Test : Octodad Dadliest Catch [PS4]

Initié sous forme de projet Kickstarter par Young Horses, Octodad Dadliest Catch (Octodad 2 initialement) déboule à la criée ou plutôt sur le PlayStation Store pour la PS4. Une arrivée remarquée pour un papa poulpe qui ne passe pas inaperçu ou plutôt le contraire…

Si les jeux indépendants sont parfois l’occasion de découvrir de petites perles ciselant tantôt un gameplay original, tantôt un univers singulier, que dire de Octodad Dadliest Catch ? On peut sans conteste parler d’ovni vidéoludique pour ce jeu dans lequel vous incarnez Octodad.

Octodad_Deadliest_Catch_a

Poulpe Fiction

Celui-ci est un père de famille classique, à la différence qu’il est poulpe parmi les humains. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour lui, ça veut dire beaucoup… Beaucoup de tentacules (4) à synchroniser en lieu et place de jambes et de bras pour effectuer les tâches du quotidien.

Beaucoup d’humour également car, vous l’aurez compris, Octodad surfe (sans jamais se noyer) sur le comique de situation (des situations souvent décalées).

« Il est en retard, il est toujours en retard », s’exaspère la future épouse d’Octodad alors qu’elle attend qu’il vienne lui mettre la bague au doigt. Et pour cause…

Octodad_Deadliest_Catch_f

Cet espèce de grand invertébré va vous donner du fil à retordre lorsqu’il s’agira de vous mouvoir dans l’espace sans détruire tout le mobilier (ou mettre au tapis votre épouse par mégarde). Un brin coton, cette simulation de poulpe pourra en irriter plus d’un. On avance en appuyant successivement sur les gâchettes R2 (jambe droite) et L2 (jambe gauche). Les sticks analogiques gauche (mouvement horizontaux à 360 degrés) et droit (déplacement vertical) permettent de contrôler le tentacule qu’il utilise comme bras. R1 (ou X) permet d’agripper (via les ventouses du tentacule) un objet (on le relâche de la même manière).

Octodad_Deadliest_Catch_e

Techniquement, le jeu ne tire pas vraiment profit de la puissance de la PS4. Les angles de caméra choisies automatiquement restent hasardeux et la frustration n’est jamais très loin.

Mais, c’est en persévérant qu’on devient poulpe. Après pas mal de casse, on arrive finalement à synchroniser les mouvements avec son DualShock.

L’essentiel est toutefois ailleurs que dans la technique. On rigole beaucoup dans ce jeu complètement dingue avec son histoire loufoque qui, si elle est loin d’être tentaculaire, vous captivera durant 3 bonnes heures.


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Atari_2600_ET
Cartouches Atari 2600 d’E.T. : la légende urbaine prend fin

Le mystère entourant l’une des plus grandes légendes urbaines de l’histoire du jeu vidéo vient d’être levé. L’histoire concerne le...

Fermer