Smartphone Ubuntu Touch : Canonical a déjà signé avec un constructeur

Un constructeur a signé avec Canonical pour installer Ubuntu Touch sur un smartphone qui devrait arriver en 2014.

La conférence LeWeb fait partie de ces moments de l’année durant lesquels les sociétés de l’économie tech – profitant de la couverture médiatique – enchaînent annonces et révélations. Nos confrères de CNET ont pu obtenir une entrevue avec Mark Shuttleworth, responsable de la partie stratégie et design chez Canonical, le papa d’Ubuntu. Lors de cette interview, ce dernier a révélé que l’entreprise vient juste de signer avec un premier constructeur, qui compte produire un smartphone sous Ubuntu Touch. Malheureusement, ce dernier n’a pas révélé le nom de ce constructeur. Il a juste laissé comprendre que la mystérieuse société sortira du haut de gamme. Le premier smartphone à tourner officiellement sous Ubuntu Touch devrait donc arriver sur le marché déjà saturé des smartphones, dès 2014.

Bien évidemment, cette nouvelle a réjoui les gens de Canonical. Il s’agit d’une étape importante puisque ce sera la première fois que le projet va se vendre. Et ce, même si Ubuntu Touch aura encore du chemin à faire avant d’espérer rivaliser avec les deux géants du marché : Android et iOS.

Pour se faire une place dans le marché du mobile, Canonical comptera sur quelques particularités d’Ubuntu Touch – outre le design attirant. Et l’entreprise semble avoir de grosses ambitions. Lors de l’interview, Mark Shuttleworth a déclaré : « Le volume est importante. Nous voulons faire des choses que les gens utilisent tous les jours. »

Tout d’abord, Ubuntu Touch se présente comme une alternative à Android. Comme le numéro un des systèmes d’exploitation mobile appartient à Google, celui-ci tourne autour du business de l’entreprise, avec toute sa panoplie de produits. Ubuntu Touch, lui, comptera sur des partenariats qui permettront à d’autres services web de se mettre en avant. Sur PC, Ubuntu fait partie des meilleures alternatives à Windows. Nous verrons si la version mobile gagnera cette même place, Face à Android.

Ubuntu Touch se veut aussi plus « Open » que son futur rival. On parle d’un écosystème plus souple. Et cette propriété pourra être mise en avant pour gagner le cœur des partenaires et des développeurs. Mais quoi qu’il en soit, Canonical devra d’abord avoir une base d’utilisateurs suffisamment importante pour que son OS mobile puisse intéresser les développeurs.

Une autre particularité : les applications natives pour Ubuntu Touch pourront aussi être utilisées sur Ubuntu Desktop.

Mais pour le moment, cette transition de Canonical vers le mobile est un projet budgétivore qui réduit les profits de la compagnie, qui gagne de l’argent grâce à ses serveurs et le système d’exploitation Ubuntu. Mais n’oublions pas que le mobile est l’avenir. De nombreuses compagnies ont regretté de ne pas avoir su s’adapter au bon moment à ce nouvel environnement.

Sachez aussi qu’il y a quelques mois, Canonical avait lancé une campagne de financement participatif à $32 millions sur Indiegogo pour financer la production d’un premier smartphone sous Ubuntu Touch – qui aurait pu être une véritable bête. Mais la campagne ayant échouée, ce terminal ne verra certainement jamais le jour.

(Source)


5 commentaires

  1.  » a réjoui » sans s.
    Ouais, bon, encore un (on le savait depuis 2 ans tout de même).

    Et encore un écosystème avec son propre langage, ses propres codes, ses propres pratiques …
    Vous n’en avait pas un peu marre vous ?
    On a beau dire que c’est tant mieux pour le consommateur cette vivacité. Je crois que cela dessert en fait ce consommateur car cette pluralité est un miroir aux alouettes.
    En effet, l’argument qui consiste à affirmer qu’ainsi on pourra changer plus facilement ne tient pas longtemps car que deviennent les données stockées dans le téléphone lorsqu’on change de crèmerie ?
    A moins d’avoir stocker l’essentiel ailleurs (dans un annuaire LDAP, dans une messagerie hébergée, dans le cloude hmm ?) il faut tout se retaper.
    Bonjour la facilité !

    Et puis c’est toujours l’histoire de la poule et de l’oeuf. Faut avoir les reins solides comme uSoft pour se permettre de perdre de l’argent pendant plusieurs années.

    Le seul projet qui a de la gueule selon moi c’est celui de Mozilla car :
    – non seulement il ne s’agit pas là de faire du fric sur le dos des consommateurs en piratant leurs données et en les vendant au plus offrant (encore que la fondation étant de droit américain, la NSA impose sa loi [plutôt son non-respect de la loi]) ;
    – mais, en plus, il s’agit de simplifier l’accès en n’utilisant que les technologies du Web publiées et accessibles à toutes et à tous depuis un bout de temps déjà.
    C’est donc d’une ambition toute autre que ce projet.
    Mais ça, bien peu sont en mesure de le comprendre bien plus attirés par les brillants, le tape-à-l’oeil des vedettes actuelles.

    db

  2. Eh bien, je vais attendre quelques mois avant de changer mon téléphone qui commence à dater… Ubuntu addict à la maison, y’a pas de raison que le produit portable ne soit pas attrayant !

  3. En fait tout produit nouveau est rarement une aubaine.
    Android était une saloperie au début (les versions 2.1x).
    Avec la version 4 ça commence à être au niveau des interfaces graphiques des desktop.
    Il était temps.
    Alors, Ubuntu, le temps que la version nomade rejoigne la version desktop …
    De toutes les manières, il y en a marre de cette dualité.
    Qu’on décide une bonne fois pour toute que toute application graphique dispose d’une double facette : une facette avec des menus (pour la souris) et une facette avec des gros boutons (pour les gros doigts).
    Point !
    On invente un standard (du descriptif par exemple) pour coder tout cela et sera pareil quelle que soit la machine, l’OS et les ressources.
    Zut alors !
    db

  4. +1 pour Mozilla qui empreinte la bonne voix : les standards (html, css, aria, accessibilité et compatibilité). Cette recette a déja fait ses preuves sur PC.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Test utilisateur : une semaine avec la montre connectée Smartwatch Simvalley AW-414.Go sous Android

Prise en main et test de la montre connectée Smartwatch Simvalley AW-414.Go sous Android. Une très bonne surprise à découvrir...

Fermer