Le Nokia N97 est une sorte de Rolls des smartphones tant le nombre de ses fonctions est pléthorique, sa finition au-dessus de tout soupçon… et son prix, élevé. Disponible en France depuis mi-juin, il m’a été fourni par Nokia depuis quelques semaines, ce qui m’a laissé tout le loisir de l’utiliser en conditions réelles au

Le Nokia N97 est une sorte de Rolls des smartphones tant le nombre de ses fonctions est pléthorique, sa finition au-dessus de tout soupçon… et son prix, élevé.

Disponible en France depuis mi-juin, il m’a été fourni par Nokia depuis quelques semaines, ce qui m’a laissé tout le loisir de l’utiliser en conditions réelles au quotidien pour me faire une vraie opinion sur cet appareil, qui mérite plus qu’une simple prise en main.

intro1 Test du Nokia N97

Avant de rentrer dans le détail, sachez que mon impression est globalement positive : le Nokia N97 est une belle bête !

Un smartphone richement doté

Pour le dernier né de sa gamme, Nokia n’a pas fait les choses à moitié : tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un smartphone moderne est au catalogue, et cela donne une liste de fonctions assez impressionnante : écran inclinable tactile 3,5″ 16 millions de couleurs avec résolution 640×360 (format 16/9), compatible 3G/3G+, clavier physique coulissant complet AZERTY, A-GPS, boussole, capteur photo Karl Zeiss de 5 Mpx avec flash led, vidéo VGA qualité DVD, WiFi, Bluetooth, Tuner FM RDS, émetteur FM, deuxième APN en façade pour les appels en visio, kit mains libre filaire avec télécommande permettant de zapper la musique, la vidéo et la radio, etc.

Concernant le capteur photo du N97, voici une photo et une vidéo prises avec, non retouchées (juste redimensionnées) :

photo nokia Test du Nokia N97

Prise en main

Quand on a été élevé au biberon Palm Tréo, puis Windows Mobile et enfin iPhone (avec quand même quelques courtes escapades chez BlackBerry et Sony Ericsson), il faut un petit temps d’adaptation pour s’habituer à l’univers Nokia/Symbian. Ayant eu il y a quelques années un 6680 puis un E61, j’ai quand même retrouvé quelques similitudes, et la prise en main ne fut pas aussi déroutante que cela. Tout d’abord parce-que le Nokia N97 est un très bel objet, classe et agréable à prendre en main : plus épais qu’un iPhone en raison de son clavier coulissant, il est aussi plus étroit, ce qui le rend particulièrement plaisant à manipuler.

014 Test du Nokia N97

L’écran est large et lumineux, et la sélection des menus sur sa surface tactile ne pose pas de problème partiulier. C’est d’ailleurs l’une des très bonnes surprises de cet appareil : il est très véloce et réactif. Je n’ai constaté aucun ralentissement durant toute cette période d’utilisation. Il m’a fallu en revanche un certain temps pour arriver à sortir le clavier facilement en le faisant coulisser : cette manoeuvre n’est pas évidente au départ [déjà il faut penser à tenir l'appareil dans le bons sens :-)] mais avec un peu d’entraînement elle devient une routine simple et rapide. Une fois le clavier sorti, l’écran s’incline automatiquement. La manipulation donne une impression de guidage parfait et de très bonne finition : aucun jeu constaté, et un son qui inspire la qualité au dépliage-repliage du clavier. De la belle ouvrage.

023 Test du Nokia N97

Les fonctions physiques

Outre le clavier AZERTY complet, on a droit à un pad directionnel sur ce dernier, ainsi qu’aux commandes courantes sur ce type d’appareil, à savoir : un bouton marche-arrêt qui permet également de gérer les modes (Silencieux, Réunion, etc…), le duo décrocher-raccrocher (tactile), et un bouton physique qui donne accès aux applications. Sur la tranche, on retrouve le bouton de volume, celui qui sert à déclencher l’appareil-photo, une prise micro-USB (pourquoi pas mini-USB ?), la prise jack 3,5mm pour les écouteurs, ainsi qu’une tirette très pratique pour verrouiller-déverrouiller l’écran.

Côté accessoires, le Nokia N97 est livré avec un package complet, à savoir une housse en daim noir, une protection d’écran pré-installée, un kit mains-libres filaire avec télécommande pour l’audio, les CD d’installation un chargeur, et un… stylet séparé.

L’écran tactile

L’écran est résistif (et non pas capacitif comme celui de l’iPhone) mais les progrès réalisés ces derniers temps sur cette technologie le rendent très sensible et agréable à utiliser. Même si l’on ne dispose pas de la sensation et de la réactivité à l’effleurement d’un iPhone, il est cependant très rare de devoir avoir recours au stylet (je ne m’en suis servi que pour le tester). Une particularité étonnante et un peu agaçante au début, mais finalement pas idiote : pour éviter les clics involontaires souvent fréquents lorsque l’on manipule un objet à écran tactile, Nokia a fait le choix du double-clic : il faut donc cliquer deux fois sur les menus et icônes pour lancer les applications voulues. Ce qui au départ à généré de nombreux malentendus entre mon Nokia N97 et votre serviteur, je vous laisse imaginer…

Le Nokia N97 est doté d’un accéléromètre qui n’est pas activé par défaut. Il faudra aller dans les paramètres de l’appareil pour le faire. Si vous l’activez, l’écran bascule alors automatiquement en mode paysage selon l’inclinaison du téléphone.

OVI ? Oh non !

Nokia mise beaucoup sur son « App Store » du doux nom de OVI Store, qui permet de télécharger des applications sur son N97 (et les autres modèles compatibles), mais également de stocker en ligne quelques fichiers et de synchroniser et sauvegarder On The Air (par le réseau GSM ou WiFi) ses données, y compris agenda et répertoire. Certes. Dans les faits, mon expérience avec OVI a tourné court : impossible de faire fonctionner le bazar, qui même après moultes tentatives et ré- installations a obstinément refusé de reconnaître mon N97 connecté en USB. Si vous n’avez pas le coeur à perdre une journée pour tenter de comprendre comment fonctionne cette usine à gaz et la paramétrer, oubliez OVI : ce n’est pas pour vous. Je me suis donc replié sur Nokia PC Suite dont j’ai récupéré en téléchargement la dernière version sur le site Nokia et tout fonctionne correctement (même si là encore l’ergonomie pourrait sérieusement être améliorée).

Email

Disposant d’un compte Gmail, j’ai très facilement paramétré la messagerie : il m’a suffi à la première invite de saisir mes identifiants Gmail pour que le N97 fasse le boulot et reconnaisse automatiquement le fait que ma boîte email est en IMAP. Quelques secondes plus tard, après les énervants messages de confirmation de connexion auxquels on a systématiquement droit avec Nokia, je récupérai mes emails. Mais seulement ceux de la boîte de réception. Ayant une trentaine de labels  (libellés ?) sur Gmail qui constituent autant de dossiers, j’ai l’habitude de les synchroniser à chaque consultation avec mon iPhone, mais ce n’est pas le cas avec le N97 : impossible de retrouver ces dossiers sur l’appareil, ou plutôt si : une seule fois, après de longues recherches, mais ceux-ci étaient simplement listés, et vides. Le paramétrage de l’IMAP sur le Nokia N97 ne semble finalement pas aussi aisé que cela, et il va me falloir prendre le temps de fouiller dans les menus, voire consulter quelques forums pour trouver la solution.

Edit : les dossiers IMAP sont bien présents mais bien cachés dans les menus. Pour les activer, il faut aller dans Options/Parametres/Parametres récupération/Abonnements dossiers. Mauvais point pour le N97 : cette manipulation ne devrait même pas exister à partir du moment ou l’on renseigne ses ID Gmail, comme on le fait sur l’iPhone ou sur Android.

Le client mail permet la lecture des emails au format HTML :  il suffit pour cela de cliquer sur la pièce jointe nommée Attachment.html en haut de ceux-ci. Pas très pratique non plus, mais cela offre l’avantage de laisser le choix à l’utilisateur de ne charger que les mails au format texte s’il le souhaite.

Navigateur web

Le navigateur web est celui développé et proposé par Nokia depuis plusieurs générations de smartphones. Il s’est amélioré lui aussi avec le temps et offre une navigation relativement fluide et agréable. Il reste cependant assez éloigné du standard élevé popularisé de fait par l’iPhone, notamment au niveau des fonctions de zoom et de défilement, qui restent encore relativement laborieuses. Un bon point en revanche : il supporte partiellement le Flash (Flash Lite) même si d’après ce que j’ai pu tester celui-ci n’est pas installé nativement (pas sur le mien en tout cas).

Divers

Le Nokia N97 est donc très richement doté en fonctions et applications. Parmi ces dernières on trouvera une version dédiée et très complète de Facebook (mais bizarrement pas de client Twitter) et l’une de mes favorites, Qik, dont nous avons déjà parlé, et qui permet de faire de la visio en diffusant en direct et en streaming sur internet ce que la caméra de votre N97 est en train de filmer.

L’écran d’accueil quant à lui fonctionne sur le principe de la personnalisation complète à l’aide de widgets. Je dois avouer que n’ayant pas jailbreaké mon iPhone pour personnaliser son écran d’accueil, il est plutôt plaisant et pratique de retrouver un smartphone sur lequel on dispose de certaines informations dès l’écran de démarrage, comme par exemple les prochains rendez-vous et évènements figurant dans l’agenda ou un extrait des derniers mails reçus.

Enfin, côté autonomie, le N97 fait plutôt bonne figure par rapport à la concurrence : si celle-ci nous habitués à un standard de tenue de batterie d’une journée environ, le Nokia N97 fait un peu mieux puisqu’avec un usage similaire je n’ai eu à le recharger qu’après une journée et demie d’utilisation.

En conclusion

Après deux années passées en compagnie d’un iPhone assez incomplet et frustrant sur certains points, la sensation la plus agréable avec ce smartphone est celle qui consiste à avoir de nouveau en poche un compagnon ultra-complet qui ne fait l’impasse sur aucune fonction, soit un véritable mini-ordinateur de 150 grammes au format très compact. Rien ne manque, et du geek exigeant au professionnel multi-tâches, tout le monde trouvera son bonheur avec ce type d’appareil : photo, vidéo, web, visio, prise de notes, GPS, clavier ou tactile, tout est possible, avec de surcroît une interface fluide et intuitive.

Reste le prix, encore élevé hors forfait opérateur : 609 euros sur le site Nokia au moment où j’écris ces lignes.

J’aime beaucoup ça :

  • le design, surtout en noir/gris sombre
  • la qualité de fabrication
  • le clavier AZERTY
  • l’exhaustivité des fonctions
  • la fonction vidéo haute qualité
  • les 32 Go de mémoire embarquée

J’aime pas très beaucoup ça :

  • le prix (mais bon, on n’a rien sans rien comme disait Mdame Michu)
  • le navigateur web
  • la complexité apparente du paramétrage des emails
  • le clavier coulissant, pas toujours très pratique pour prendre une note rapidement
  • l’épaisseur de l’appareil

Et maintenant, les photos et les vidéos du test du Nokia N97 :

054 Test du Nokia N97

061 Test du Nokia N97

072 Test du Nokia N97

082 Test du Nokia N97

092 Test du Nokia N97

101 Test du Nokia N97

111 Test du Nokia N97

121 Test du Nokia N97

131 Test du Nokia N97

14 Test du Nokia N97

15 Test du Nokia N97