Test de « Call of Duty : Black Ops II » sur Wii U

« Call of Duty : Black Ops II » a battu des records de vente dès son lancement. Voici le test de la version Wii U du dernier opus de la franchise la plus célèbre qui soit.

Les développeurs de Treyarch ont fait du bon boulot avec « Call of Duty : Black Ops II ». Le mode solo du jeu reste court mais le multi est toujours aussi bon. Le scénario prend enfin du relief avec un pont entre les deux « Black Ops » et des conséquences sur l’histoire et la fin en fonction de vos actions.

Mon histoire, c’est l’histoire… (ou plutôt l’inverse)

Treyarch a mis les petits dans les grands pour réaliser ce tout nouvel opus de Black Ops. Les recettes gagnantes de la série sont reprises mais de nouveaux éléments sont intégrés. Tout d’abord, il y a eu volonté d’immersion avec un scénario plus intéressant et surtout des conséquences directes suivant vos choix. A titre d’exemple, si vous loupez des objectifs, cela peut se traduire par de nouvelles missions plus difficiles. Si l’on ajoute à cela les cinématiques captivantes, on voit aussi un autre intérêt à cette intégration des conséquences sur la trame de l’histoire. Le mode solo vous prendra environ 7 heures mais il devient dès lors pertinent de la refaire plusieurs fois. D’aucuns y verront une manière artificielle d’allonger la durée de vie. Mais c’est plutôt du côté de l’immersion qu’on voit le plus grand intérêt. Etre hanté ou bien aidé suivant un choix effectué précédemment vous met plus en alerte sur les choix que vous pourrez prendre. Vous n’avez plus l’impression qu’il s’agit d’une histoire mais de votre histoire.

Quelques nouveautés

Ainsi, les missions « Force d’assaut » distillées au gré de la trame principale vous invite à déployer des unités, à utiliser des drones ou des petits chars d’assaut. Elles ont le mérite d’enrichir le jeu et de vous sortir de la trame linéaire. Mais, elles restent perfectibles quant à l’intelligence artificielle dont bénéficient les différentes vagues de soldats que vous déploierez.

Autre élément intéressant : on change de point de vue à plusieurs reprises. L’histoire se situe en 2025. Les Etats-Unis sont opposés à la Chine. Mais, par flashback, on revient dans le passé à l’époque de la Guerre Froide durant laquelle les Etats-Unis s’opposaient alors à l’Union Soviétique. Un parallèle bien ficelé et un autre lien ténu entre les deux périodes finissent de convaincre. En effet, durant le Guerre Froide, vous retrouvez Alex Mason et le Sergent Frank Woods (qu’on croyait mort mais qu’on retrouve également en 2025) présent dans le premier Black Ops.

Retour en 2025 : vous incarnez, David Mason, qui n’est autre que le fils d’Alex Mason. Un autre point commun existe entre ces soldats. Il est incarné par le méchant de Black Ops II, j’ai nommé Raul Menendez à la tête de l’organisation Cordis Die. Le personnage est plus contrasté que l’habituel méchant des CoD. Il est mu par un destin tragique. Enfant (Menendez est nicaraguéen), il était aux premières loges pour voir les horreurs sur ses compatriotes des Contras soutenus par les Américains. Cela a nourri en lui une haine profonde de l’Occident.


La version Wii U aurait-elle les meilleurs rendus graphiques ?

Un mode zombie enrichi et le multi toujours aussi bon

On retrouve les trois modes de jeu que sont la campagne en solo, les modes multi-joueurs et zombie. Mais, ce CoD se différencie notamment au niveau des armes que vous utiliserez. Elles sont exotiques à souhait et elles apportent un véritable plus au jeu tout comme le tactile qui s’invite ici (vous portez ainsi un écran tactile à votre poignet).


Tourelle

Le mode campagne se joue en solo et reste plutôt classique même si, on l’a vu, vous faites l’histoire d’une certaine manière. De plus, Treyearch a eu la bonne idée d’intégrer un peu du multi dans le solo. Ainsi, avant chaque mission, il est possible de personnaliser les armes et les accessoires de votre personnage.

Le mode multi-joueurs reste le gros morceau du jeu. Dans ce mode, on débute au niveau 1 mais au fur et à mesure, on débloque de nouvelles armes. Chaque niveau atteint permet de débloquer les armes que vous pourrez équipez d’accessoires en fonction de vos performances en ligne. On s’énervera donc sur les premiers niveaux tant la différence est parfois palpable entre les joueurs en ligne que vous retrouverez.

Le système de personnalisation des classes de personnages a été repensé puisque chacune d’entre elle est associée à 10 points en tout et pour tout (une arme, une amélioration… comptent pour un point). Ceci ajoute un degré de liberté avant de se lancer dans une map.

Le mode Zombie compte 3 sous-modes : Tranzit, Survie et Grief. Ce dernier se joue en multi tandis que le Tranzit vous invite à l’exploration et le Survie vous laisse affronter les zombies qui arrivent par vagues. S’il présente des aspects répétitifs, le mode zombie est une bonne surprise grâce à l’arrivée du monde ouvert (Tranzit). Il n’y a malheureusement que 3 cartes.


Mode Zombie

Les spécificités de la version Wii U

Le test a été effectué avec la version Wii U. Celle-ci ne bénéficie pas du Livestreaming comme sur les versions PC, PS3 et Xbox 360. En revanche, elle bénéficie de la jouabilité sur le GamePad (vous pouvez continuez à jouer sur la seule tablette).


Black Ops II est jouable sur le GamePad

Le GamePad n’est pas pleinement exploité comme dans ZombiU ou Batman Arkham City : armored Edition. Toutefois, on appréciera de pouvoir passer d’une classe à l’autre sans passer par le menu start. Le GamePad permet également d’afficher en continu la carte (même si vous jouez avec le Wii U Pro Controller ou bien le couple Wiimote et Nunchuk). On notera également que vous pouvez jouer à deux en multi depuis votre console en divisant l’écran en deux ou bien en utilisant le GamePad comme second écran (l’autre joueur bénéficiant de l’écran de la HDTV).

Conclusion

« CoD : Black Ops II » entre au panthéon des CoD, c’est indéniable. Le jeu conserve la mécanique qui a fait son succès. Le jeu est immersif à souhait. On notera également qu’on se retrouve face à un excellent FPS sur une console Nintendo (ce qui n’était pas le cas avec la Wii).


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Runsanity_iOS_Heliceum-Presse-Citron_a
RunSanity sur iOS : un jeu fun avec une dimension sociale signé Heliceum

La startup française Heliceum vient de lancer son dernier jeu sur la plate-forme iOS. RunSanity est le tout premier runner...

Fermer