Slenderman, quand les démons d’Internet reviennent à la surface

Slenderman n’est qu’une création d’Internet mais, pourtant, une deuxième tentative d’assassinat a été perpétrée en son nom…

Vous avez peut-être déjà entendu parler du Slenderman : cette figure très grande et mince, sans visage, vêtue d’un costume et à la peau blanche. Ce personnage pourrait sembler provenir d’une quelconque mythologie, mais il n’en est rien : il provient d’Internet. Le Slenderman a été créé en 2009 sur le forum  Something Awful et de nombreuses personnes ont Å“uvré pour transformer ce mème en figure crédible. Grâce à de fausses images d’époque, les internautes en ont fait une légende urbaine à laquelle certains croient désormais. Cependant, le Slenderman n’est qu’une création d’Internet issue des creepypasta : des histoires totalement fausses créées sur le Web dans l’intention d’effrayer certaines âmes sensibles. Cependant, le personnage commence à s’immiscer de manière inquiétante dans le réel…

Une seconde tentative de meurtre

En effet, hier dans l’Ohio, une jeune fille de 13 ans s’est revêtue d’un masque blanc, a attendu dans la cuisine le retour de sa mère puis… l’a sauvagement attaqué à coups de couteau. Selon ses dires, l’adolescente n’aurait aucun souvenir de ce qu’il s’est passé. Fort heureusement, la mère n’a pas été tuée et elle est actuellement soignée pour blessures dans le dos et le cou. La jeune fille a été placée dans un centre de détention pour jeunes délinquants. Selon des dires, l’adolescente était obsédée par le personnage de Slenderman. L’histoire aurait pu passer inaperçue si, une semaine avant, un autre phénomène similaire ne s’était pas déroulé.

SlenderMan

Le 1er juin dernier, deux filles de 12 ans attiraient une camarade dans les toilettes publiques d’un parc, prétextant une partie de cache-cache. Cependant, cela dissimulait une tentative d’assassinat : la camarade de classe a reçu 19 coups de couteau. Les deux adolescentes ont expliqué avoir agi ainsi selon des ordres du Slenderman et que leurs actes auraient été pour contenter cette créature imaginaire. Par miracle, la jeune fille agressée s’en est tirée vivante.

Quand le virtuel s’immisce dans le réel

Slenderman n’existe pas, c’est un fait. Mais alors, comment expliquer ces actes motivés par ce personnage ? Sert-il d’excuse à des esprits criminels ? Le phénomène serait-il devenu tellement crédible que certaines personnes, un peu plus faibles, finiraient par vraiment le voir ? Existe-t-il, en Amérique, un personnage qui se déguise et manipule les adolescents ? Il est bien sûr trop tôt pour tirer la moindre conclusion, nous ne pouvons pas blâmer le Slenderman. Après tout, certains voudraient considérer le jeu vidéo comme dangereux parce qu’ils ont retrouvé GTA chez un jeune tueur ! Espérons simplement que la première tentative d’assassinat n’était qu’un acte isolé et que la seconde n’est que l’œuvre d’un copycat.

Après tout, Slenderman enlève les enfants, il ne leur demande pas de tuer.

(source)


4 commentaires

  1. Voilà encore la faute aux jeux-vidéos grâce à qui ? A des gamins qui tuent et qui trouvent rien de mieux comme excuse de prétexter un meurtre de par la faute des jeux. Soyez réalistes et voyez par vous-même si ces enfants ont de comportements bizarres.
    Quoi qu’il en soit aucun jeu ne pousse au meurtre et à la violence même si celle-ci est omniprésente dans les jeux d’aujourd’hui.

    • Axel Cereloz on

      Attention, Slenndermar est, à la base, un mème d’Internet et pas un jeu vidéo. Même si, lors de sa popularisation sur le Web, un ludiciel a effectivement vu le jour (et fait le buzz). Aucune allusion directe n’a été faite, il me semble, à ce jeu précis par l’un des enfants « possédés ».

  2. les tueurs boivent de l’eau, nous devons interdire l’eau!
    Et d’abord dans le jeu, on ne sait pas du tout ce qui se passe quand Slenderman s’approche du personnage principal, (qui n’est pas un enfant) on sait juste que c’est game over.

  3. Je pense que dans une société qui se met comme fondement l’irrationnel… il y a des trucs qui marchent, y a pas de souci, et puis il y en a d’autres qui marchent moins. Dans les films américains ou dans les séries, ne pas croire n’est pas une option. Même dans True Detective, le personnage principal… spoil… (mais pas grave j’crois), c’est un peu ridicule.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
xbox-galen-center
Xbox One : Microsoft joue la carte de l’exclusivité

17 titres en exclusivité avant la fin de l'année + 100 jeux (dont 40 blockbusters) sur la Xbox One =...

Fermer