La fermeture de Megaupload a créé un véritable électrochoc dans le petit monde des sites de téléchargement et de partage de fichiers.

La fermeture de Megaupload a créé un véritable électrochoc, non seulement auprès des utilisateurs (et a fortiori ceux qui venaient de souscrire à un abonnement payant, temporaire ou à vie car la liberté de télécharger a aussi un prix sur les sites « illégaux »), mais également dans le petit monde des sites de téléchargement et de partage de fichiers.

La méfiance (ou la peur) s’est donc répandue comme une traînée de poudre auprès des éditeurs de ces sites, qui préfèrent faire profil bas et nettoyer leurs bases de données plutôt que s’exposer au risque de voir le FBI débarquer chez eux au petit matin et leur offrir directement un aller simple pour Guantanamo.

Parmi eux, et parmi les plus connus, on peut citer Filesonic, qui a désactivé son service de partage de fichiers, comme indiqué dans un encadré sur sa page d’accueil, ne laissant à ses membres que la possibilité d’envoyer des fichiers et retrouver ceux qu’ils ont déjà hébergé sur le service. Même chose pour d’autres, comme Fileserve, ViedoBB, FileJungle, UploadStation, FilePost ou encore VideoZer, qui non seulement bannissent le partage, mais ont entamé un nettoyage au Kärcher dans leurs bases de données, supprimant nombre de comptes d’abonnés et fichiers dont la présence serait susceptible de déclencher des poursuites de la part des ayant-droits.

fileserve Sites de téléchargement : après la fermeture de Megaupload, la débandade

Autre méthode, un peu plus sélective : Uploaded.to a banni toutes les adresses IP américaines, histoire de se protéger d’éventuelles poursuites en provenance de l’Oncle Sam.

Un membre de Google Plus dresse la liste à jour des sites ayant désactivé leurs services de partage depuis le fameux coup de filet Megaupload, et il se pourrait que celle-ci ne soit pas définitive :

4shared: Mass deletion
Enterupload: Redirects to Gev.com
FileJungle (Owned by FileServe): Closed affiliate program, Mass deletion, Testing USA IP blocking
FilePost: Started suspending accounts with infringing material (doing what Hotfile did)
FileServe: Closed affiliate program, Mass deletion
FileSonic (Owned by Fileserve): Closed file-sharing completely
MediaFire: has started to delete files & accounts
MegaUpload: Closed by FBI
MegaVideo: Closed by FBI
UploadStation (Owned by FileServe): Mass deletion, Testing USA IP blocking, losed affiliate program, Closed file-sharing completely (23 Jan)
UploadBox: Closed, (UploadBox file hosting service is no longer available. All files will be deleted on January 30th. Feel free to download the files you store with UploadBox until this date.)
Uploaded: Banned USA IP addresses
VideoBB: Closed affiliate program, Mass deletion
VideoZer: Closed affiliate program, Mass deletion
Wupload: Closed affiliate program
x7.to: Closed

Si l’objectif du FBI et de ses mandants était de filer la trouille à tous les sites de partage et les inciter à fermer les vannes, il semblerait que celui-ci soit en partie atteint. Mais, comme le revendiquent de nombreux internautes, pourquoi alors ne pas aussi s’attaquer à YouTube, DropBox et autres sites réputés « légaux » ?

D’autant que, selon Digital Music News, Megaupload s’apprêtait à lancer MegaBox, un service de téléchargement légal de musique dans lequel les artistes auraient perçu 90% des revenus générés, y compris en cas de téléchargement gratuit. Un projet qui fait dire à certains que le raid du FBI ne serait pas étranger à l’imminence de ce lancement, qui bien sûr n’était pas du goût des majors. Bon, de là à penser que le FBI agit sur ordre des maisons de disques, je me demande si on n’est pas quand même un peu dans la paranoïa. Pascal Nègre en J. Edgar ? Pas crédible.