Test Samsung Galaxy Tab

Huit mois après la sortie de l’iPad d’Apple, son premier concurrent sérieux fait son apparition sur le marché : la tablette Samsung Galaxy Tab. Disponible depuis (ou dans) quelques jours chez divers opérateur, celle-ci a déjà fait couler beaucoup d’encre, et il est temps de voir un peu ce qu’elle a dans le ventre. J’utilise

Huit mois après la sortie de l’iPad d’Apple, son premier concurrent sérieux fait son apparition sur le marché : la tablette Samsung Galaxy Tab. Disponible depuis (ou dans) quelques jours chez divers opérateur, celle-ci a déjà fait couler beaucoup d’encre, et il est temps de voir un peu ce qu’elle a dans le ventre. J’utilise au quotidien une Galaxy Tab prêtée par Orange depuis une dizaine de jours et voici ce que j’en pense. Cet article fera souvent référence à l’iPad car c’est naturellement le point de référence, l’étalon-or pour ce type de machine. Je sais qu’il y a d’autres tablettes sur le marché (Archos…) mais comparons ce qui est comparable.

Prise en main : gros smartphone ou mini-tablette ?

Quand on est « habitué » (façon de parler) aux dimensions et surtout au poids de l’iPad (près de 700 grammes), on ne peut qu’être agréablement surpris par la première prise en main du Galaxy Tab : compact et léger. Deux fois plus léger que l’iPad puisque le Galaxy Tab n’affiche que 384 grammes sur ma proverbiale mais très précise balance de cuisine.

Se pose alors la question qui fait débat actuellement : quel est le format idéal pour une tablette, ou, en d’autres termes, un appareil avec écran de sept pouces peut-il encore être considéré comme suffisant pour être qualifié de tablette ? En fait il y a quelques semaines, avant ma première prise en main du Galaxy Tab à Berlin, ma réponse aurait été catégorique : le format idéal est celui de l’iPad, qui représente un parfait compromis entre taille et « portabilité ». D’ailleurs j’avais déjà exprimé ma (bonne) surprise quant à la taille de l’iPad lors de mon premier contact avec la bête : je l’avais déjà trouvé beaucoup plus petit que ce que j’imaginais. Le fait est qu’après plusieurs jours d’utilisation du Galaxy Tab, je suis plus mitigé et… je n’ai pas tranché.

Cette question de format est un vrai sujet car elle est liée aux usages mais également aux besoins – peut-être futiles et artificiels – que nous n’avons de cesse de nous créer. Maintenant que j’utilise le Galaxy Tab, je trouve son format génial… pour l’usage que j’en fais : lire rapidement mes mails, surfer sur le web complet (avec Flash, yeah ! J’y reviendrai), tweeter, allez sur Facebook et d’autres tâches comme la consultation ou la mise à jour de mon agenda, ou la prise de notes. Tout cela n’est pas très différent de ce que l’on fait avec l’iPad, donc. A cela près qu’il y a un avantage ergonomique important : la taille et le poids justement. On utilise et transporte le Galaxy Tab avec une seule main et on saisit du texte avec les pouces comme avec un gros smartphone, et cela fait toute la différence avec l’iPad, en mettant l’un de ses principaux défauts en exergue : son poids excessif. D’autre part, un autre détail n’est pas si anodin que cela : le revêtement du dos du Galaxy Tab est en plastique. C’est peut-être moins classieux qu’un iPad mais à l’usage c’est beaucoup plus agréable au toucher, et surtout : ça ne dérape pas, assurant une prise en main sans avoir à se crisper sur l’engin, et sans nécessiter obligatoirement une housse offrant un peu de grip.

Mais la petite taille du Galaxy Tab peut aussi s’avérer être un handicap : je pense que le spectre des usages est un peu moins large qu’avec l’iPad. Notamment en ce qui concerne les applications média et le confort de lecture qu’elles procurent sur le grand écran de l’iPad. Sans parler de la qualité de l’écran sur laquelle je reviendrai plus loin, il n’est plus besoin de préciser combien il est agréable de lire sur l’iPad, avec des applications comme Flipboard, Wired, mais aussi Paris Match ou d’autres apps plus simples au format PDF pour ceux qui aiment retrouver leur « vrai » journal sur écran. Cette expérience est inégalable et ne se retrouve pas sur le Galaxy Tab. Pour les eBooks en revanche, le Galaxy Tab propose un format idéal, comparable à celui d’un eReader classique.

Eb résumé : deux formats pour deux utilisations complémentaires, dans des contextes différents. Si je devais aujourd’hui me séparer de l’un des eux, j’hésiterais tellement que je jouerais cela à pile ou face. On n’est pas rendus avec tout ce matos, nous qui rêvons de convergence et de la machine unique.

L’écran : bien mais pas renversant

Malgré tout ce que j’ai pu lire sur le sujet, je suis désolé de vous dire que l’écran du Galaxy Tab est presque une déception pour moi. Même si sa qualité est tout à fait acceptable, il faut bien reconnaître qu’en termes de qualité d’affichage il est battu à plates coutures par celui de l’iPad, et même par ceux des smartphones de dernière génération comme son petit frère le Galaxy S ou celui d’un HTC HD7, vraiment magnifique. Même après avoir modifié et optimisé au mieux les réglages, à savoir poussé tous les curseurs au maximum (luminosité, contraste, intensité des noirs et des blancs) le résultat est loin de celui affiché par l’iPad. Les couleurs sont un peu ternes et les blancs ne sont pas vraiment blancs, tirant légèrement sur le jaune.

D’autre part, je ne suis pas fan de la résolution 1080×600, qui « déséquilibre » un peu l’expérience utilisateur, notamment sur le web, que ce soit en mode paysage (ligne de flottaison des pages trop haute) ou en mode portrait (pages étroites et difficilement lisibles sans zoomer plusieurs fois).

Enfin, si le Galaxy Tab est doté comme l’iPad d’un écran capacitif multipoint avec la fonction pincer pour zoomer, et que le tout marche très bien, il reste là aussi en-deçà de l’expérience de fluidité, de sensibilité et de réactivité que propose son concurrent de chez Apple, qui a décidément placé le standard très très haut en la matière, si haut que l’on peut parler d’une sorte de perfection qu’il sera difficile de battre, mais apparemment même de simplement égaler. On retrouve la même différence qu’entre un iPhone et un smartphone Android, qui malgré toutes les qualités des derniers arrivés, grince encore un peu quand il s’agit de faire scroller un écran ou cliquer sur une icône. Avec un iPad, vous n’avez JAMAIS à cliquer deux fois. Avec un Galaxy Tab, cela arrive fréquemment.

Navigateur web

Pas de surprise de ce point de vue, on retrouve le navigateur web Chrome Lite déjà présent et connu sur les smartphones Android. Toujours très fluide et rapide il affiche les pages web dans leur version intégrale identique à la version de bureau, avec cette caractéristique que l’on retrouve également sur iOS et Safari Mobile, qui consiste à faire tenir l’intégralité de la page dans la largeur de l’écran quelque soit les dimensions de cette dernière. Autre point fort du navigateur Android : le « reflow » des blocs de texte quelque soit le niveau de zoom afin qu’il n’y ait pas de défilement vertical. Cette fonction, qui n’existe pas sur iOS est particulièrement pratique pour lire plus facilement.

Enfin je n’oublie évidemment pas la prise en compte du format Flash, ce qui confère au Galaxy Tab un avantage incontestable par rapport à l’iPad, qui donne du coup l’impression de proposer une expérience web partielle, ou borgne. Quel plaisir de pouvoir surfer sans limitations et sans tomber plusieurs fois par jour sur des pages blanches ou incomplètes, de pouvoir lire directement graphiques et animations (y compris Google Analytics…) sans les « marquer pour plus tard à voir sur PC parce-que l’iPad ne lit pas le Flash » ! On dira ce que l’on voudra mais les faits sont têtus, et moi aussi : tant que HTML5 n’aura pas intégralement remplacé et supplanté Flash (pour autant que ce soit le cas un jour) une tablette destinée principalement au web qui ampute celui-ci d’une partie importante de son contenu est une tablette incomplète, voire une aberration. Et pour ceux qui sont réellement allergiques à Flash et préfèrent un web borgne, ils peuvent le désactiver dans les paramètres comme ça tout le monde est content :-) Gros avantage concurrentiel pour le Galaxy Tab, en tout cas pour moi.

Email

L’email peut être géré de deux façons : soit avec Gmail, installé en widget d’origine, Android oblige, ou via une application E-mail compatible IMAP, qui reconnait et rapatrie tous vos dossiers et libellés Gmail avec la simple saisie de vos identifiants Google. Très pratique, cette application rappelle fortement l’application mail de l’iPad. Il est intéressant de remarquer à ce sujet que les applications mobiles de mail sont parmi les seules qui arrivent à être plus efficaces et conviviales que leurs homologues de bureau.

Applications

Le Galaxy Tab est livré avec un lot d’applications pré-installées. Parmi elles on trouve deux jeux fournis gratuitement par Gameloft, à savoir N.O.V.A. Near Orbit Vanguard Alliance HD et Asphalt 5 HD. Côté média et lecture numérique, 20 Minutes et Relay proposent également leur application spéciale Galaxy Tab. Cependant, mon modèle de test étant fourni par Orange, certaines applications du bundle d’origine Samsung ne sont pas pré-installées. C’est le cas de 20 Minutes et de Relay. Les jeux Gameloft ne sont quant à eux pas pré-installés mais téléchargeables gratuitement sur le portail mobile de Gameloft. Comptez 40 minutes de téléchargement par jeu si comme moi vous avez la chance d’avoir un débit aussi calamiteux que celui que fournit Free en ce moment. Orange fournit en revanche quelques applications, comme Read and Go, une liseuse de contenus numériques. Manque de pot, celle-ci ne fonctionne pas sur mon modèle de test puisqu’elle plante et ferme à chaque tentative de lancement.

Parmi les autres applications disponibles sur le Galaxy Tab version Orange, on note :

  • Orange Maps
  • Suivi interne (suivi conso ?)
  • Musique avec Deezer
  • Galerie
  • Contacts
  • Horloge mondiale
  • AllShare (lecture en flux de fichiers médias de votre PC)
  • Météo et news
  • ThinkFree Office
  • VidéoFutur
  • Orange TV
  • Réveil
  • Etc…

Samsung pour sa part fournit un App Store Samsung Apps dans lequel on retrouve Relay, Europe1, 20 Minutes, L’Équipe ainsi qu’une dizaine d’autres applications. Toutes sont à télécharger et installer sur votre machine.

Appareil-photo

Le Galaxy Tab est doté de deux capteurs photo, l’un au dos de l’engin proposant une résolution de 3.2 megapixels avec flash led et autofocus, et l’autre en façade, destiné prioritairement à la visio/vidéoconférence. Samsung ayant un certain savoir-faire en la matière, la qualité des photos est acceptable sans plus. Comme souvent avec ce type d’appareil, la qualité se dégrade rapidement et devient médiocre dès que la luminosité n’est pas optimale, comme le prouvent ces deux clichés pris à la lumière naturelle dans mon bureau, alors qu’il fait pourtant encore assez clair pour que l’œil humain ne nécessite pas d’éclairage artificiel.


Photo avec flash


Photo sans flash

Les 4 photos qui suivent n’ont pas été retouchées, juste redimensionnées et compressés à 89%

Caméra et lecture vidéo

Les vidéos sont enregistrées en 480p et 30 images par seconde, ce qui donne un résultat convenable si l’on n’est pas trop exigeant. Cela étant, je suis de ceux qui pensent qu’en dehors de la visioconférence – très utile et ludique – , une fonction photo-vidéo n’est pas vraiment indispensable sur une tablette, qui, même dans ce format très compact, reste avant tout un appareil domestique avant d’être un truc nomade que l’on sort de sa poche pour shooter du scoop. D’ailleurs, quand j’ai dégainé mon Galaxy Tab lors du TechCrunh Remix pour faire quelques photos, mes voisins se sont foutus de moi, Korben en tête. Comme j’ai ma dignité, on ne m’y reprendra pas :-)

Vidéo réalisée avec Samsung Galaxy Tab

La lecture de vidéos est en revanche un pur bonheur, que ce soient des vidéos YouTube, qui chargent particulièrement vite ou des fichiers transférés sur l’appareil. Le format de l’écran est idéal avec sa taille et sa résolution horizontale de 1024×600 pixels, et tenir d’une main le Galaxy Tab pour regarder un film ou une émission de TV dans le train ou l’avion ne pose aucun problème.

GPS et navigation

J’ai été très impressionné par la qualité de l’application Navigation, qui est en fait Google Maps Navigation, le service gratuit de GPS de Google, lié à sa cartographie satellite. Avec Google Maps Navigation il est possible de se laisser guider en mode carte classique ou en mode images satellite, ce dernier affichant votre navigation au sein des images que l’on connait habituellement sur Google Maps. Et si vous passez en mode piéton vous avez même droit à une navigation dans Google Street View. Bluffant, esthétique et efficace, surtout sur le grand écran (enfin pour un GPS) du Galaxy Tab.

Autre fonction à l’efficacité étonnante : la commande vocale pour indiquer sa destination. J’ai fait plusieurs tests et le taux de reconnaissance a été de 100%, avec une rapidité d’exécution presque instantanée. Du très beau travail, assurément, qui pourrait valoir au Galaxy Tab de se retrouver sur le tableau de bord de la voiture de nombreux utilisateurs. Dans ce contexte, l’application Maps d’Orange, payante, a plus que du souci à se faire : elle devient carrément inutile et sans objet.

Téléphonie et réseau

Vous le savez certainement, l’une des autres grandes différences entre l’iPad et le Galaxy Tab réside dans le fait que ce dernier fait aussi téléphone. Idéal pour la visio comme indiqué précédemment, cela devient un peu plus sportif quand il faut téléphoner avec un tel engin… mais cela fonctionne finalement très bien. Le clavier de composition est celui que vous connaissez sur n’importe-quel smartphone tactile et tout se déroule aussi simplement qu’avec n’importe-quel téléphone. Ça c’est pour la technique. Maintenant d’un point de vue pratique au quotidien, il est évident que je n’utiliserai jamais cette fonction, quel que soit le moyen employé : je ne téléphonerai pas avec ce machin à l’oreille, et comme je suis totalement allergique aux oreillettes (avec lesquelles vous avez l’air d’un demeuré qui parle tout seul ou d’un mal-entendant appareillé), la téléphonie sur Galaxy Tab ne passera pas par moi. Mais bon, ce n’est que mon humble avis et j’imagine que de nombreux utilisateurs y trouveront leur compte. Précisons que le Galaxy Tab accepte les cartes SIM au format standard (pas de micro-SIM donc), ce qui est très pratique car j’ai pu y glisser celle de mon BlackBerry.

La qualité de réception et la sensibilité réseau semblent très bonnes. J’ai pu regarder la télé pendant près des deux tiers de mon trajet TGV mardi soir entre 3G et Edge, ce qui ne m’est jamais arrivé avec mon iPhone, qui la plupart du temps n’est même pas foutu de relever mes mails entre Paris et Lyon.

Ergonomie générale

Elle est satisfaisante, même si un ton en-dessous de celle de l’iPad. Une fois que l’on a bien pris en main Android 2.2, tout coule de source et la manipulation générale de l’appareil est agréable. Petite réserve cependant : il manque un bouton physique pour le déclenchement de l’appareil-photo, donc si vous voyez un OVNI au-dessus de votre toit ou Paris Hilton nue sortir de l’ascenseur, n’essayez même pas de shooter, les deux auront disparu avant même que vous ayez déverrouillé l’écran. Autre petit détail un peu agaçant : le bouton de mise en veille sur la tranche de l’appareil cause souvent des mises ou route ou des arrêts involontaires car il se situe là où l’on pose son doigt lors de la prise en main du bazar.

Autonomie

Très bonne. En usage intensif web, Twitter, mail Facebook, photos, vidéos et télévision dans le TGV (donc avec un changement permanent de cellule GSM qui généralement pompe une batterie en moins de deux), l’appareil a tenu une journée complète sans recharge, de dix heures à vingt-deux heures. Pour un usage domestique « à la iPad » vous ne le rechargerez que tous les trois ou quatre jours.

Audio

La qualité du son via le haut-parleur externe se situe exactement entre celle d’un iPhone et celle d’un iPad. Quel pied grâce à Flash de pouvoir écouter ses playlists Deezer ou de zapper sur Blip.FM directement comme sur un vrai PC sans avoir à installer (et payer) une application…

En conclusion

Le Samsung Galaxy Tab n’aurait jamais dû exister car cette machine crée de facto un nouveau standard et un nouveau format qui compliquent la donne tout en se révélant particulièrement tentants. De par sa taille et les possibilités plus larges – et plus ouvertes – qu’elle offre, elle met un coup de vieux à l’iPad en s’avérant plus ludique. Le côté jouet, qu’adorent les geeks, n’est pas étranger à cette attractivité et rend l’iPad presque austère. Reste le prix, qui reste pour moi une énigme ou une grosse erreur de positionnement. Il est clair que je malgré toutes ses qualités, je n’achèterai jamais cette tablette au prix où elle est proposée, à savoir 699 euros, et que je ne souscrirai pas non plus un énième contrat me liant à un quelconque opérateur pour « profiter » d’un tarif plus attractif. En-dessous de 450 euros, j’aurais peut-être craqué, pas à 699.

Je garde donc mon iPad et j’attends maintenant avec impatience le printemps 2011 et l’arrivée de la tablette BlackBerry PlayBook pour connaître son prix définitif et officiel, en espérant qu’il se situera bien vers les 500 dollars vus cette semaine dans certaines rumeur.

Reste aussi la question du « statut », plus importante qu’on ne le croit : pour les frimeurs, rien ne remplacera un iPad, car comme avec l’iPhone quand vous dites « iPad » vous avez tout dit. Pour les autres, ceux qui s’en foutent (dont je fais partie), ce critère ne sera pas décisif.

J’aime bien ça

  • le format (finalement !)
  • la légèreté
  • Android 2.2
  • la compatibilité avec Flash 10.1
  • la rapidité du navigateur web
  • le choix des applications

J’aime pas trop beaucoup ça

  • le prix
  • la qualité perfectible de l’écran

Le Galaxy Tab est en vente chez Orange, Bouygues et SFR.

Tarifs du Galaxy Tab chez Orange

Forfait internet 3G+ multimédia :  31 euros par mois avec engagement de 24 mois ou 35 euros par mois avec engagement de 12 mois.

Ce forfait inclut :

  • SMS et MMS illimités
  • consultation et envoi d’emails illimités (pièces jointes incluses)
  • Internet (1 Go par mois), accès à plus de 60 chaînes de TV et Deezer Premium
  • accès gratuit aux hotspots WiFi d’Orange

Avec un engagement de 24 mois la tablette Samsung Galaxy Tab est proposée à 299 euros, remboursement de 100 euros déduit.

Autre possibilité : le forfait Origami pour tablette, proposé à 39 euros par mois avec engagement de 24 mois, ou 45 euros par mois si engagement de 12 mois. Ce forfait comprend en outre 2 heures de d’appels voix et l’envoi des SMS et MMS en illimité. Avec ce forfait, la tablette tactile est proposée à 299 euros, offre de remboursement de 100 euros déduite.

Caractéristiques techniques du Samsung Galaxy Tab

Plateforme Système d’exploitation Android 2.2
Navigateur Android
JAVA (marque déposée) À déterminer
Taille Poids 386 g
Dimensions (H X L X P) 190,09 x 120,45 x 11,98 mm
Affichage Interne Technologie TFT (type C)
Résolution WSVGA (1024 x 600 pixels)
Taille 7.0 po
Pile Standard Capacité Jusqu’à 2280 min (2 G), jusqu’à 1050 min (3 G)
Interface utilisateur Périphérique d’entrée Écran tactile
Appareil photo Résolution de l’appareil photo 3.0 mégapixels
Zooms optique/numérique Non
Modes de prise de photos Normal, continu, panoramique, détection des sourires, autoportrait
Effets photo Normal, noir et blanc, négatif, sépia
Vidéo Lecteur vidéo H263 / MPEG-4
Enregistrement vidéo H263 / MPEG-4
Messagerie vidéo Oui
Son et musique Lecteur audio Mp3
Sonneries polyphoniques 64
Sonneries MP3 Oui
GDN OMA DRM 1.0 Forward Lock (protection du transfert), téléchargement HTTP, téléchargement WAP, téléchargement MMS
Bibliothèque musicale Oui
Plaisir et divertissement Papiers peints intégrés Oui
Affaires et bureau Impression mobile Oui
Mode hors-ligne Oui
Enregistrement vocal et messagerie vocale Non
Messagerie Saisie de texte intuitive T9 Oui
Messagerie vocale instantanée Oui
Diffusion générale Oui
Cartes virtuelles/Calendrier virtuel Oui (MMS)
Messagerie instantanée Gtalk, messagerie instantanée
Connectabilité Bluetooth Profiles 3.0
USB USB 2.0
WAP Oui (WML seulement)
Navigateur Internet HTML Android
SyncML(DS) SyncML (synchronisation de données)
SyncML(DM) SyncML (gestion des appareils)
Mémoire Mémoire d’utilisation 16 Go
Mémoire de numéros de téléphone Dépend de la mémoire variable
Mémoire externe Carte micro SD (jusqu’à 32 Go)
Gestion de l’information personnelle Calendrier Oui
Planificateur Oui
Liste de choses à faire S.O
Horloge Oui
Fuseaux horaire Oui
Alarme Oui
Conversion des devises Non
Convertisseur Non
Calculatrice Non, téléchargement possible à partir du marché
Carnet de notes Oui
Chronomètre Non
Minuterie à compteur régressif Non

Pages et sites officiels du Samsung Galaxy Tab

Invité
Tony
18 novembre 2010

Merci pour ce test :)

Invité
Tony
18 novembre 2010

Eric, tu devrais aussi faire une demande chez notion ink :) pour leur adam qui va arriver bientôt :)

Invité
18 novembre 2010

Et sinon en ce moment y’a RIM qui titille un peu Apple à propos de sa tablette qui sortira bientôt, en 2011. Je vais bientôt poster la vidéo, mais sachant qu’Apple a déjà sans doute son iPad 2 3 voire 4 dans ses petits tiroirs, à prendre avec des pincettes !

Invité
18 novembre 2010

ps : j’adore presser le citron ^^

Invité
513
18 novembre 2010

J’ai envie de craquer, on la trouve à 580€ sur Amazon UK, mais en sachant qu’une déferlante de tablettes sous Android 3.0, pensé pour ce genre d’appareils, en plus équipés en Tegra 2 arrive début 2011, ça laisse réfléchir.

Invité
18 novembre 2010

J’avais pas lu un test aussi complet depuis longtemps sur Presse Citron, bravo !

Invité
flyhopper
18 novembre 2010

« Je sais qu’il y a d’autres tablettes sur le marché (Archos…) mais comparons ce qui est comparable. »

Vu la très bonne qualité de l’Archos 70IT, je trouve cette phrase un peu maladroite. Mis à part la prise de photos et vidéos et les usages relatifs à la 3G, l’Archos permet de faire la même chose que la Galaxy Tab, peut-être légèrement moins bien (et encore !) mais pour une grosse différence de prix.

Invité

[...] more: Samsung Galaxy Tab : le test complet November 18, 2010   //   Mobiles   //   No [...]

Invité
18 novembre 2010

Joli test.

J’aime retrouver la croix rousse dans un test :)

 
Lire les articles précédents :
La tablette PlayBook de BlackBerry plus performante que l’iPad ? La preuve en vidéo

Ceux qui prétendaient que la tablette BlackBerry PlayBook était un fake illustré par un prototype en carton et d'habiles montages...

Fermer