Test Resident Evil : Revelations [Wii U]

Incontournable sur la portable 3DS, Resident Evil : Revelations fait un détour sur les consoles de salon. Ce portage conserve-t-il tout son intérêt et apporte-t-il une plus-value ? Réponse dans ce test de la version Wii U.

Resident Evil : Revelations est un spin-off de la série Resident Evil qui se situe entre les épisodes 4 et 5, ce dernier se déroulant en Afrique.

Sorti en janvier 2012 sur la Nintendo 3DS, il s’agit probablement d’un des jeux qui exploite le mieux les possibilités de la console portable de Nintendo.

Capcom a attendu une année avant d’effectuer un portage sur PC, PS3, Xbox 360 et Wii U. Le test a été réalisé sur la version Wii U du jeu.

Le scénario

Le groupe terroriste Veltro est à l’origine du virus T-Abyss, une variante du virus-T (précisément une fusion entre un virus marin, l’Abyss, et le virus-T). Il n’en faut pas moins pour que le BSAA (Bioterrorism Security Assessment Alliance) et le FBC (Federal Bioterrorism Commission) enquêtent sur cette organisation.

Le découpage du jeu propose 12 chapitres au gré desquels vous incarnerez différents personnages à des endroits très variés.

Dans le premier d’entre eux, vous incarnez Jill Valentine, agent du BSAA, épaulée par son acolyte Parker Luciani. L’histoire débute alors que vous montez à bord du bateau Queen Zenobia sur les traces de Chris Redfield dont le signal GPS a disparu sur ce navire qui vogue sur la Mer Méditerranée. Celui-ci se révèle infesté de créatures mutantes dont certaines font penser au bestiaire de Silent Hill.

Les spécificités de la mouture Wii U

Rappelons que sur 3DS, le jeu est parfaitement jouable sans le deuxième stick même si l’expérience s’enrichit avec l’accessoire Circle Pad Pro apportant le deuxième stick analogique. Sur Wii U, le problème ne se pose bien entendu pas.

On retrouve par ailleurs la jouabilité à deux écrans grâce au GamePad sur lequel on visualise la carte sans avoir à ouvrir un menu, un plus très appréciable dans un survival horror. La gestion des armes se fait également via ce second écran très pratique pour l’occasion.

Mais, on peut aussi se replonger dans une ambiance nomade au casque en jouant directement sur l’écran de la GamePad.

Le réseau MiiVerse permet de laisser des messages sur les monstres (visibles via des bulles de type bande dessinée), de poster des indices aux autres joueurs et de lire ceux qui ont été laissés. Plutôt sympa, cette possibilité reste toutefois très gadget.

L’aspect communautaire est également présent avec la plate-forme en ligne Residentevil.net qui offre de nombreuses possibilités. Si on consultera principalement ses propres statistiques ou celles de ses amis, on accédera également à Twitter et Facebook. On pourra aussi participer à des concours dans lesquels des défis sont proposés ou encore recevoir des notifications pour rejoindre les parties de ses amis…

Un portage rondement mené

Le jeu conserve tout son intérêt avec la possibilité de scanner l’environnement et plus particulièrement les monstres ou autres empreintes digitales. L’occasion également d’accéder à des bonus en jouant de façon exhaustive de ce scan.

On ne s’ennuie pas dans cet opus de Resident Evil même si le scénario n’a rien d’extraordinaire. On pourra tout juste regretter que des temps de chargement relativement longs viennent gâcher le plaisir et interrompre quelque peu l’immersion.

Reste que le gameplay est exempt de défauts, que la bande sonore ajoute à l’ambiance, que les graphismes sont dans l’ensemble réussis et que le niveau de difficulté « enfer » ajoute du piment au jeu. Il apporte une replay value aux joueurs qui auraient déjà terminé la version 3DS ainsi qu’à ceux qui désirent être à nouveau surpris (monstres à des endroits différents) après avoir fini le mode « facile » ou « normal ».

Un mode Commando étoffé

Cette version HD de RER se distingue aussi par son mode Commando accessible d’entrée de jeu. Il faudra dézinguer un maximum de monstres le plus rapidement possible avec possibilité de jouer seul ou bien en coopération en local ou bien en ligne. Par rapport à la version 3DS, il y a plus d’armes, plus d’habilités et plus de personnages dans ce mode dont HUNK (Human Unity Never Kill) Death et Rachel. Les fans de ranking se régaleront avec la possibilité de débloquer des upgrades plus vous jouerez à ce mode.

Conclusion

Avec un mode campagne similaire à celui de la version 3DS, le portage HD du jeu parfaitement réalisé s’enrichit toutefois du mode « Enfer ». On vous conseillera cependant d’acheter la version boîte, faute de quoi il occupera 13 Go sur la mémoire limitée de votre console Wii U (dotée de 8 ou 32 Go).

Mais c’est probablement le mode Commando qui ralliera tous les suffrages apportant une durée de vie substantielle au titre de Capcom également disponible sur les plates-formes PC, PS3 et Xbox 360. L’achat du jeu reste plus discutable si vous disposez déjà la cartouche 3DS et sera fonction de votre attachement à la franchise.


3 commentaires

  1. Très bon test ! En même temps, Resident Evil Revelation n’était disponiple QUE sur 3DS, il a été plutôt bien acceuilli par la critique lors de sa sortie sur la portable de Nintendo. Capcom y a vu un intérêt financier. Les textures HD de l’opus console de salon ont l’air moins bonnes que le RE5 par exemple…. Dommage…

  2. Le jeu a l’air plutôt bien, ça me donne envie de l’acheter, mais, ça sera plutôt pour 3DS que WiiU.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Youtube, les mobiles génèrent 25% des vues

Aux États-Unis, 40% des vues sur Youtube sont désormais générées par des téléphones. Ce chiffre record s'accompagne d'une singulière augmentation...

Fermer