Test de « Metal Gear Rising Revengeance »

Metal Gear Rising Revengeance reprend le flambeau de la franchise d’Hideo Kojima pour le plus grand plaisir des fans. Mettant en scène Raiden, le dernier jeu ultra rythmé de Konami apporte une énorme tranche d’action.

Que de chemin parcouru par la franchise Metal Gear depuis le premier opus sorti en 1987 sur MSX2 (deuxième génération des ordinateurs japonais MSX). L’oeuvre d’Hideo Kojima s’étoffe d’un nouveau volet avec Metal Gear Rising Revengeance. L’infiltration pure est toutefois ici troquée au profit de l’action ultra rythmée.

L’empreinte d’Hideo Kojima

On retrouve également l’empreinte du géniteur de la franchise dans les thèmes abordés : conflit géo-politique, organisation paramilitaire, cyborg, complot… Tout cela devrait ravir les fans qui prendront les commandes de Raiden dans ce spin-off qui se déroule 4 ans après les événements de MGS Guns of the Patriots.

Le personnage de Raiden était d’abord apparu dans Metal Gera Solid 2 Sons of Liberty puis dans Guns of the Patriots (Raiden n’est pas jouable mais apparaît tout de même), le quatrième épisode clôturant la saga de l’emblématique personnage de Solid Snake.

Raiden, transformé en cyborg par les « Patriotes », travaille désormais pour « Maverick Security Consulting », une société de sécurité militaire privée. Le monde est une nouvelle fois déstabilisé par une organisation. C’est Samuel Rodrigues qui incarne cette menace. Le cyborg qui agit dans le giron de l’organisation « Desperado Enterprises » n’hésite pas à assassiner le premier ministre de la République d’Abkhazia. « Maverick Security » est alors appelé à la rescousse et c’est à cette occasion que Raiden va devoir en découdre avec les Desperados. Les poncifs du genre sont donc bien présents mais ils sont aussi un prétexte pour vous faire plonger au coeur de l’action.

Fluidité et excellent gameplay

Le gameplay est parfait grâce à des commandes hyper réactives. Tout se fait dans une excellente fluidité sans aucune baisse de framerate (test effectué sur PS3). La bande sonore ultra nerveuse et rythmée contribue indéniablement à vous plonger dans l’univers de ce MGS. Platinum Games a capitalisé sur toute son expérience du beat’em all puisque les studios japonais sont à l’origine de MadWorld (Wii), Vanquish et l’excellent Bayonetta (dont le second opus est attendu pour cette année).

Si l’action frénétique caractérise donc Rising vengeance, ne vous y trompez pas, le jeu n’en reste pas moins subtile. Toutes les aptitudes de Raiden doivent être utilisées pour venir à bout des adversaires et il faudra en particulier user de l’esquive avant de mieux attaquer l’ennemi déstabilisé. On peut également compter sur le mode Katana qui vous permet de choisir l’angle de tranche de votre arme, le tout dans un spectaculaire effet de ralenti. Plusieurs attaques sont possibles ainsi que des combos qu’il faudra maîtriser afin d’user l’adversaire dans un savant dosage d’attaques et de parades. Notez qu’il est possible de recharger sa barre d’énergie en achevant les ennemis au Katana (zandatsu). Des points vous sont également octroyés après chaque combat, ce qui donne un aspect scoring intéressant au jeu.

Si on retrouve toute la maîtrise technique de Platinum Games pour les combats, on pourra toutefois s’étonner que la caméra ne soit pas toujours parfaitement maîtrisée. C’est le stick analogique droit qui permet de la diriger et on note çà et là, dans les zones exigües qu’elle est effectivement parfois mal gérée, sans que cela ne soit toutefois rédhibitoire.

Les décors soignés sont au service d’un jeu ultra immersif et prenant même si on aurait pu souhaiter une durée de vie plus longue. Comptez en effet 8 heures pour le terminer même s’il sera toujours possible d’y rejouer pour améliorer son score.

L’oeuvre d’Hidéo Kojima hérite d’un nouvel opus incontournable pour qui aime les jeux de combat. Metal Gear Rising Revengeance développé par Platinum Games et édité par Konami est disponible sur consoles PS3 et Xbox 360 ainsi que sur PC.


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Capture-d’écran-2013-03-10-à-20.24.18
Top 10 des marques musicales sur les réseaux sociaux… C’est l’Hebdo Musique & Web

Quelle influence le monde de la musique détient-il sur les réseaux sociaux ? Labels, marques d'instruments, services de streaming... tous...

Fermer