[Tribune d’un entrepreneur français dans la Silicon Valley] : “C’est trĂšs diffĂ©rent ici”

Nous invitons aujourd’hui ClĂ©ment Delangue (Unishared) Ă  investir la tribune Presse-Citron pour vous raconter son expĂ©rience aprĂšs quelques semaines dans la « valley ».

En effet, nous vous l’annoncions sur Presse-Citron en DĂ©cembre dernier, la start-up française Unishared a rejoint Imagine K12, le Y Combinator de l’éducation. Il nous livre ici ses premiers sentiments sur sa nouvelle vie californienne :

“C’est trĂšs diffĂ©rent ici” VoilĂ  les premiers mots d’un entrepreneur et investisseur amĂ©ricain quand on lui rĂ©sume les premiers mois d’existence de notre startup et ce que nous avions prĂ©vu pour les prochains. Le dĂ©cor est plantĂ©, il va falloir comprendre, apprendre, s’adapter. Nous nous en doutions.

Depuis notre sĂ©lection pour Imagine K12, basĂ© Ă  Palo Alto, nombreux sont ceux qui nous ont dit que nous allions dĂ©couvrir un tout autre monde. Le plus souvent, on nous disait que tout irait plus vite, plus loin, plus fort. Nos premiĂšres impressions nous le confirment. Le dĂ©but de traction que nous pensions connaitre en Europe ne signifie pas grand chose par ici, “il faudra montrer des zĂ©ros en plus” nous dit l’un de nos mentors. La compĂ©tition est fĂ©roce. Vous dĂ©couvrez que des services que vous utilisez ne sont en fait dĂ©veloppĂ©s que par une toute petite Ă©quipe. L’exemple peut-ĂȘtre le plus extrĂȘme, Instagram, lors du rachat par Facebook, ne comptait que treize employĂ©s pour presque trente millions d’utilisateurs.

Monter une start-up ? C’est commun.

Et pourtant, ce n’est pas forcĂ©ment plus facile pour autant. On dit les amĂ©ricains plus friands de nouvelles technologies, une aprĂšs-midi de retours utilisateurs sur le campus de Stanford nous montre qu’ils sont aussi plus exigeants. “Monter une startup, c’est bien mais assez commun, vous faites quoi exactement ?”. Et les retours peuvent ĂȘtre assez trompeurs. La courbe de Gauss des feedbacks est trĂšs diffĂ©rente. “Amazing!” est presque le minimum que vous pouvez obtenir. Quand c’est “okay!”, il vous faut vous poser des questions, cela signifie que votre produit ne tient vraiment pas la route.

 

La technologie se retrouve partout, vous vous retrouvez hĂ©bergĂ©s par une mĂšre divorcĂ©e, avec comme livre de chevet “Les bases de C++”, ses enfants jouant Ă  Minecraft sur leur Mac tout en skypant leur grand-mĂšre. Les thĂ©ories Ă©mergentes en Europe comme celles de la lean startup, avec Eric Ries, Dave McClure, Paul Graham et Steve Blank, sont ici vues et revues. C’est presque devenu disruptif de les remettre en question et de ne pas les suivre Ă  la lettre (voir nos notes “Lean Startup Seminar”).

On dĂ©couvre aussi que la “Bay Area” n’est pas un espace homogĂšne. “Restez Ă  Palo Alto ou Mountain View” nous conseille-t-on, il y a trop d’évĂ©nements Ă  San Francisco, trop de dispersion possible. Mountain View, c’est comme la banlieue parisienne, avec Google en mastodonte du coin. Une heure trente de San Francisco, c’est suffisant pour vous dĂ©courager d’y aller tous les jours, tout en vous en laissant la possibilitĂ© d’y passer ponctuellement.

Votre routine commence Ă  s’installer et soudainement, vous vous rendez-compte que vous n’ĂȘtes dans la rĂ©gion que depuis une semaine. Que vos impressions ne sont peut-ĂȘtre que des impressions. Il va falloir creuser, il va falloir apprendre, il va falloir poser des questions, il va falloir expĂ©rimenter… comme nous l’avions fait Ă  Paris. Qui a dit que tout Ă©tait diffĂ©rent ? »

Trier par :   Plus rĂ©cents | Plus anciens | Les plus votĂ©s
Membre
13 février 2013 15:14

Le rĂȘve amĂ©ricain existe toujours certes, mais se lancer seul aux Etats-Unis pour une start-up europĂ©enne n’est ni un cadeau, ni une facilitĂ©, en revanche nouer des liens avec des incubateurs et partenaires amĂ©ricains, peut aider Ă  lever des fonds et s’implanter.

Invité

[…] Valentin Pringuay Nous invitons aujourd’hui ClĂ©ment Delangue (Unishared) Ă  investir la tribune Presse-Citron […]

Invité
Greg
13 février 2013 17:53

@Valentin Pringuay : quel est le cout de la vie Ă  Palo Alto ? combien minimum faut il par mois pour vivre ? combien d’impots ?

Invité

Ca donne envie mais ca fait toujours peur de se lancer Ă  l’etranger !

Invité
14 février 2013 11:06

C’est une Ă©vidence : l’entreprenariat aux USA c’est bien plus dans la culture qu’en France. En France on a peur d’entreprendre, on ose pas, on se dit que ça va obligatoirement foirer, Ă  part quelques heureuses initiatives. Je me souviens avoir lu il y a quelques temps cet article sur l’entreprenariat amĂ©ricain, plutĂŽt intĂ©ressant : http://www.donnerenviedentrepr.....il2010.pdf

wpDiscuz
Lire les articles précédents :
iPhone 5 : un taux de satisfaction en baisse chez les utilisateurs ?

Une étude menée dans cinq pays (dont la France) fait apparaitre un taux de satisfaction en demi-teinte pour l'iPhone 5,...

Fermer