Buttercup, un canard handicapé de la patte gauche, a subi une amputation de celle-ci puis, son membre a été remplacé par une prothèse imprimée en 3D.

Buttercup n’était pas un caneton comme les autres lorsqu’il est né en novembre dernier dans le laboratoire de biologie d’une école. Le pauvre animal était handicapé et avait sa patte gauche tournée vers l’arrière, ce qui le gênait énormément lorsqu’il voulait se déplacer. Malgré des tentatives de membres de cette école pour réussir à soigner la patte malformée de Buttercup, rien n’y faisait et le canard progressait toujours avec difficulté.

C’est alors qu’il a été transféré au Feathered Angels Waterfowl Sanctuary, un centre qui s’occupe des canards domestiques abandonnés en leur prodiguant notamment des soins et en les nourrissant. Le propriétaire des lieux, Mike Garey, s’est vite rendu compte qu’il fallait agir et ne pas laisser le pauvre Buttercup à son sort « Avec sa patte déformée, il aurait été en souffrance et il aurait constamment eu des coupures et des infections en marchant sur la tranche de son ‘pied’, même ici. Les infections de la patte sont des choses très sérieuses sur ces animaux. »

Buttercup Un canard handicapé soigné avec une prothèse imprimée en 3D

C’est pourquoi les gens du sanctuaire ont décidé d’amputer sa patte gauche. Seul problème, comment lui permettre de pouvoir continuer à marcher après cette opération ? Garey aurait pu lui mettre une jambe de bois, mais il a décidé d’utiliser une technique plus moderne et technologique pour remplacer entièrement son ‘pied’ coupé : l’impression 3D.

Après quelques recherches, l’homme a fait appel à NovaCopy, une agence spécialisée dans l’impression 3D qui a accepté de faire don de ses service pour venir en aide au caneton unijambiste. En utilisant des photos des pattes de Minnie, la sœur du canard, ils ont réussi à reproduire un modèle du membre qui allait servir pour l’impression. Afin de lui permettre un mouvement facilité, l’agence a imprimé la patte en silicone, une matière flexible qui autorise plus de libertés que les plastiques régulièrement utilisés par l’impression 3D. La prothèse a ensuite été reliée à la patte du canard.

Nous connaissions déjà les opportunités que laissait entrevoir l’impression 3D pour les prothèses destinées aux humains mais nous n’avions pas encore eu d’exemple tourné vers les animaux. Buttercup et sa prothèse font office de pionniers dans ce secteur plein d’avenir. L’impression 3D va beaucoup plus loin que la simple impression d’armes à feu et ses applications semblent être illimitées.

(source)