StartUp42 : l’accélérateur de startups Made in Epita

Découverte de StartUp42, l’accélérateur by EPITA, et des talents de la dernière promotion.

startup42

Bienvenue chez StartUp42, l’accélérateur de startups fondé en 2013 en plein coeur de l’EPITA. Mais attention, autant vous le préciser dès maintenant : StartUp42 n’est pas un accélérateur POUR les élèves de l’école d’ingénieurs.

En effet, s’il a été lancé depuis ses locaux du Kremlin-Bicêtre, StartUp42 ne se destine absolument pas qu’aux étudiants d’EPITA. Alors c’est une évidence, question de proximité, une part des startups accélérées ont un élève du groupe Ionis dans ses fondateurs, mais cela n’excède pas les 20%.

Ce ratio risque d’ailleurs de se réduire encore pour la prochaine saison puisque ce sont 3 des 8 startups qui sont issues du Frenchtech Ticket avec la venue d’entrepreneurs indiens, vietnamiens et bangladais.

Pour mieux comprendre le contenu de l’accélération, nous avons été à la rencontre de 4 startups de la dernière promotion de StartUp42, ainsi que de Maxime Pico, son directeur de l’accélération.

Profiling d’une StartUp 42

Pour découvrir StartUp42, nous avons passé 90 minutes avec les entrepreneurs derrière les 4 startups suivantes :


ad scientiamAd Scientiam

Ad Scientiam a pour vocation de créer des outils permettant d’utiliser le smartphone et les objects connectés pour faciliter les travaux de recherche des laboratoires pharmaceutiques en numérisant et améliorant les protocoles d’évaluation.


blackfootBlackfoot

Blackfoot permet aux marques de créer des expériences innovantes et engageantes grâce à une technologie d’hologramme augmenté.



processoutProcessOut

ProcessOut propose d’intégrer tous les moyens de paiement (de Paypal à Stripe, en passant par les solutions plus exotiques) depuis une seule interface très simple à mettre en place.


lumiereLumiere

Lumiere propose un diffuseur d’huiles essentielles intelligent qui fonctionne avec un système de capsules et une application smartphone.


Un profil d’entrepreneurs très hétéroclites au final, avec certains d’entres eux très jeunes et encore en école, et de l’autre côté, des entrepreneurs jusqu’à 47 ans, avec déjà une grande carrière derrière eux.

Raison pour laquelle StartUp42 ne se considère pas vraiment comme un accélérateur d’école. Effectivement, c’est EPITA qui a insufflé le projet, qui amène les mentors et qui est sponsor (aux côtés de OpenDataSoft, France Télévisions et Econocom), mais il ne met pas de barrières.

Les entrepreneurs type de StartUp42 ont donc entre 27 et 28 ans de moyenne, ils viennent pour la plupart d’une école d’ingénieurs (ou de commerce) et ils ont soit une expérience en entreprise ou une expérience entrepreneuriale.

Une accélération « fast & serious »

« J’ai eu l’impression d’apprendre un métier par semaine« , me lance Thibault, CEO de Lumiere.

Inutile de dire que, à ce rythme, les entrepreneurs ont appris de très nombreux métiers pendant les 4 mois d’accélération. Une période qui a été suivie de près par Maxime Pico, le directeur de l’accélération de StartUp42.

Arthur de Blackfoot me raconte une anecdote survenue plusieurs mois auparavant : « On faisait tout à l’envers. On partait toujours de la technique… et c’était devenu notre solution à tout que de rajouter un peu de techno. »

Dans ces cas-là, Maxime était là pour  » nous casser en deux pour nous remettre dans le bon sens« .

Un accompagnement qui sera toujours resté bienveillant dans les yeux de Térence d’Ad Scientiam : « Il ne disait jamais quoi faire… mais il posait les bonnes questions. Et quand on arrivait à la fin du raisonnement, on se rendait compte que cette question nous avait fait découvrir la réponse par nous-même. On ne venait pas chercher des réponses… mais une méthode de pensée. »

Les entrepreneurs plaisantent d’ailleurs sur la présence de Maxime sous la forme d’une petite conscience sur leur épaule lorsqu’ils doivent tacler un nouveau problème. Ils se demandent : « qu’est-ce que Maxime m’aurait demandé dans ce cas de figure ? »

Une bienveillance qui se retrouve également au niveau des mentors qui sont en majorité des alumni qui veulent redonner ce qu’ils ont reçu (le fameux « give back » entrepreneurial).

Maxime m’explique alors que « les startups ne se font pas imposer un mentor comme une nounou. C’est à eux de créer la relation pendant la session d’1h30 mise en place à cet effet en début du programme ». 

What’s next?

Les candidatures sont ouvertes pour la nouvelle promotion de StartUp42.

A noter que la sélection se fait en 2 temps : il faut d’abord remplir un formulaire en ligne (premier test de motivation : le dossier comporte pas mal de questions et force vraiment à la réflexion), puis les 15 startups présélectionnées passeront devant un jury de mentors, d’investisseurs et de sponsors.


Nos dernières vidéos

Comments are closed.

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Le site de Canal+ victime d’un piratage

Les internautes qui se sont rendus hier soir sur le site de Canal Plus ont eu une drôle de surprise, une attaque...

Fermer