Une librairie australienne entre en résistance contre les Kindle d’Amazon

Une librairie australienne a décidé de ne plus se laisser faire et a choisi de déclarer la guerre à Amazon.

Pages and Pages est l’un des principaux libraires indépendants d’Australie. Le magasin a déclaré vendredi ne plus vouloir se laisser faire par Amazon qui, selon lui, vole les clients et les prive de leurs choix.

Pour contrecarrer les Kindle en Australie, la librairie propose une remise de 50$ australiens (environ 40€) tous les troisièmes samedi du mois à tous ceux qui sont prêt à se débarrasser de leur liseuse Amazon pour en acheter une nouvelle à Pages and Pages. L’offre semble tout de même peu alléchante, une liseuse Kindle coûtant plus de 100$.

PagesAndPages

Que reproche la librairie à la multinationale américaine ? Selon Jon Page, président de l’Association des Libraires Australiens, le lecteur devrait pouvoir avoir « la liberté du choix » et non l’obligation de « lire dans un jardin fortifié ». Par cela, il dénonce le fait qu’Amazon ne propose pour ses liseuses que des e-books provenant de sa propre plateforme en occultant toutes les autres. La liseuse de Pages and Pages propose, elle, de pouvoir acheter des livres depuis toutes les librairies.

En Australie, 75% des liseuses sont des Kindel et 65% des e-books vendus le sont via Amazon. J.Page pense que l’e-book est une bonne chose pour les libraires mais dénonce une menace de la pérennité de celles-ci à cause de la multinationale. « Ce qui menace les librairies est une entreprise qui se livre à un comportement anticoncurrentiel, ne paie pas d’impôts en Australie et trompe les lecteurs avec des dispositifs restrictifs et de fausses critiques de livres ».

Cette action contre Amazon n’est pas la première, une pétition avait été lancée par des libraires indépendants au Royaume-Uni. Celle-ci appelait le géant américain à payer ses taxes dans le pays. Aujourd’hui à 110 000 signatures, les libraires espèrent bien une réaction du gouvernement et des mesures prises en conséquence.

(source)


5 commentaires

  1. Autant j’adore le service client Amazon (de loin le meilleur de ceux que j’ai eu affaire jusque là !), autant je déteste leur politique de ne proposer que leur format numérique. Le tout avec DRM, bien sûr ! Du coup, quand j’achète sur Amazon, je suis obligée de perdre du temps à enlever les DRM puis convertir en epub.

  2. C’est d’autant plus vrai, que la multinationale agit de manière un peu particulière. Si vous lui demandez une facture pour un ebook acheté en ligne, elle ne vous fournit qu’un reçu, cherchant vraisemblablement à échapper à la TVA et aux impots induits.

  3. Bonjour,
    la concurrence a ses règles, je sais pas si l’enseigne australienne a respecté ces règle ou non???

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Intel et AMD durement touchés par la crise du marché des PC

Ce n'est un secret pour personne, le marché des PC va mal. Concurrencé par les tablettes et les smartphones toujours...

Fermer