Test : Dead Island Riptide, le cauchemar continue !

Dead Island Riptide est le second volet du survival horror de Deep Silver. Le cauchemar se poursuit avec ces hordes de zombies assoiffées de sang prêtes à en découdre et s’invite sur PS3, Xbox 360 et PC. Notre test réalisé sur Xbox 360 analyse et dissèque le jeu.

Les zombies sont à la mode et ce ne sont pas les développeurs du studio polonais Techland qui diront le contraire. Dead Island Riptide se déroule sous les tropiques et vous fera plonger en enfer dans un décor de carte postale à l’instar de Dead Island.

On se souvient de ce trailer magistral de Dead Island qui introduisait l’horreur dans un hôtel de luxe situé sur une île ensoleillée. Dead Island n’était malheureusement pas à la hauteur du trailer avec de nombreux problèmes de réalisation et de nombreux bugs.

Avec le nouvel opus Dead Island Riptide, on était en droit de s’attendre à ce que les développeurs aient corrigé le tir.

Le jeu est fidèle au premier volet et reprend les éléments qui le constituent. Il s’agit d’un FPS. Si la trame narrative vous place sur un bateau initialement, c’est à nouveau sur une île qu’il faudra affronter les hordes de morts-vivants.

L’histoire

Dans Dead Island, l’apparition d’une mystérieuse infection transformait l’île de Banoï située près de la Papouasie-Nouvelle-Guinée en cauchemar éveillé pour 4 survivants à ce virus. On choisissait l’un de ces personnages au début du jeu puis le jeu nous guidait vers des quêtes principales et secondaires à remplir pour les autres survivants de Banoï. Le jeu se présentait en 4 actes, chacun couvrant une grande zone ouverte.

Le joueur pourra transférer son personnage du premier opus afin de conserver les points d’XP acquis. C’est plutôt bien vu de la part des développeurs.

Dans Riptide, les 4 survivants ont parvenu à s’échapper de l’île de Banoï en hélicoptère mais, à court de carburant, il atterrissent sur un navire où ils sont détenus captifs par le colonel Samuel Hardy afin de servir de cobayes.

Il y a toujours Logan, un ex quaterback pro, passé maître dans le maniement des armes de lancer, Puma, garde du corps pour VIP et ex-officier à Sydney, accessoirement experte en arme à feu, Xian Mei, membre des forces spéciales chinoises qui excelle dans le maniement des armes blanches et enfin Sam B, star éphémère du rap et doué pour le maniement des armes contondantes.

Dans la cale du bateau où ils sont retenus, ils vont découvrir un 5ème individu en la personne de John, ancien soldat de l’US navy devenu cuistot sur le navire militaire, doté de griffes en acier et expert en combat rapproché.

Mais, le bateau va échouer sur l’île de Palanaï. Bien entendu, elle est infectée par le même virus et infestée de morts-vivants.

On découvre que l’archipel où se trouve Banoï et Palanaï est en fait sous embargo naval.

Les quêtes principales sont, comme dans le premier volet, l’occasion de faire le tour de l’île. On pourra utiliser les mêmes véhicules ainsi qu’un bateau. On prendra sous notre houlette un groupe de réfugiés avec des objectifs qui se révèlent vite redondants. Il faudra notamment barricader le camp et le défendre face aux vagues de zombies qui veulent s’y inviter.

Malheureusement, les développeurs se sont contentés du strict minimum d’un point de vue graphique. Les textures sont assez moyennes, les problèmes de collisions sont très fréquents et les décors proches de ceux du 1er volet. Parfois, des objets disparaissent quand ce ne sont pas des zombies qui traversent des murs. Techniquement, le jeu n’est donc pas abouti.

Dans tout cela, on retient qu’il y a parfois des décors qui sont beaux.

Gameplay

Riptide reprend la même prise en main avec les gâchettes pour les coups ou pour viser et tirer. Cela rend le jeu très accessible. On pourra également s’accroupir, sauter et sprinter. On retrouve toutefois les problèmes de distance pour frapper les zombies et une IA plutôt moyenne.

Le joueur récupérera tout ce qu’il peut afin de se guérir et d’assembler des armes. Cela se fera à différents endroits et il faudra avoir acquis de l’XP. Celle-ci vient avec les points de compétence qui sont obtenus en dégommant les zombies.

Au début du jeu, on choisit un set de compétences prédéfini ou personnalisé pour son personnage. Il peut s’agir d’un set favorisant vos aptitudes au combat, à la survie ou bien d’un set équilibré. Mais en progressant dans le jeu, on va faire évoluer ces différents compartiments grâce aux points de compétence acquis.

Cela confère un aspect RPG intéressant à ce FPS.

Gagner en niveau se traduira par de nouveaux mouvements, facultés et habiletés

Correct mais sans plus

La bande sonore du jeu tient son rôle même si les cris des zombies ne sont pas toujours cohérents avec leur présence dans les environs. On s’en rend rapidement compte. Pire, dans certains cas la bande sonore ne semblait pas parfaitement synchronisée avec ce qui se passait à l’écran.

Le moteur graphique est correct mais reste à la traîne derrière celui d’autres productions modernes.

Par ailleurs, les problèmes techniques sont beaucoup trop présents. On retrouve souvent les mêmes qui avaient gâché le plaisir de jouer à Dead Island, ce qui est plutôt fâcheux pour une suite.

Toutefois, l’aspect évolution du personnage reste intéressant tout comme la confection d’armes plus puissantes avec différents objets ramassés çà et là.

Malgré ses défauts, les développeurs ont doté Riptide d’un mode coopération à 4 (en ligne ou non) qui confère un intérêt certain au jeu. Dans un milieu hostile, la coopération s’avère toute naturelle pour augmenter son espérance de vie.

Conclusion

Dead Island Riptide permettra aux joueurs qui avaient aimé le premier opus de replonger dans la même ambiance. Les autres découvriront ce jeu au scénario assumé de série B mais n’apprécieront pas forcément les limites techniques du jeu même s’il reste plaisant à jouer. On le conseillera donc aux joueurs en manque de FPS, aux amateurs du genre et aux fans de la franchise.

Testé sur Xbox 360, Dead Island Riptide édité par Deep Silver est disponible également sur PS3 et PC.


6 commentaires

  1. Même si ce jeu peut souffrir d’un manque de nouveautés, qui pour ma part s’explique largement, ce jeu est une tuerie! Le scénario est bien travaillé même si il aurait pus mettre ça plus en avant. Les graphismes sont corrects. La coopération est le + qui fait que ce jeu mérite 18/20. Je vous le conseille fortement!

  2. vraiment dommage que le jeu soit loupé techniquement
    pour moi c’est une beta et il n’aurait pas du le sortir comme ça

  3. J’avais apprécié le premier, j’espère que je serais pas déçu malgré tout par le 2ème, merci pour le test en tout cas!

  4. Pour avoir joué au premier, je confirme que ce jeu est une tuerie! Ils ont fait fort les polonais sur ce coup là!

  5. Merci pour le test. J’ai joué au 1, mais je me souviens avoir trouvé ça répétitif. Passé le plaisir de trancher des zombies avec une machette, le jeu demande les mêmes choses en boucle.

    Par contre, je ne comprends pas pourquoi vous faites le test d’un FPS sur une console 😀

  6. Merci pour ce très bon test, d’autant que ce second opus était très attendu et que la communauté de « zombies killers » est acharnée 😉

    Le premier était vraiment bon et s’il y a des bugs ou qu’il est limité techniquement etc, on ne peut donc que conseiller d’attendre avant l’achat que le studio fasse son travail en proposant des correctifs adéquates et efficaces.

    C’est d’ailleurs réellement une mauvaise manie: de plus en plus de jeux sortent « mal finis », remplis d’erreurs ou de bug etc…

    Par respect pour les acheteurs et les joueurs, il faut donc leurs conseillers d’attendre … ou de passer leur chemin!

    Merci en tout cas pour ce test qui permettra de donner du recul aux acheteurs compulsifs (cela évitera certainement quelques déceptions et gaspillage d’argent)… Je viens de le partager sur mon site.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
La Smart Cover de votre iPad pourrait stopper un défibrillateur !

La Smart Cover d'Apple pour l'iPad pourrait bien être dangereuse et présenter un risque d'arrêt pour les défibrillateurs proches à...

Fermer