Stephan Ramoin (Gandi) : rencontre avec Mr NoBullshit

Stephan Ramoin, CEO de Gandi, est le membre VIP du jury de la Start-Up Presse-Citron pour son mois « Stockage & Cloud ».

Dans le cadre de notre concours Start-Up Presse-Citron, un jury d’entrepreneurs va départager chaque mois les start-ups pour choisir un finaliste. Outre les 5 membres permanents, un jury VIP sera choisi chaque mois pour sa qualité d’expert dans la thématique abordée. Au mois de Septembre, les start-ups Lima, Stream Nation, Wimi & Clever Cloud ont été présentées dans le cadre d’un mois dédié au « Stockage & Cloud ».

Qui de mieux que Stephan Ramoin, CEO de Gandi.net pour venir participer à ce jury ?

Gandi : no bullshit

Gandi, de la bouche de son CEO, est une société créée « par des geeks, pour des geeks ». Ce qui signifie qu’ils vendent les produits qu’ils aimeraient acheter. Avec la qualité de produit et le service client qu’ils souhaiteraient avoir en face d’eux plus souvent.
Stephan Ramoin m’explique que, tout simplement, « on ne prend pas les gens pour des cons imbéciles ». Surtout qu’il s’agit de la meilleure stratégie pour imposer son image sur le long terme.

L’une des particularités de Gandi, c’est aussi de n’avoir jamais réalisé aucune publicité. Stephan considère qu’il s’agit d’un moyen de s’acheter des clients… et ce n’est pas comme cela qu’il souhaite fonctionner.
Et avec 20 millions d’euros de ventes annuelles, la société ne s’en tire pas trop mal sans cela.
Gandi a toujours voulu se présenter comme une boîte possédant une éthique, défendant la valeur d’un internet solidaire.

Gandi Labs : un incubateur à la sauce Gandi

Gandi a également toujours eu la volonté de soutenir des entrepreneurs et leurs projets. C’était déjà le cas avant que Stephan et ses associés rachètent la boîte en 2005, mais ils ont multiplié le nombre de ces initiatives depuis.

Déjà lors de sa précédente expérience chez Lycos Europe (où il a créé LYCOS Hébergement et aidé à structurer la filiale France), il avait autorisé l’un de ses AdminSys à travailler sur une plateforme de vidéo sur son temps de travail.
Le développeur en question s’appelait Olivier Poitrey et le petit projet qu’il faisait avancer pendant son temps libre chez Lycos est devenu Dailymotion.
Avec cette idée d’aider les projets, Gandi a vu passer les gens de Arrêt sur Images, Canard PC ou encore VLC.

De ce fait, lorsque Gandi a déménagé il y a 2 ans pour prendre un espace plus grand, ils se sont retrouvés avec la possibilité d’avoir une extension dédiée aux start-ups : le Gandi Lab.
Ils ont donc mis un focus plus important sur les start-ups en leur fournissant des locaux et en passant du temps pour du coaching.
« On passe beaucoup de temps sur ces projets, m’explique Stephan Ramoin. Avec l’objectif d’être un miroir pour les aider dans leur réflexion ».
Le Gandi Lab rassure également les VC, qui investiront plus facilement dans ces start-ups grâce à ce label.
Et s’ils ne sont actuellement plus à la recherche de projets (l’hébergement étant arrivé au maximum de sa capacité), Stephan aime garder sa porte ouverte à toutes les personnes qui veulent un coup de main.


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Minecraft : vers l’intégration de Twitch

Il ne sera bientôt plus nécessaire d'installer des solutions tierces pour diffuser en direct les aventures créées avec Minecraft. Mojang...

Fermer