DRM appliqué aux jeux vidéo est mis en place, pour faire face au piratage et accessoirement donner au jeu une dimension multijoueur et sociale. Cette solution consistant à passer par la plateforme Origin était une des nouveautés que les joueurs craignaient le plus : le lancement chaotique du jeu ne les aura sûrement pas rassurés. Files d’attente interminables, déconnexions et instabilité rendent le jeu injouable.

Electronic Arts s’excuse

La réaction ne s’est pas fait attendre, et elle nous vient directement de Lucy Bradshaw, présidente du studio Maxis : des serveurs supplémentaires ont été déployés. Une légère amélioration a été ressentie, mais des problèmes persistent. Les équipes de SimCity décident alors de désactiver temporairement certaines fonctionnalités jugées dispensables comme l’avance rapide (vitesse « Cheetah ») ou le système de classement mondial des joueurs.

Notons que le 18 mars, les personnes ayant acheté le jeu recevront un email de consolation leur permettant de choisir un jeu gratuitement parmi le catalogue d’EA.

Mises à jour de la note attribuée à SimCity par Polygon.com

Tout devrait rentrer dans l’ordre rapidement. Toujours est-il que cette nouvelle mésaventure est en train de coûter cher à SimCity, en témoignent les évaluations d’utilisateurs sur Amazon par exemple, les avis sur les forums, et même les sites spécialisés, à l’image de Polygon qui a revu sa note à la baisse, passant de 9,5/10 à 4. Ce même site nous rapporte d’ailleurs que Maxis et EA ont arrêté les campagnes de pub du jeu, « le temps de régler le problème. »

Une communication égratignée par cet énième déboire de la connexion permanente, pour un jeu qui tire pourtant tout son succès du mode solo.

Rester informé de l’avancement sur :

(source ; image)


7 commentaires

  1. Origin est une vraie catastrophe à elle toute seule… EA a merdé rien qu’avec sa plateforme (BF3, Crysis 3 et j’en passe).

  2. J’aime bien SimCity mais je refuse d’installer Origin sur mon PC. Je passe mon tour.

  3. Super ! Je me suis déjà fais avoir avec Diablo III je passe mon tour ! Mon SimCity 3000 fonctionnera encore très bien pour quelques années 😉 Marre de devoir être connecté pour jouer en solo !

  4. Devoir se connecter à un servir pour jouer à un jeu solo… non merci. J’ai déjà donnée avec Diablo III aussi et je ne compte pas refaire cette même erreur, même si leur serveur tiens la route.
    De même que pour les jeux à DRM qui limite l’installation à 3x ou 5x… bye!

  5. C’est quand même assez surprenant de voir des immenses entreprises ne pas arriver à calculer le nombre de joueurs dès la sortie de leur jeu vidéo.

  6. Le marché du jeu vidéo commence à prendre une tournure que je n’aime pas du tout…
    – La connexion nécessaire pour jouer à un jeu solo…
    – Le nombre d’installations limités (et les durées de vie des PC qui chutent en parallèle)
    – Le modèle Free To Play qui revient à plus cher que le jeu normal (alors qu’il est déjà très cher).
    – Les DLC payants nécessaires pour que les versions d’origines ne soient pas trop courts ou bugués (vive les patchs correctifs déguisés en DLC à 19€ pour 3heures de jeu sur un scénario digne d’un hors série d’animé japonais…)

    Nous sommes des vaches à lait que les éditeurs abreuvent de licences renouvelées, encore et encore.

    Heureusement que le jeu indépendant existe et résiste pour nous proposer des jeux innovants niveau gameplay.

  7. Sims City était un excellent jeu à l’époque ! Je comprend que l’équipe ait souhaité diminuer le nombre de joueurs illégaux pour le jeu mais si cela doit se faire au détriment de ceux qui paient, alors ce n’est pas normal…

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Metal_Gear_Rising_Revengeance
Test de « Metal Gear Rising Revengeance »

Metal Gear Rising Revengeance reprend le flambeau de la franchise d'Hideo Kojima pour le plus grand plaisir des fans. Mettant...

Fermer