Un drone pris en flagrant délit de livraison clandestine de tabac dans une prison

La technologie est formidable, elle permet même aux malfrats d’user de nouvelles techniques pour commettre leurs méfaits. Ici, un hélicoptère télécommandé utilisé pour transporter du tabac en prison.

Le fait d’introduire de la marchandise de contrebande dans une prison pour la vendre aux détenus n’est pas vraiment nouveau. Mais le temps de la lime cachée dans la miche de pain est révolu, on fait désormais appel aux machines pour effectuer cette basse besogne. C’est ce dont se sont aperçu les gardiens d’une prison située en Géorgie du Sud. Ils ont vu un petit hélicoptère téléguidé passer par dessus les portes de la prison pour pour en sortir.

Quatre pilotes dans le vent

Alertés, les hommes ont commencé à chercher à comprendre ce qu’il se passait. Puis, ils se sont mis à la recherche de l’appareil. Une heure plus tard, ils ont découvert une voiture noire suspecte garée non loin de la prison. « Après que nous ayons eu l’autorisation de fouiller la voiture, nous avons retrouvé l’hélicoptère et, je ne sais pas vraiment quelle quantité, mais environ une ou deux livres [entre 0.5 et 0.9 kilos environ] de tabac à rouler.« , Josh Hilton, shérif. Quatre personnes étaient sur les lieux, elles ont été interpellées.

RCCopterPrison

Une surprise

Les forces de l’ordre ont confié avoir déjà vu de nombreuses techniques pour faire passer de la marchandise en prison, mais que l’utilisation d’un hélicoptère télécommandé était une première. « C’est une surprise, je n’avais jamais vu un hélicoptère. Ils étaient dans les bois pour le faire voler et ils avaient des jumelles pour ne pas le perdre de vue.« . Cependant, l’aspect cocasse de la situation s’arrête là puisque ce qui attend les personnes interpellées est loin d’être drôle. Pour avoir franchi les lignes d’une prison avec du matériel de contrebande, les quatre pilotes en herbe risquent jusqu’à 20 ans de prison ferme.

Note : l’appareil utilisé pour cette opération de contrebande est un hélicoptère télécommandé (RC) à six rotors, il ne s’agit pas d’un drone même si l’abus de langage est de plus en plus toléré.

(source)


8 commentaires

  1. Je ne comprends pas la Note de fin d’article… D’après Wikipedia, un drone est un aérodyne télécommandé qui emporte une charge utile, ou est l’abus de langage ?

    • Axel Cereloz on

      Voici une longue réponse à votre interrogation. (article en anglais malheureusement) La note est là car il existe des puristes qui différencient absolument les deux, autant ne pas les offenser. 😀

  2. En fait pour être rigoureusement exact, c’est un hexacoptere.Un hélicoptère c’est un rotor + un rotor d’anticouple, un qaudri copter = 4 hélices sans anticouple, hexa … etc.

  3. Eric

    En fait on essaie de se défaire de l’appellation « drone » car elle est trop connotée espionnage, armée, machine à tuer. Si l’on veut utiliser un terme générique caractérisant une petite machine volante, commandée à distance, pouvant emporter une charge (ou pas) et une caméra embarquée, sans tenir compte du nombre de rotors, on dit multirotor ou multicoptère.

  4. un drone sert a balancer des missiles dans la gueule des islamistes et Wikipedia n’est absolument pas un référence de vérité

    • Eric

      @dede : il n’y a pas que les drones militaires. Les drones peuvent aussi sauver des vies, distribuer des médicaments et de la nourriture dans des zones sinistrées ou difficiles d’accès, surveiller les braconniers, filmer des manifestations pour dénoncer les abus policiers, retrouver des personnes perdues, etc etc etc
      Tout dépend de ce que l’on veut bien en faire et de qui les utilise…

  5. Les écoles de multicopteres forment un novice en quelques heures à piloter correctement ces machines, qui peuvent voler jusqu’à 8 km en 15 minutes. Des versions fonctionnelles de ces engins sont vendues comme des jouet dans les grand magasins sans aucun contrôle.

    Or les multicopteres peuvent bien pire que du tabac et se transformer en armes fatales..

    Les pouvoirs publics doivent absolument se réveiller et encadrer la vente ce ces machines avant qu’elles ne pullulent dans notre environnement.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
La culture, ce n’est pas que Flaubert… c’est aussi Facebook !

L’émission radio Place de la toile aborde d'une semaine à l'autre des sujets aussi variés que l'affaire Snowden, les tubes...

Fermer