Un hôpital propose de traiter votre addiction à internet

Aux Etats-Unis, un hôpital situé en Pennsylvanie va proposer, pour la première fois, un programme qui vise à traiter l’addiction à internet.

Le programme de « désintoxication » est proposé par le service de santé du comportement du centre médical régional de Bradford, en Pennsylvanie. Celui-ci dure 10 jours et peut recevoir jusqu’à 4 personnes sur lesquelles les médecins ont diagnostiqué des cas sévères d’addiction au web. La première étape de cette cure de désintox numérique commence par un sevrage de 72 heures. Pendant cette période, le patient sera interdit de tout accès à internet, aux smartphones et aux tablettes. Le sevrage est suivi d’une série de thérapies, de séminaires et d’autres traitements pouvant aider les patients à contrôler leur obsession.

Laptop1 Un hôpital propose de traiter votre addiction à internet

Le programme a été fondé par Kimberly Young, psychologue. Selon elle, l’addiction au web se définie comme la conséquence d’une sur-utilisation d’internet mais pas selon le nombre d’heures passées devant l’écran. On peut donc différencier les personnes dépendantes des nouvelles technologies, mais qui peuvent équilibrer leur vie en ligne et leur vie hors ligne, des personnes dont l’obsession nuit au fonctionnement  normal du cerveau. Selon elle, le profil des accros au web correspond souvent à celui d’un jeune homme plutôt doué. Donc, si vous pensez que vous correspondez au profil décrit par la psychologue, faites attention à vous. Elle a ajouté que la majorité des personnes atteintes sont souvent accros à des jeux comme World of Warcraft, plutôt qu’aux réseaux sociaux et à la pornographie.

Les cas les plus graves de cette addiction iraient sur le web pour être dans la peau de quelqu’un d’autre et pour compenser un manque d’affirmation et d’estime de soi.

Le but du programme n’est pas que les patients se désintéressent complètement d’internet mais qu’ils l’utilisent de manière raisonnable. Pour accéder au traitement, les patients vont devoir débourser la somme de $14.000, étant donné que l’addiction au web n’est pas reconnue au même titre que les autres maladies. Des recherches doivent être menées pour que le « désordre » soit reconnu.

Il s’agit bien du premier programme, aux Etats-Unis, à être lancé dans un hôpital. Mais partout, de nombreuses cures sont déjà disponibles. Une autre méthode : le Pavlov Poke, développé par deux étudiants du MIT.

Mais si le problème semble encore être pris à la légère dans de nombreux pays, d’autres en font une affaire d’Etat. C’est le cas du Japon, où c’est l’Etat qui compte lancer un programme de désintoxication numérique des écoliers victimes d’addiction au web.

(Source)

Crédit Image : Enokson

Students working on laptops in the library.

4 commentaires

  1. Et bien, j’avoue trouver cela très bizarre, malheureusement nécessaire pour certaines personnes. Les parents devraient jouer leur rôle et limiter les sessions de leurs enfants ! Instaurer des règles et pas donner une tablette ou un PC pour que l’enfant s’occupe… Je vois de plus en plus cela dans les restaurants et ça m’agace.

  2. Citron full addict on

    Je pense que l’addiction à la télévision
    (on n’en parle jamais, y a-t-il des programmes pour lutter contre celle-ci ?)
    a beaucoup plus d’impact sur notre société que cette addiction aux jeux-vidéos (en ligne ou pas) !
    De toute façon c’est humain d’avoir des addictions diverses et variées non ?
    @Setra : on écrit « Warcraft » dans l’article et « courant » dans ton commentaire,
    oups une de mes addictions pardon ;)