Twitter n’hésitera pas à bannir le président des USA si nécessaire

Twitter bannira Donald Trump s’il dépasse les bornes. Facebook a un point de vue un peu différent.

donald-trump

Le 6 novembre, on ne pensait pas que Donald Trump allait gagner l’élection présidentielle aux Etats-Unis. Obama soutenait la campagne d’Hillary Clinton et déclarait au sujet du candidat républicain : « Si quelqu’un ne peut pas gérer son compte Twitter, il ne peut pas gérer les codes nucléaires ».

Sur son compte Twitter, Donald Trump règle ses comptes avec les médias, insulte les gens, etc. Désormais surnommé le président qui tweete plus vite que son ombre, le républicain aurait même été privé de son compte Twitter par son équipe de campagne à un jour de l’élection afin d’éviter les dérapages.

Si pour le moment, il ne semble pas encore avoir franchis la limite, Twitter l’a à l’œil

Dernièrement, la plateforme de micro-blogging s’est engagée à faire plus d’efforts pour censurer les propos haineux et le harcèlement sur son service. Par ailleurs, dans une récente déclaration relayée par Slate, un porte-parole de Twitter a indiqué que les règles de la plateforme « interdisent les menaces violentes, le harcèlement, les conduites haineuses ainsi que les abus perpétrés sur de multiples comptes ». Interrogé concernant le cas de Donald Trump et de ses collaborateurs, ce porte-parole a indiqué que « les règles de Twitter s’appliquent à tous les comptes, incluant les comptes vérifiés », une manière implicite de dire que l’entreprise ne fera pas a priori d’exception sur le compte du président des Etats-Unis. D’ailleurs, il a deux semaines, Twitter a déjà opéré une vague de suspensions de comptes liés à l’extrême droite aux Etats-Unis.

Facebook voit les choses un peu différemment

Slate indique cependant que de son côté, Facebook n’appliquera pas les règles normales aux publications du président élu Donald Trump, étant donné leur intérêt médiatique ainsi que le nombre de personnes qui soutiennent le point de vue du président américain.

En tout cas, si Facebook se montre trop tolérant vis-à-vis des points de vue de Donald Trump, il risque de s’attirer les foudres des internautes et des médias qui l’accusent déjà d’avoir aidé Trump à gagner l’élection en ne limitant pas suffisamment les portées des articles mensongers sur son réseau social.

(Source)


Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
prisma-facebook
Facebook bloque les filtres Prisma sur ses vidéos en direct

La rivalité entre Facebook et Prisma conduit le numéro un des réseaux sociaux à bloquer la célèbre application russe sur...

Fermer