Un procès contre Samsung à cause de mises à jour qui n’arrivent pas

Samsung n’a jamais eu une bonne réputation en ce qui concerne les mises à jour de ses smartphones Android.

Android Marshmallow Pixabay

Presque tous les technophiles le savent : si vous voulez avoir rapidement les dernières versions d’Android sur votre smartphone, n’achetez pas un Samsung ni un smartphone conçu par un autre constructeur tier, achetez un Nexus. Généralement les Nexus sont systématiquement mis à jour vers les nouvelles versions d’Android quelques jours après les sorties de celles-ci si ils sont encore compatibles. Pour les Sony, Samsung, LG et les autres, les mises à jour peuvent mettre un temps plus ou moins long à arriver après le lancement d’une nouvelle version d’Android, en fonction du constructeur, de l’opérateur auprès duquel il a été acheté et même du pays dans lequel vous vous trouvez. Parfois, elles n’arrivent jamais.

Et par ailleurs, aux Pays-Bas, une association de protection des droits des consommateurs, la Consumentenbond, a décidé de poursuivre Samsung à cause des problèmes de mises à jour d’Android sur ses téléphones. Dans un communiqué, le directeur de l’association, Bart Combée, explique que le constructeur sud-coréen ne donne pas suffisamment d’informations sur ces mises à jour et n’indique pas combien de temps le produit continuera à en recevoir. L’association demande ainsi à Samsung de mieux renseigner ses utilisateurs, et surtout « d’effectivement »Â mettre à jour ses appareils, expliquant que ces mises à jour permettent aux utilisateurs d’avoir plus de sécurité pour leurs données. La Consumentenbond a en effet mené une enquête auprès d’utilisateurs de Samsung, en 2015, qui a montré que 82 % des appareils examinés n’avaient pas reçu la dernière version d’Android durant les deux ans qui ont suivi la mise sur le marché.

Ceux qui connaissent bien l’écosystème Android diront peut-être que Google et les opérateurs sont aussi responsables. Mais cette association de protection des consommateurs a donc estimé que le constructeur est le principal fautif. D’ailleurs, elle indique que « d’autres fabricants ne parviennent pas à fournir les mises à jour appropriées pour leurs appareils ». Cependant, comme Samsung est le leader du marché, la Consumentenbond a décidé de s’attaquer à celui-ci.

(Source)

3 commentaires

  1. Pour moi, le coupable c’est Google. Si on regarde ce qui se passe du coté des PC – Windows. C’est Microsoft qui gère le système et qui balance les mises à jour, ce n’est pas Dell , Asus ou Acer… Donc revenons coté smartphone, Google doit être maitre de son OS, c’est lui qui doit fournir aux smartphones directement les MAJ de sécurité, et les montées en version doivent être proposées directement à l’utilisateur. Si un utilisateur lambda préfère rester en Lollipop et ne pas passer à marshmallow, ce doit être son choix, pas celui de Samsung de LG ou de Sony qui n’a qu’un seul intérêt dans l’affaire : que tu rachètes un nouveau smartphone avec le nouveau système.

  2. Android est open source, google n’est pas maître et ne le sera jamais.
    La seule difficulté pour les constructeurs, ce sont les surcouches qu’il faut mettre à jour etc.

  3. Pipoux : C’est déjà le cas ! Le soucis, c’est que Samsung modifie Android pour l’adapter à ses besoins (écran de chargement avec écris Samsung par exemple). C’est donc à Samsung de mettre à jour leur version modifié, en se basant sur la version mise à jour d’Android qui elle est disponible immédiatement.

Répondre

Lire les articles précédents :
Microsoft Room to Room
Microsoft veut-il révolutionner la visioconférence avec des hologrammes ?

Et si les Hololens permettaient de discuter avec l'hologramme de son correspondant.

Fermer