TextMaster lève 1.64 million d’euros

La plateforme professionnelle de traduction, rédaction et correction de contenu TextMaster vient de boucler sa première levée de fonds de 1.64 million d’euros auprès du fonds d’investissement Alven Capital et de business angels.

La plateforme professionnelle de traduction, rédaction et correction de contenu TextMaster vient de boucler sa première levée de fonds de 1.64 million d’euros auprès du fonds d’investissement Alven Capital et de business angels (Fabrice Grinda et Geoffroy Bragadir, pour ne pas les citer).

Lancée il y a un an, la plateforme permet aux entreprises de faire rédiger, traduire ou corriger tout type de contenu, du simple communiqué de presse à la présentation produit, en passant le document technique. Les tarifs varient en fonction de la qualité souhaitée.

Le service est disponible aujourd’hui en 8 langues, dont le français, et a déjà séduit des petites entreprises comme des grands comptes. Au total, ce sont pas moins de 4 000 clients (tels que Allociné, Cityrama et Zagat) et plus de 35 000 rédacteurs et traducteurs qui ont eu l’occasion d’utiliser TextMaster depuis son lancement. À noter que le service propose une API publique depuis le mois de juillet pour les développeurs d’applications.

La start-up souhaite avec ce tour de table accélérer son développement à l’international avec l’ouverture d’un nouveau bureau aux Etats-Unis, à New York.

(source)


10 commentaires

  1. Pingback: TextMaster lève 1.64 million d’euros | rpidity

  2. hallucinant, je ne vois pas comment ce type de business peut générer autant de sous. A voir comment cela se passe dans les années à venir.

  3. Et une levée de fonds, une …
    Après Deezer & Spartoo en Octobre.

    TextMaster reste une belle solution en tout cas (je conseille).

  4. Pingback: TextMaster lève 1.64 million d’euros | VC and IT | Scoop.it

  5. Je comptais faire un test avec une plateforme de rédaction pour la rédaction de communiqués , ton article m’a convaincu de tester Textmaster !!

  6. « hallucinant, je ne vois pas comment ce type de business peut générer autant de sous. A voir comment cela se passe dans les années à venir. »
    Je rebondis sur ton commentaire Virginie :

    Personnellement, je vois très bien comment ils peuvent générer autant d’argent. Je travaille occasionnellement pour eux pour me faire 3 sous en plus et quand tu vois comment ils rémunèrent les rédacteurs, tout s’éclaire. Pour 100 mots = 1€.

    En ce qui me concerne, je vais arrêter car pour moi c’est vraiment ne pas considérer le travail d’un rédacteur que de le rémunérer ainsi !
    Par contre, sur cet article à 1€ textmaster va évidemment prendre quelque chose au client en plus. En fait textmaster est un genre de prestateur de service. Si vous avez des besoins rédactionnels, je vous conseille plutôt de travailler directement avec un rédacteur.

    Avec des tarifs discount, ne nous voilons pas la face, textmaster obtient des textes de qualité discount. Par contre, pour un tarif tout à fait raisonnable, vous pouvez avoir des textes de qualité optimisés pour le web auprès d’un rédacteur indépendant.

  7. Les fiches descriptives de produits pour les Ecommerce sont longues et fastidieuses à réaliser quand on veut du contenu unique. Si le coût n’est pas élevé, ça peut valoir le coût surtout en terme de référencement. ^^

  8. pareille j’ai testé côté client, texte discount mais c’est ce que je recherchais, je pensais pas qu’il aillaient lever 1 million d’euros.

  9. TextMaster est aux rédacteurs web ce que 99designs est aux graphistes, même si le principe n’est pas exactement le même puisqu’il n’y a pas de crowdsourcing, mais dans l’idée de mettre en concurrence des personnes du monde entier (et donc au niveau de vie bien différent) pour un service discount.
    Cela a son intérêt pour les petits budgets pour certains types de sites.
    Mais il ne faut pas se voiler la face, le contenu éditorial nécessite une stratégie à part entière, il ne s’agit pas uniquement d’avoir du contenu unique mais du contenu optimisé tout d’abord pour les internautes et les robots des moteurs de recherche. Ce qui implique un vrai travail préliminaire. C’est comme si un graphiste faisait l’identité visuelle d’une boîte après avoir parlé quelques secondes avec un des employés.
    Merci pour cet article 🙂

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Windows 8 : des ventes en deçà des espérances

Selon Paul Thurrot, blogueur de renom et spécialisé dans les produits Microsoft, les ventes de Windows 8 seraient décevantes. Il...

Fermer