Une équipe de chercheurs suisses viendrait de mettre au point un algorithme capable de suivre à la trace la propagation de nombreux phénomènes et d’en retrouver leur source.

Une équipe de chercheurs suisses viendrait de mettre au point un algorithme capable de suivre à la trace la propagation de virus informatiques (et physiques) et mêmes de fausses rumeurs sur Twitter (vous y avez forcément eu droit au moins une fois), pouvant retrouver la source de ces derniers en n’analysant que très peu de données.

Développé par une équipe de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, son fonctionnement se base majoritairement sur la recherche de la personne (ou le robot) ayant « infecté » un sujet, remontant à chaque fois un étage de la pyramide. A la manière des tours de télécommunications, capables d’identifier les téléphones portables de leurs utilisateurs, l’algorithme étudie dans un premier temps un petit nuage de points concernés par la tendance consultée, et effectue des retours en arrière jusqu’à finir par déceler le point à la source de la propagation. Plus l’un de ses points possède de connexions (ou de personnes liées), moins celui-ci sera utile dans la recherche de la source.

tracking Un algorithme pourrait traquer les fausses rumeurs sur Twitter jusquà leur source

L’équipe a pu tester son algorithme sur un phénomène de propagation du choléra en Afrique du Sud (étudiant les réseaux d’eau et humains), ainsi que les tristes attaques du 11 septembre 2001, parvenant à chaque fois à retrouver les sources (parmi une liste restreinte de possibilités), en n’utilisant qu’une fraction de toutes les données émises pour chacun des événements. En gros, cet algorithme trouve son utilisation pour toute chose susceptible de se propager.

A quand un service en ligne qui permettra de déterminer en un clin d’oeil la tenacité d’une des fameuses rumeurs circulant sur la plateforme de micro-blogging ?

(Source)