Test : The Bureau : XCOM Declassified

Un an après le reboot réussi de XCOM suivi d’une mouture sous iOS, 2K Games remet le couvert avec The Bureau : XCOM Declassified. Votre mission, si vous l’acceptez : lire ce test déclassifié du jeu.

The Bureau : XCOM Declassified n’est pas à proprement parler un XCOM même s’il hérite de l’univers propre à la licence. Il s’agit en fait d’un spin off développé par pas moins de 4 entités : Irrational Games, 2K Australia, 2K China et 2K Marin (Bioshock, Bioshock 2 et Bioshock Infinite).

Une confusion qui se retrouve dans le développement du jeu qui, initialement, aurait dû être un FPS (First Person Shooter) mais qui a finalement pris la forme d’un TPS (Third Person Shooter) avec une composante tactique.

Passé un scepticisme légitime, on découvre un jeu se déroulant dans les années 60 et plus exactement fin 1962. A une époque marquée par la guerre froide, la cellule secrète XCOM créée sous l’impulsion du président Kennedy est destinée à lutter contre une éventuelle invasion russe. Mais c’est finalement une invasion venue de l’espace qu’elle va devoir repousser.

Vous incarnez l’agent spécial William Carter qui rejoint l’agence XCOM afin d’en découdre avec la menace extraterrestre.

Côté gameplay, on contrôle son personnage en vue subjective. Mais, The Bureau dépasse le carcan du TPS pour offrir une composante tactique. Le jeu peut ainsi être ralenti afin de donner des ordres à ses collègues via un menu spécifique.

Le choix parmi les ordres n’est pas très vaste et dépend de la classe (éclaireurs, ingénieurs, soutiens et assauts) des personnages, ce qui simplifie le jeu et lui confère un certain dynamisme. Cette gestion des combats face aux aliens fait penser à Mass Effect. The Bureau lorgne également du côté du titre de BioWare pour les dialogues qui, malheureusement, s’avèrent souvent superflus, The Bureau ne bénéficiant pas de toute la profondeur de l’univers d’un Mass Effect.

Dans cet opus de XCOM, les soldats peuvent mourir de façon irrémédiable (ce n’est pas souvent le cas dans les jeux vidéo) comme dans XCOM : Enemy Unknown. Carter devra donc veiller à les soigner lorsque cela s’avère nécessaire.

Ajoutons à cela, qu’un arbre de compétences permet de débloquer des skills.

On notera que cet aspect tactique est indispensable pour survivre et qu’en assignant un ordre, on accède à une vue subjective du personnage. Malheureusement, l’IA plutôt faiblarde de vos compagnons ne vous laisse guère de choix : vous devez les diriger.

L’aspect tactique est toutefois bien mis en place avec une profondeur certaine (évolution des compétences). Parallèlement, l’ensemble jouit d’une excellente ergonomie, le menu tactique étant facile à appréhender.

Au final, l’ensemble s’avère de très bonne facture. Si le scénario ne brille pas forcément par son originalité, l’époque de la guerre froide est très bien retranscrite et l’humour noir plutôt corrosif. On y plonge avec délice.

Comptez une dizaine d’heures pour venir à bout des différentes missions.

The Bureau : XCOM Declassified édité par 2K Games est disponible sur PS3, Xbox 360 et PC.


Un commentaire

  1. Excellent test. Merci de nous proposer des alternatives face à la déferlante GTA V.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Anecdote : connaissez-vous l’origine du « bug informatique » ?

L’utilisation du mot « bug » pour désigner le dysfonctionnement d’un ordinateur aurait trouvé son origine dans les années 40....

Fermer