Trop de porno consulté, New York arrête les bornes Wi-Fi gratuites

Trop, c’est trop ! La ville de New York a pris la décision de renoncer aux tablettes publiques qui permettaient de disposer d’une connexion à internet, en raison d’un abus de porno. Elle a donc désactivé les tablettes de ses bornes Internet.

borne-linknyc-new-york-porno

Beaucoup d’argent vient de partir en fumée et un service a disparu en raison du comportement des internautes à New-York. La ville avait décidé de proposer des bornes d’accès à internet gratuites sur des tablettes, pour remplacer plus de 7500 cabines téléphoniques avec un service plus moderne : une cabine disposant d’un smartphone, d’une tablette et d’un chargeur USB, afin de pouvoir appeler n’importe où aux USA. Le nom de ces bornes : LinkNYC.

Le porno tue les tablettes des bornes Wi-fi LinkNYC de New-York

Le souci, c’est que les internautes ont rapidement fait de ces points d’accès à internet, des repères pour profiter de photos ou de vidéos pornographiques. Le porno aura donc coûté aux habitants la perte de l’usage des tablettes, faute du savoir-vivre de certains. Depuis 2014, la ville de New-York avait installé près de 400 LinkNYC pour un coût total de 200 millions de dollars lorsque les 7500 seront installées.

La ville est particulièrement déçue par ce comportement concernant le porno dans les espaces publics et a déclaré : « Certains utilisateurs ont monopolisé les tablettes Link et les ont utilisé de façon inappropriée, empêchant d’autres utilisateurs de les utiliser tout en agaçant les résidents et entreprises autour d’eux ».

Il faut dire que de nombreux abus ont été dénoncés, comme des personnes installant une chaise pour passer des heures connectées, des personnes regardant des vidéos pornos à la vue de tous sur le trottoir et plus récemment un homme avait été arrêté en train de se masturber devant une borne LinkNYC.

Source

4 commentaires

  1. dans toutes les grosses boites il y a des filtres paramétrables sur les réseaux pour filtret tout ce que vous voulez, c nimp

  2. Puis c’est plus lucratif de consulter des sites de ventes d’armes ou des sites racistes et autres extrêmes. .. maintenant Ok, il y le côté in civique. .. nb: je ne prône pas la consultation de tels sotes, non, mais encore une fois, au pays des utopiques libertés. .. une forme de puritanisme ne disant pas son nom, aura gagné…

Répondre

Lire les articles précédents :
stand-up-for-snowden
Pour Washington, Edward Snowden « n’est pas un lanceur d’alerte »

La Maison Blanche ne veut toujours pas accorder son pardon à Edward Snowden.

Fermer