La technologie est formidable, elle permet même aux malfrats d’user de nouvelles techniques pour commettre leurs méfaits. Ici, un hélicoptère télécommandé utilisé pour transporter du tabac en prison.

Le fait d’introduire de la marchandise de contrebande dans une prison pour la vendre aux détenus n’est pas vraiment nouveau. Mais le temps de la lime cachée dans la miche de pain est révolu, on fait désormais appel aux machines pour effectuer cette basse besogne. C’est ce dont se sont aperçu les gardiens d’une prison située en Géorgie du Sud. Ils ont vu un petit hélicoptère téléguidé passer par dessus les portes de la prison pour pour en sortir.

Quatre pilotes dans le vent

Alertés, les hommes ont commencé à chercher à comprendre ce qu’il se passait. Puis, ils se sont mis à la recherche de l’appareil. Une heure plus tard, ils ont découvert une voiture noire suspecte garée non loin de la prison. « Après que nous ayons eu l’autorisation de fouiller la voiture, nous avons retrouvé l’hélicoptère et, je ne sais pas vraiment quelle quantité, mais environ une ou deux livres [entre 0.5 et 0.9 kilos environ] de tabac à rouler.« , Josh Hilton, shérif. Quatre personnes étaient sur les lieux, elles ont été interpellées.

RCCopterPrison Un drone pris en flagrant délit de livraison clandestine de tabac dans une prison

Une surprise

Les forces de l’ordre ont confié avoir déjà vu de nombreuses techniques pour faire passer de la marchandise en prison, mais que l’utilisation d’un hélicoptère télécommandé était une première. « C’est une surprise, je n’avais jamais vu un hélicoptère. Ils étaient dans les bois pour le faire voler et ils avaient des jumelles pour ne pas le perdre de vue.« . Cependant, l’aspect cocasse de la situation s’arrête là puisque ce qui attend les personnes interpellées est loin d’être drôle. Pour avoir franchi les lignes d’une prison avec du matériel de contrebande, les quatre pilotes en herbe risquent jusqu’à 20 ans de prison ferme.

Note : l’appareil utilisé pour cette opération de contrebande est un hélicoptère télécommandé (RC) à six rotors, il ne s’agit pas d’un drone même si l’abus de langage est de plus en plus toléré.

(source)