Vous voulez déjeuner avec le boss d’Apple ? Il vous en coûtera juste 515.000 dollars

Il est des convives qu’il vaut mieux avoir en photo qu’à sa table.

tim cook

Même si vous ne rechignez pas à inviter de temps en temps amis ou collègues à déjeuner au restaurant, il se peut que vous y regardiez à deux fois avant de convier Tim Cook a partager une salade ou un hamburger.

Et pour une fois ce n’est pas le prix de la carte qui risque de faire tiquer les plus généreux. Non, ici il s’agit davantage d’une question de temps. Et comme chacun sait, time is money. Et, à l’image de ce qui se passe en matière de valorisation de startups, il semblerait que la valeur temps soit encore beaucoup plus précieuse dans la Silicon Valley.

Chaque année, Charitybuzz, un site spécialisé dans des enchères originales en ligne mettant en relation des donateurs et des personnes célèbres autour d’un projet destiné à des actions caritatives, organise un déjeuner avec le PDG d’Apple. Chacun peut souscrire aux enchères et essayer de remporter ce moment unique autour d’un casse-croûte avec Tim Cook. Mais l’originalité du dispositif réside dans le fait que le montant de l’enchère est fondé sur le créneau que Cook pourra consacrer à ce déjeuner en l’inscrivant dans son agenda. Autrement dit, Cook vend du temps (de cerveau disponible ?) et la somme récoltée est reversée cette année au Robert F. Kennedy Human Rights group.

Une enchère record pour une heure avec Tim Cook

La vente s’est terminée hier et a donc atteint le montant très confortable de 515.000 dollars, soit de quoi s’offrir quelques hamburgers et même, soyons fous, double ration de frites. Le montant des enchères sur les quatre dernières années a fait un peu de yoyo cependant : un déjeuner avec Cook coûtait 610.000 dollars en 2013, 330.000 en 2014 et 200.000 (une misère) en 2015. A ce prix, le déjeuner est compris, et le gagnant se voit même offrir un truc complètement dingue : deux pass VIP pour une prochaine keynote Apple. Ne cherchez pas de corrélation avec une quelconque valorisation boursière et encore moins un calcul algorithmique fondé sur la vraie valeur du temps de Cook : il n’y en n’a pas.

Encore heureux que cela se passe aux USA avec un patron américain, car on sait que généralement les lunchs de l’autre côté de l’Atlantique sont plutôt frugaux et expédiés en moins d’une heure. Imaginez que le patron d’Apple soit français ou italien…

(source)

3 commentaires

    • Eric

      Désolé ce n’est pas précisé, même si votre pseudo laisse entendre que vous seriez client.

Répondre

Lire les articles précédents :
podcast
[détox] Podcast, pop culture et stratégies de médias numériques

Nouvelle incursion dans l'univers des comics et des podcasts, ce format qui séduit encore les audiences, les auteurs et les...

Fermer