Un incroyable outil de curation de contenu pour créer votre magazine en ligne

Pour partager une passion ou une expertise sur le web, il y a eu les pages personnelles, les forums, puis les blogs, puis les micro-blogs puis les réseaux sociaux. Et maintenant il y a la curation, ou content curation, soit l’assemblage « intelligent » ou éditorialisé (ah merde, ce mot n’existe pas non plus dans mon dico

Pour partager une passion ou une expertise sur le web, il y a eu les pages personnelles, les forums, puis les blogs, puis les micro-blogs puis les réseaux sociaux. Et maintenant il y a la curation, ou content curation, soit l’assemblage « intelligent » ou éditorialisé (ah merde, ce mot n’existe pas non plus dans mon dico Firefox) de contenus. J’en ai déjà parlé à l’occasion de mon récent compte-rendu sur le Web’10.

La curation de contenus pourrait être pour un individu « le blog pour les feignants » ou en tout cas pour ceux qui souhaitent avoir leur espace de connaissance sur la toile sans avoir le temps ni l’envie de bloguer. Le blog pour les non-blogueurs en quelque sorte.

Des services comme Paper.li, qui agrègent et permettent de partager facilement des liens issus de Twitter, ou encore le tout récent Scoop.it, s’acquittent de cette fonction, avec une idée en tête : rendre la création et la personnalisation de contenus verticaux (ou thématiques en vieux français) la plus simple et la plus intuitive possible.

Dans le même genre, Montage des FuseLabs de Microsoft est une pure tuerie. En tout cas c’est l’impression que m’a laissé le service à sa première utilisation.

Ici, tout est d’une simplicité enfantine : après vous être inscrit (via Twitter Connect par exemple, ça va plus vite), vous saisissez un mot-clé sur le magazine que vous souhaitez créer, et le moteur de recherche de Microsoft Bing va chercher les contenus correspondants, puis les assemble dans une page dynamique de style journal. Si le rendu vous convient, vous n’avez plus qu’à valider et partager votre nouveau bébé, là aussi d’un clic, sur Twitter.

Les options de personnalisation sont de la même veine, c’est à dire ridiculement simples et intuitives : vous pouvez choisir le style de mise en page parmi plusieurs modèles, le fond de page, ainsi que le logo. Mais vous pouvez également pousser plus loin l’organisation de vos contenus en choisissant dans chaque bloc ce que vous souhaitez ajouter, parmi plusieurs types d’informations, comme des flux RSS, des vidéos, des commentaires Facebook, un graphe Twitter, des news et même vos propres articles à l’aide d’un éditeur enrichisseur de texte.

Une fois votre magazine terminé, vous l’enregistrez et vous le publiez, sans être toutefois obligé de le partager. Vous pouvez ensuite revenir dessus pour le modifier, le compléter ou le dépublier. Seule limite : pour le moment Montage ne propose qu’une page. Il est par conséquent impossible de créer un « vrai » site multipages, et les gabarits par blocs, même s’ils sont ajustables par glissement de la souris, ne permettent pas une grande diversité de présentation. D’autre part, il n’est pas possible de modifier les titres des contenus importés, ce qui enlève une partie de l’intérêt à l’édition des contenus.

Cela étant, le rendu est vraiment flatteur, et vous pouvez en voir quelques exemples dans la galerie, ou avec les deux pages que j’ai créées, sur Obama et sur le Samsung Galaxy Tab.

Devenir éditeur de magazines aussi facilement, ça n’a pas de prix. D’ailleurs, Montage est gratuit.

Invité
15 décembre 2010

Devenir éditeur de magazines SANS AVOIR L’AUTORISATION D’UTILISER UN CONTENU, c’est quoi ?
Un éditeur du magazine est responsable du contenu et le plagiat est interdit.
Agréger du contenu via le moteur de recherche de Microsoft Bing ce n’est pas créer ! La pente est dangereuse. Imaginez vos articles repris et votre signature retirée.

Invité
yttrium
15 décembre 2010

2 limites tout de meme a ce principe :
-Publier du contenu qui appartient potentiellement a autrui
-Faire profiter a autrui des revenus publicitaires generes par du contenu dont on est potentiellement l’auteur….

Membre
15 décembre 2010

il peut y avoir des abus ,attention aux abus!

Invité
15 décembre 2010

Ce type de service va plutôt être la cible des référenceurs et spammeurs.

Car le contenu ne sera pas pertinent étant donné qu’il sera scrappé depuis d’autres sites. Sans oublier la notion de propriété de l’auteur de l’article.

Bref ce service me parait assez douteux.

Membre
16 décembre 2010

C’est intéressant, y’a des bons points mais pas mal de mauvais aussi…pour ma part je suis pas spécialement pour car avoir un « blog » pour aller pomper le contenu ailleurs…c’est qu’on à soit même rien à dire sur le sujet et finalement on à aucun intérêt à faire un blog, a moins que la philosophie du bloging change… Un blog n’est qu’un média qui à besoin d’idée pour vivre…si y’a pas d’idée, y’a pas de blog :s
Et ce qui est sure, c’est que si un jour je croise une de mes photos un blog créée par ce truc…j’hésiterais pas à réagir !

Invité

[...] fait fulminé aujourd’hui et ce qui m’a poussé à écrire ce billet, c’est ce billet posté par Eric du célèbre Presse-Citron. Il y fait l’éloge du Content Curation. De quoi [...]

Invité
Azlaar
16 décembre 2010

Je ne reviendrai pas sur ce que tout le monde s’accorde à dire à propos des propriétés intellectuelles.
J’ai juste une toute petite remarque à faire sur la vidéo en fin d’article….
Je me demandais si la pub pour « Montage » était destinée au marché Français? Parce que si elle ne l’est pas, je trouve que c’est un beau foutage de gueule pour les Français…. « Bon voyage Appolo 11″ écris en Français..Genre, on est que des abrutis qui ne savent pas vivre avec leur temps et les moyens de communication mis à leurs dispositions….
Dites moi que je suis qu’un râleur qui n’a pas compris le sens subtil de ce spot (en somme, un bon Frenchy de base! :P)!

Invité
SFID
16 décembre 2010

Il est intéressant de voir la chronologie proposée au début de l’article, à savoir que l’on passe de la page personnelle, où l’on rédigeait du contenu, au micro-blogging et « curation » où l’on redirige vers du contenu, sans, parfois, n’ajouter aucune valeur supplémentaire.

On perd ici largement en richesse, et ce n’est pas le fait de rassembler en un seul point plusieurs informations qui suffira à faire pencher la balance. On se fainéantise.

Invité

[...] sans être toutefois obligé de le partager. Vous pouvez ensuite revenir dessus pour …Lire l’article complet 2 [...]

 
Lire les articles précédents :
(rédacteur invité) Les réseaux sociaux peuvent-ils aider une cause humanitaire ?

Cédric, blogueur sur Autour du Web, a lancé une opération le 2 décembre : une mobilisation totale des blogueurs français,...

Fermer