Vélib’ avait annoncé au début du mois de février sur son blog officiel l’arrivée de l’Open data au cours du printemps. Depuis hier, les développeurs ont accès aux données.

En effet, la société JCDecaux qui met en place et gère un système de vélos en libre service dans de nombreuses villes françaises et européennes vient de lancer sa plateforme Open data. Plusieurs données sont mises à disposition des développeurs d’applications ou de services : les données statiques qui permettent d’obtenir la liste des stations avec leur numéro et emplacement précis dans chaque ville, et les données temps-réel qui permettent entre autres de récupérer la liste des contrats ou encore la liste des stations et les informations d’une station avec son état, son nombre de points d’attache disponibles et son nombre de vélos disponibles mis à jour en temps réel. Ces dernières données sont accessibles depuis une API qui nécessite de posséder une clé que l’on peut rapidement obtenir en s’inscrivant sur le site de JCDecaux. C’est valable pour Vélib’ mais aussi les autres vélos en libre service disponibles dans d’autres villes comme Marseille, Lyon, Nantes, Amiens ou Toulouse.

Quand Vélib annonce le 4 février dernier dans un article sur son blog « l’open data arrive », je suis assez partagé par cette annonce car je sais que les données relatives aux stations et à la disponibilité des vélos en temps réel étaient déjà disponibles depuis une URL et que certains développeurs se basaient sur cette dernière pour proposer des applications très utiles aux usagers que ce soit pour trouver ou poser un vélo (ça évite de tourner dans le quartier pendant 15 minutes pour trouver un emplacement libre). Après avoir fait le tour de la plateforme Open data de JCDecaux, je suis déçu par la pauvreté des données. Certes, l’API est maintenant plus officielle que jamais et fonctionne toujours en temps réel, la mise à jour des données se faisant une minute après, mais il n’y a pas grand-chose de nouveau.

jcdecaux developer opendata Vélib libère ses données... à moitié

Dans cette plateforme mise en place par JCDecaux, il n’y a d’Open data que le nom car les données ouvertes ne concernent que les contrats et les stations, impossible par exemple de trouver des statistiques sur les stations les plus utilisées, la période pendant laquelle les vélos sont les plus courtisés, etc. C’est plus une API qu’une plateforme Open data comme celle de Paris.

Cela dit, il faut quand même souligner l’initiative et se dire que c’est une bonne chose d’avoir officiellement les disponibilités des vélos en temps réel alors que certains réfléchissent encore à proposer ce genre de données (la RATP pour ne pas la citer).

(source)