Test Call of Juarez : Gunslinger

Call of Juarez : Gunslinger est le quatrième volet de la franchise Call of Juarez. Le FPS téléchargeable sur PSN, Xbox Live et Steam est-il de nature à relancer la série ? Réponse dans notre test.

Si vous êtes fan de westerns, Red Dead Redemption évoque sans doute de grands moments passés sur votre console. Mais Call of Juarez dans son style qui lui est propre se rappelle également à votre bon souvenir. C’était avant un 3ème opus intitulé Call of Juarez The Cartel plutôt décevant pour ne pas dire raté et qui se déroulait à une époque plus moderne.

Dans Gunslinger, vous allez côtoyer des personnages qui ont forgé la légende du grand Ouest américain tels que Billy le Kid ou encore Jesse James. Vous incarnez Silas Greaves, un chasseur de primes.

Le jeu développé par le studio polonais Techland et édité par Ubisoft est disponible en version dématérialisée sur le PSN pour la modique somme de 15€ (version testée) mais également sur le Xbox Live (Xbox 360) et Steam (PC).

Orienté arcade, il bénéficie d’une réalisation parfaitement orchestrée, d’une excellente bande sonore qui colle à l’univers du jeu et d’un gameplay parfaitement adapté aux types de gunfight proposés. Justement, le gameplay arcade est enrichi de QTE et de phases de bullet time (pour une seconde chance lorsque vous êtes proches de la mort) tandis que votre arsenal pourra prendre la forme de différents pistolets, de carabines, de dynamite et même d’une gatling.

La durée de vie est très correcte (environ 5 heures) pour un jeu proposé à 15€ d’autant plus que vous pourrez faire évoluer votre personnage grâce à un système de compétences avec trois branches de spécialisation : trappeur, pistolero et ranger. Ceci confère donc une certaine replay value au jeu.

On notera l’utilisation du cell shading en lieu et place des cinématiques situées entre les phases de jeu. Un choix de facilité certes pour une équipe de développeurs au budget qu’on imagine limité mais qui donne un style BD à ces phases.

Quelques bémols viennent tout de même ternir le tableau avec en premier lieu l’IA limitée des ennemis (ils ne bougent guère) et l’aspect parfois répétitif du jeu. Le côté ultra scripté (couloirs) du jeu pourra également déplaire à certains.

Il n’en reste pas moins que le soin apporté au jeu, le personnage succulent de Silas Greaves, le chasseur de primes que vous incarnez, les paysages variés, les codes du western parfaitement respectés et les informations historiques distillées dans les différents niveaux sont propices à vous faire plonger dans ce FPS à la sauce Far West.

Plusieurs modes de jeu sont proposés avec le mode Arcade mais aussi les modes Histoire et Duel. Ce dernier s’appuie sur une mécanique de gameplay qui le rend particulièrement intéressant.

Le jeu est très linéaire mais on s’y croit réellement avec des graphismes parfaitement réussis et variés, et une narration bien amenée entre les différentes phases.

Gunslinger est donc une très bonne surprise pour qui désire plonger dans l’ambiance du Far West, incarner un cow boy à la gâchette facile sans trop se ruiner, tout en apprenant des choses sur l’Ouest américain du XIXème siècle et en s’amusant comme un fou. Qui dit mieux ?


7 commentaires

  1. Je suis assez d’accord avec votre critique, c’est un super jeu et a un prix plus que raisonnable, il faut y aller les yeux fermés. Ce que j’aime ce que même les poules, les bouteilles, les boîtes de conserve et même les oiseaux peuvent être dégommés.

  2. La bande son et le rendu graphique a l’air bon, il y du mieux je trouve, et par rapport au prix c’est vraiment une très bonne surprise ce jeux.

    Merci pour le test

  3. Je n’ai jamais jouer à aucun de Call of Juarez mais ce test me donner envie de l’essayer, je vais allez faire un tour sur steam 🙂

  4. ça a vraiment qq chose à faire sur Presse Citron ce genre de news ???…. affligeant.

  5. Excellent test très bien rédigé.
    @Pascal , si les jeux vidéo ne t’intéressent pas (ou un autre sujet : réseaux sociaux…), rien ne t’oblige à cliquer pour lire l’article.
    Ce genre de commentaire m’agace vraiment et n’a rien à faire sur presse-citron. 😉

Send this to friend

Lire les articles précédents :
playstation1
L’interface de la PS4 se dévoile enfin [Vidéo]

Si Sony a dévoilé la Playstation 4 lors de l'E3 de Los Angeles, l'interface de la console n'avait filtré nulle...

Fermer