Test de la Surface Pro : Le PC hybride de Microsoft tient-il ses promesses ?

Test de la Surface, le 1er PC Hybride avec de vraies fonctionnalités d’ordinateurs et la flexibilité d’une tablette… Faut-il l’acheter ? Réponse.

Lorsque l’on m’a dit que les tablettes réinventaient les usages et qu’elles ne tarderaient pas à remplacer nos bons vieux PC, j’avoue ne pas avoir été réceptif. Aujourd’hui encore mon iPad est un objet utile pour me divertir, mais il n’occupe qu’une infime partie de mon temps. Mon ordinateur restant indispensable dans une majorité de mes tâches du quotidien.   N’étant pas «testeur» de produit high-tech je me suis toutefois laissé tenter par une proposition de Microsoft tant son modèle de PC Hybride me semblait prometteur. J’ai donc décidé de vous proposer un test de la Surface Pro.

SURFACE PRO POUR PC Test de la Surface Pro : Le PC hybride de Microsoft tient il ses promesses ?

Plus proche du PC que de la tablette

L’une des promesses de Microsoft était de faire de cet objet un outil de travail et de divertissement capable de remplacer à la fois nos ordinateurs et nos tablettes. A première vue, avec une taille d’écran de 10,6 pouces (full HD), 4GO de RAM et un système d’exploitation optimisé pour le tactile – avec le principe de «tuiles» – il faut avouer que Surface ressemble plutôt à une tablette. Pourtant, après quelques minutes de surf on se rend rapidement compte que l’objet surpasse les capacités d’une ardoise tactile et revête les caractéristiques d’un ordinateur. Tout d’abord, il faut avouer que Surface Pro «en a sous le capot». Avec un processeur Intel Core i5 3e génération « Ivy Bridge » et une carte graphique Intel HD Graphics 4000, on comprend rapidement pourquoi son poids avoisine le kilogramme, contre 652 grammes pour l’iPad 3 et 603 grammes pour la Nexus 10. C’est également au niveau de la connectique que le terminal démontre ses atouts de PC. Il est équipé d’un port USB 3.0 qui vous permettra de brancher une souris, chose très importante, comme vous pourrez le constater par la suite. L’invention de Microsoft dispose aussi d’un lecteur micro SD pour lire les cartes d’appareils photos et d’une prise HDMI afin de synchroniser l’écran avec votre Télévision.  La Surface Pro tourne sous Windows Pro, elle est donc compatible avec tous les logiciels   professionnels ce qui en fait un véritable atout. C’est ainsi qu’en étant armé d’une souris, vous pourrez exécuter vos logiciels de PAO et jouer à vos jeux vidéo favoris comme Call of Duty. Pour compléter le tout, deux types de claviers sont disponibles et vous conféreront le confort d’utilisation d’un ordinateur classique. 

Les atouts d’un terminal hybride

Surface Pro est indéniablement un PC. Pourtant il dispose de qualités atypiques. Parmi celles-ci on retiendra le stylet, ce crayon numérique d’une efficacité redoutable. Sa précision vous permettra d’exprimer certaines de vos idées comme sur du papier. De plus, le système de reconnaissance graphique de l’appareil vous offre la possibilité d’écrire vos textes avec ce stylet tout en vous garantissant une retranscription exacte. Le petit plus se situe également dans l’intégration de deux caméras, à l’avant et à l’arrière de Surface Pro, ce qui n’existe sur aucun PC à ma connaissance.

UN produit qui tient ses promesses malgré quelques faiblesses

Les Plus : 

  • Le Stylet a une véritable utilité sur ce genre de produit Hybride et fait preuve d’une grande précision.
  • Le traducteur vocal et écrit sont plutôt performants et ne demande pas de repasser sur le texte après traduction.
  • Le «Xbox Games» propose des produits habituellement disponibles sur PC ou Tablettes. Ici vous pourrez aussi bien jouer à Call of Duty qu’à Fruit Ninja. De plus, le système de «Test & Buy» vous permettra de passer du bon temps sans pour autant acheter le jeu vidéo.
  • Pour la première fois, un terminal de ce type permet d’utiliser tous les logiciels de PAO.

Les Moins :  – La Surface Pro est un peu lourde pour un terminal mobile avec un poids de 916g contre 652 grammes pour l’iPad 3 et 603 pour la Nexus 10.

  • Très rapidement le terminal se raye… ce qui est plutôt dommage pour un objet à usage mobile.
  • Le Prix de 879 € pour le 64 GO et 979 € pour la 128 GO en sachant qu’il faut ajouter à cela un clavier qui n’est pas compris dans le prix.
  •  La version 64 GO me semble un peu faible étant donné que les logiciels très gourmands occupent déjà prêt de la moitié de l’espace disponible, donc privilégiez la 128 GO 
  • une autonomie un peu faible d’environ 4h30, l’équivalent d’un PC mais bien moins qu’une tablette comme l’iPad bénéficiant de 11h de batterie en lecture vidéo.
  • le Windows Store Marketplace souffre toujours toujours d’une longueur de retard sur la concurrence Android et iOs avec environ 70.000 applications disponibles, soit 10 fois moins que les concurrents.

Faut-il acheter une Surface Pro ?

Oui si vous évoluez au quotidien dans un écosystème windows, non si comme moi vous êtes sous iOs et Mac OS, ou tout simplement si vous travaillez avec les applications de Google, puisqu’il est par exemple impossible de synchroniser ce PC hybride avec Gmail Calendar. Surface Pro est un terminal homogène qui ne deviendra pas la référence des PC ou celle des Tablettes, mais elle trouve son usage.

Il s’agit donc d’une bonne surprise. Toutefois, son prix un peu élevé pourrait encourager certains d’entre-vous à se tourner vers ses petites soeurs la Acer Iconia Tab W510 Dock, la Asus Vivo Tab TF810C-1B020W ou encore la Samsung ATIV Smart PC XE500T1C-A01FR… Pour acheter Surface Pro, ça se passe par ici >> Site Internet Microsoft

11 commentaires

  1. Mon véritable problème avec les tablettes surface c’est qu’elles ne s’expriment pleinement que sur une table ou un bureau avec le clavier/cover et une souris, il faut une « surface » plane, donc il n’y a aucun intérêt d’avoir ce genre de machine par rapport à un ultra portable qui s’utilise sur les genoux ou sur un coin de bureau.

  2. Bjr,il y a quelque jours j’ai vue sur internet que le store compte 100 000 applications…

  3. Je cite « non si comme moi [...] vous travaillez avec les applications de Google, puisqu’il est par exemple impossible de synchroniser ce PC hybride avec Gmail Calendar. »
    De la faute de Google qui a supprimé EAS… (pas d’info pour le moment sur le support de CalDav mais ça pourrait venir avec 8.1). Et qui ne propose pas d’applis (c’est de bonne guerre).

    Je confirme la remarque de Nikola, on est à plus de 100 000 apps sur le store : et comparons ce qui est comparable : il n’y a QUE 375 000 apps pour l’iPad (et pas 10x plus, sinon on compte les apps iPhone et là la comparaison est biaisée). Et comme signalé dans les « + », on n’a pas deux apps pour la version free et payante (comme sur iOS ou Androïde même si on en trouve : les mauvaises habitudes ont la vie dure). Ces 100 000 apps, comme pour l’iPad, sont pour l’ensemble des pays (donc forcément qu’il y en a moins pour la France).

    Enfin, je conseillerai plutôt d’attendre une révision de la Surface Pro avec les nouvelles puces Intel qui augmenterons l’autonomie. Et aussi je recommande la version 128 Go (la 256 arrivera peut-être un jour en France).

    En tout cas, avis intéressant surtout sur l’usage.

  4. Bonjour, votre test est étrange, vous comparer la surface pro à l’iPad, mais la Surface Pro si je ne m’abuse est un vrai PC où l’on peut installer des logiciels (et pas que des apps…) donc oui leur store à moins d’app mais combien existe-il de logiciel pour pc ? Probablement beaucoup plus que d’apps sur l’App store…

  5. Pour l’avoir eu en main dans le cadre du dev d’un outil web pour un client, j’ai aussi quelques remarques (les mauvaises d’abord) :
    - La dalle FHD oblige à utiliser le stylet pour beaucoup de choses car au doigt on manque de précision (je pense à l’icône actualiser de Firefox par exemple)
    - Le clavier est très cher (130€ de mémoire), il ne dispose d’aucun système de retour physique donc on se demande parfois si l’action à bien été effectuée, il n’a pas de touche « Fx » (F5 m’a bien manqué)
    - Effectivement la surface est lourde, au bout de quelques minutes on à envie de la poser car les bras se crispent.
    - Le port USB unique plus l’absence de RJ45 oblige très vite à utiliser un hub.

    Pour les bons cotés :
    - Windows 8 est parfaitement adapté à ce type de terminal (W8 est à mon sens une aberration en desktop).
    - La puissance et la réactivité sont au rendez-vous.
    - L’écran est vraiment de bonne qualité.

    Bref, la surface est une solution vraiment « à cheval » entre pc et tablette, un choix qui risque de la cantonner à un usage assez restreint surtout au vue de son prix.

    ++
    2ShEp

  6. Mais à quoi sert la version RT ?
    Elle aurait été lancée dans un format 7″/8″ d’accord, mais qui peut acheter une tablette sur RT alors que la « vraie » est sous Win 8 ?

  7. Ayant déjà eu l’occasion de tester ce produit, je suis comme l’article, un peu mitigé sur ce produit. Comme dans l’article, à mon sens les différentes spécificités produits ne sont pas exceptionnel par rapport à ce se trouve sur le marché actuellement. De plus si il ya bien quelque chose qui m’a faché, c’est les rayures qui apparaissent rapidement, et sans forcement l’avoir mis dans un sac ou je ne sais quoi d’autre. Et quand on sait que la marque à pomme à fait des progrès monstre sur ce point durant les dernières années, je pense que ça peut être un point handicapant, car après tout c’est une tablette, son rôle premier est donc de pouvoir se transportant sans soucis. De plus le prix est également pour moi un barrière. C’est un appareil qui est cher par rapport à la puissance et à l’autonomie qui est proposée.
    En revanche pour des fan de l’univers Windows, forcement cette tablette est un « must have »

  8. Pour ce qui est des produits hybrides tel que que la Surface Pro de Microsoft, je pense qu’il faudrait attendre encore 1 ou 2 ans de voir comment va évoluer ces produit. Ils remplaceront surement les PC portables qui sont voués à disparaître avec toutes les nouvelles technologies qui sortent actuellement.
    Je comptais essayer ce produit de chez Microsoft mais ton article m’a suffit pour confirmer mes doutes, j’attendrais donc encore un peu avant de remplacer ma machine. :)
    Merci encore une fois pour cette actualité!

  9. Voici un article visiblement écrit par une personne qui n’y connaît pas grand chose en matière de slate (sait-elle seulement de quoi je parle ?).

    Dommage pour la crédibilité du site.

  10. « 10 fois moins que les concurrents » ? Vérifiez les chiffres, même Apple n’annonce que 300 000 applications pour iPad (pub vue dans le métro de Montréal aujourd’hui même). Avec les 100 000 applications du Windows Store, Microsoft a donc 3 fois moins d’applications en 6 mois d’existence. Il explose tous les records, il aurait été intéressant de le mentionner. ;)

    On parle ici bien d’applications dédiées tablettes, pas des versions smartphones.

  11. Aboubakar BAMBA on

    LG, pourquoi utiliser le clavier sur les genoux, alors qu’il sert de tablette. Le port USB est un avantage concurrentiel. Les seuls inconvénients sont; le poids, le prix, l’autonomie et l’incompatibilité avec Google (Gmail), ce qui s’explique par l’existence de BING

Lire les articles précédents :
Facebook, le moteur de recherche Graph Search sort aux États-Unis

Facebook a lancé hier la nouvelle version de son moteur de recherche interne baptisée Graph Search. Celle-ci, d'abord disponible aux...

Fermer