Soon Soon Soon, le média qui explore les tendances de demain, revient avec son nouveau Soonoscope. Retour sur un média en pleine expansion et sur ce qu’il faudra suivre dans les prochains mois.

soonoscope Tout savoir sur lavenir ? Cest possible avec Soon Soon Soon

Le média, une revue qui fait un état des lieux des innovations et tendances qui émergeront ces prochaines années, qui vient de publier son quatrième Soonoscope, lance également une nouvelle version de son site pour faciliter la lisibilité de leur contenu et déployer leurs prestations de services, une des pistes principales du business model de Soon Soon Soon. Une nouvelle peau pour ce média lancé en 2012 par Ganael Bascoul et Alexis Botaya pour insuffler de l’optimisme dans notre vision du futur via un média collaboratif qui donnerait une vitrine aux innovations de demain.

Le Soonoscope, quant à lui, est un cahier de tendances trimestriel – et leur produit phare – qui veut décrypter et analyser les comportements et styles de vie émergents. Des analyses enrichies et commentées par des personnalités invitées. Le cahier repose également sur une approche spécifique puisqu’elle se fonde sur une détection crowdsourcée de milliers d’innovations par les centaines de contributeurs de Soon Soon Soon.

Alexis Botaya, rédacteur en chef de Soon Soon Soon, revient pour nous sur les grandes tendances dégagées par le dernier Soonoscope :

  1. L’ancrage des Pro-Ams se confirme ! Les Pro-Ams désignent cette nouvelle catégorie de consommateurs, hyper-connectés, habitués des FabLabs et de l’open-source, qui tendent à faire converger sphères personnelles et professionnelles en monétisant leurs passions. Ayant conscience de leurs compétences et de leur valeur, ils transforment leur vie à petits pas dans un contexte de défiance vis-à-vis du collectif et du contexte économique, qui incite chacun à une reprise en main individuelle.
  2. Deuxième leçon : l’ambition change de camp !  D’un baromètre à l’autre, trimestre après trimestre, les valeurs d’ambition et de réussite ont quitté la zone du « Pouvoir » et du « Capital » pour rejoindre progressivement les aspirations des start-upeurs que sont l’autonomie et la liberté. Selon les experts interviewés, ces déplacements de valeurs signifient que les plus riches se crispent et laissent échapper les rennes du changement, qu’ils n’investissent plus dans l’économie et se recroquevillent dans une attitude que nous avons qualifiée de « bunker ». L’ambition et l’audace prennent alors une autre connotation. Mais seront-elles portées par une vision assez forte pour renouveler une économie en berne ? La question reste entière… 

Autre leçon du Soonoscope 4 : le besoin de leadership n’a jamais été aussi prégnant. C’est ce qu’affirme en tout cas Mercedes Erra, fondatrice de l’agence BETC, que nous avons interviewée. Selon elle, « derrière tout l’engouement pour le « co- » [économie collaborative, co-working, co-construction, etc.] réside un danger : celui de la naïveté et de la non organisation ». Celle qui est aussi présidente exécutive de Havas Worldwide pense ainsi que « la demande de leadership est devenue très forte, [que] les gens sont perdus et [qu’] en conséquence les leaders deviennent attractifs. On recherche des gens qui ont des points de vue, des regards ». Ce qui signifie bien que la période est propice à l’émergence de leaders qui sauront donner une cohérence et porter un sens…