Test : « Gears of War : Judgment »

« Gears of War : Judgment » est une préquelle à la célèbre trilogie Gears of War. Il s’agit d’une ode au multijoueur et au coop avec en bonus une seconde campagne qui constitue l’épilogue de la série. Une façon astucieuse de boucler la boucle en somme.

Gears of War : Judgment est le quatrième volet de la franchise.

Le jour de l’Emergence

Après un combat fratricide de plusieurs dizaines d’années, les nombreuses nations ont finalement réussi à s’entendre pour exploiter l’Emulsion, une ressource énergétique souterraine. Peine perdue puisque les Locustes, des créatures intraterrestres, ont décidé de s’en mêler.

Les développeurs d’Epic Games et de People Can Fly ont opté pour une préquelle qui se déroule 14 ans avant Gears of War 1. Confier les rênes d’une franchise solidement établie était hautement risqué. Mais, Microsoft a attribué en partie le développement au studio polonais People Can Fly qui a parfaitement transformé l’essai. Le 4ème volet apporte de nombreuses nouveautés tels que le système de spawn, des Classes, des nouvelles armes et se déroule à une autre époque. Le feeling reste toutefois celui d’un Gears of War sans être un simple volet supplémentaire qui n’aurait rien apporté.

Vous incarnez le lieutenant Damon Baird, un des seuls personnages dont l’histoire n’avait pas été développée jusqu’alors, ce qui permet au joueur de mieux s’identifier au personnage. Judgment ne met pas en scène un monde détruit mais nous dévoile le jour de l’Emergence, c’est-à-dire le jour où les Locustes sont sortis des entrailles de la Terre. Les soldats découvrent ainsi pour la première fois ces espèces d’orcs bestiaux.

Dans ses tribulations guerrières, Baird est accompagné de Cole Train, un personnage présent dans les trois premiers volets, de Garron Paduk et de Sofia Hendrick.

On nous explique que ces 4 soldats ont été arrêtés et traduits en justice afin d’être jugés par leur supérieur, le colonel Loomis. Chaque membre du Kilo Squad va alors présenter son témoignage au travers de flashbacks, à la manière d’un film de Tarantino.

Plus de profondeur au gameplay

Le coop jouable jusqu’à 4 introduit le système S3 (pour Smart Spawn System). Le cours du jeu est modifié à chaque fois que vous mourez et recommencez à partir d’un checkpoint. Cela confère une forte replay value au jeu. De surcroît, la difficulté est dynamique et ajuste le jeu à vote manière de jouer. Grâce au système S3, le jeu enregistre toutes vos actions. A la fin de chaque chapitre, il prend en compte différents paramètres (challenge accepté, réussite, récompenses…) afin de vous noter de 1 à 3 étoiles. Au gré des différents chapitres, les étoiles vont ainsi s’accumuler et vous permettre de débloquer des personnages pour le multi, des personnalisations pour votre armure, des skins pour les armes mais surtout une campagne secondaire nommée « Aftermath Campaign ». Alors que la campagne principale situe les événements 14 ans avant Gears 1, celle que vous débloquerez se déroule après Gears 3.

Les développeurs ont également donné plus de profondeur au gameplay grâce aux missions Déclassifiées. A chaque fois que vous verrez un symbole Gears, vous pourrez choisir de déclassifier une mission dans le but d’apprendre la raison d’être de ce procès et la manière dont les accusés n’ont pas respecté certaines règles dans des zones où ils auraient dû.

Enfin, le multi se dote d’un système de Classes (au choix : soldat, ingénieur, scout et médecin). Chaque joueur peut ainsi sélectionner une Classe afin de contribuer de façon singulière à l’équipe.

Le mode Survival est le nom du nouveau mode Horde de Judgment. On trouve également le mode Overrun qui oppose une équipe de Locustes à une autre composée de soldats. Enfin, des modes multi plus classiques sont présents avec le Deathmatch et le nouveau mode Domination.

Conclusion

Les efforts des développeurs sont réellement louables et le résultat à la hauteur des attentes avec un nouveau Gears of War qui comblera les fans du genre. Si la campagne solo est plutôt courte, le multi et le coop trouveront matière à occuper les joueurs durant de longues soirées.

« Gears of War : Judgment » est disponible sur Xbox 360.


Un commentaire

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Charlie Kindel, ancien développeur chez Windows Phone, rejoint Amazon pour travailler sur « quelque chose de secret »

Ce qui aurait pu être une farce est en fait réalité : Charlie Kindel rejoint Amazon. A la fois «...

Fermer