Test de « Tomb Raider »

C’est avec maestria que Square Enix a fait renaître le personnage de Lara Croft. Tomb Raider est un reboot complet et magistral de la série qui s’éloigne ostensiblement des derniers volets tout en conservant le sel originel de la franchise Tomb Raider.

Lara Croft revient sur le devant de la scène dans un nouvel opus de Tomb Raider. Il s’agit d’une véritable renaissance pour cette véritable icône vidéo-ludique à l’occasion d’un reboot complet de la série.

Un reboot salvateur

Mal traitée à l’occasion de jeux bâclés dès le troisième Tomb Raider, Lara Croft méritait bien une seconde naissance afin de repartir sur des bases saines. On se souvient des deux premiers jeux de la série qui nous avaient fait découvrir une franchise exceptionnelle, immersive et prenante. C’est toute cette expérience que les joueurs cherchaient à retrouver en égrenant les sorties de Tomb Raider sur PS2, puis consoles nextGen dès 2008 avec Tomb Raider Underworld. Peine perdue (même si Underworld n’est pas un si mauvais Tomb Raider), la franchise semblait avoir définitivement rompu le charme.

Un apprentissage en douleur

C’est à bord de l’Endurance en provenance de Plymouth que la jeune Lara Croft et l’équipage se dirigent vers le triangle du Dragon au sud du Japon. Le cargo s’échoue et coule mais Lara arrive à rejoindre la berge avant d’être assommée. Elle se retrouve pendue par les pieds avant de chuter et de s’empaler sur un pic en fer. Le ton est donné : Lara Croft va renaître en douleur et apprendre dans la difficulté l’expérience qui la forgera.

Le jeu s’oriente presque vers le survival horror empruntant des scènes plutôt gores aux classiques du genre (on pense aux Resident Evil). Mais l’horreur sert un choix scénaristique et engendre une tension que l’on partage avec un personnage qui dépasse sa fragilité pour survivre. Notez toutefois que le jeu est classé PEGI 18.

Agrémenté de QTE (Quick time events, des pressions de bouton très rapides à effectuer au fur et à mesure qu’elles sont indiquées à l’écran) savamment distillés, ce Tomb Raider penche parfois vers la franchise Uncharted qui elle-même avait su s’inspirer de Tomb Raider. Un renvoi d’ascenseur à bon escient puisque le jeu possède sa propre identité.

Le scénario est celui du royaume perdu de Yamatai sur lequel la reine Himiko régnait il y a plusieurs milliers d’années. Prétexte à mettre en scène l’héroïne sur une île étrange qui fait inévitablement penser à celle de Lost.

Gameplay parfait et décors grandioses

Le gameplay est tout simplement jouissif et naturel. On peut jouer en favorisant l’infiltration pour abattre les ennemis ou bien en découdre franco (c’est parfois inévitable) et si on évolue dans un jeu de couloir (on est guidé), les développeurs de Crystal Dynamics ont réussi la gageure de laisser au joueur le sentiment d’évoluer dans un environnement libre. C’est bien vu tout comme le sont les compétences que l’ont fait progresser (tout comme les armes). Le personnage évolue ainsi de façon synchrone avec ses aptitudes.

Une aventure haletante

Les décors sont très beaux et incroyablement détaillés (le jeu a été testé sur PS3), ce qui contribue à l’immersion. Les hardcore gamers pourront toutefois reprocher au jeu d’être trop facile et devront opter d’emblée pour le mode « difficile ».

Comptez une dizaine d’heures pour le terminer. A cela, on peut ajouter le mode mulitjoueurs.

Mais, ce qui fait probablement toute la force de Tomb Raider, c’est ce rythme incroyable qui, du début à la fin de cette aventure épique, ne laisse aucun temps mort. L’archéologue britannique âgée de 21 ans devrait également être à l’honneur d’un film reprenant le scénario du jeu. Mais, pour l’heure, c’est sur PS3, Xbox 360 ou PC qu’on renoue avec cette franchise lucrative qui n’a décidément pas dit son dernier mot.


13 commentaires

  1. Visiblement tout le monde a l’air de dire que ce reboot fait du bien à la série. Ca me donne envie de m’y intéresser alors que ça fait un moment que j’avais fait une croix sur les tomb raiders

  2. C’est beau mais :
    – les énigmes sont quasi inexistantes ou alors les cerveaux se ramollissent…
    – les QTE sont gonflantes, c’est un style de jeu que je n’apprécie vraiment pas…
    – 70% du jeu consiste à dézinguer des types
    – bon nombres de scènes cinématographiques nous font perdre la main sur le jeu : que de blabla…
    Bref pour moi, aficionado des tomb raider des la 1ère heure c’est une grosse déception…

  3. Ce qui est gênant avec la nouvelle politique de certains éditeurs de jeux et/ou fabricants de consoles, c’est que de plus en plus, si l’on a pas une connexion internet pour mettre à jour le jeu avant le premier lancement, ceux-ci ne veulent pas se lancer !

    C’est ce qui nous est arrivé avec ce « Lara » sur PS3 malgré un emballage nickel, un disque nickel (jeu neuf donc c’est la moindre des choses, pas de rayure ni rien). Au lancement, la cinématique de démarrage se lance et moins de 2 mn après… paf, écran noir, console figée, obligé de rebooter la PS3. Plusieurs tentatives ont donné invariablement le même résultat. On était à deux doigts de ramener le jeu en magasin. Ne connectant jamais la PS3 sur adsl, on s’est quand même décidé à le faire « au cas où »… et zooommm, ni une, ni deux, à la première connexion = une mise à jour de +- 50Mo et le jeu s’est lancé sans soucis du premier coup. Bien évidemment, rien sur le boitier n’indique cette nécessité !

  4. @Chris88 : La connexion n’est pas obligatoire, je suis en résidence étudiante (donc pas d’accès au net depuis la console) cela fait 2 ans qu’elle n’a pas été mise à jour et le jeu s’est lancé.
    J’ai eu le même écran noir au même moment. Reboot et hop ca a marché. Ma copine sur sa partie a due reboot 2 fois.
    Surement un bug de jeu que justement la mise à jour corrige.

  5. Déjà d’un point de vue visuelle y’a du mieux c’est sur !
    Le visage de Lara est beaucoup mieux finis et moderne que les précédentes versions (après c’est sur que c’était pas sur la même console non plus).

  6. Ouais, ce reboot est juste énorme, que ce soit par la construction du personnage de Lara Croft, ou de l’histoire tout court d’ailleurs.

    Par contre, le fait qu’il soit critiqué « ouais y’a trop de cinématique, y’a trop de blabla »…. Désolé, mais pourun jeu, je trouve ça juste essentiel. Sinon tu peux retourner faire de l’arcade hein. Par contre je suis d’accord sur le fait que les enigmes, ils auraient pu pousser un peu (par exemple le donjon du pack explorateur, qui se fait finalement en 10 minutes…)

  7. Encore un jeu qui se fini en 10 heures…. entre 50 et 70€ pour 10h de jeu ca fait mal ! très mal !

  8. Pour avoir reçu le titre avec ma nouvelle carte graphique, je me suis replongé dans Lara Croft que j’avais quitté à l’époque de la PS1, beaucoup de blabla également, il est agréable de replonger dans l’univers, même si il est facile d’avancer sans récolter et les objets bonus, et missions : dommage du coup on explore pas forcément tout. L’ambiance est néanmoins très sympathique un peu comme si on était plongé dans la série LOST mais avec la vois de Gibbs pour les amateurs ^^

  9. Je suis d’accord avec yobi, il n’y a pas d’énigmes digne de ce nom. Tourner 2 leviers à la suite séparé par 10 m…pfiou qu’est ce que j’ai du réfléchir oulala. Alors oui, c’est magnifique, l’histoire est sympa, on se prends vraiment au jeu tellement les émotions sont bien retranscrites…mais un tomber raider sans énigme…c’ est pas un tomb raider, un très joli film interactif plutôt. Et meme si elles sont très bien faites, quel dommage de perdre le contrôle pendant si longtemps pendant certaines scènes. Bon ça reste un très bon jeu, juste très déçu d’avoir perdu le cote casse tête. La même chose en plus tordu et c’est le 19/20 ! Pour le moment je mettrais 16

  10. Mérite un 19/20 quoi qu’ont disent.
    Fan de la 1ère heure aussi, j’ai pris un grand plaisir à faire le jeu, même si il aurai pu être un peu plus difficile.

  11. Je me souviens du premier opus de tomb raider sur playstation 1.
    On était tous ébloui devant le corps de cette fille qui était composé d’une dizaine de pixel.
    Aujourd’hui c’est autre chose

Send this to friend

Lire les articles précédents :
SimCity : un lancement en mode catastrophe

SimCity version 2013 était très attendu par les fans, peut-être trop. En effet, il était difficile sinon impossible, durant les...

Fermer