Vous voulez ĂȘtre lu (et compris) ? Faites court !

"C’est une courbe qui décline rapidement. Sur une visite moyenne, les internautes lisent la moitié des informations seulement sur les pages contenant 111 mots ou moins.Dans l’échantillon complet, la page moyenne contient 593 mots. Donc, en moyenne, les lecteurs ont le temps de lire 28% des mots s’ils dédient tout leur temps à la lecture.

"C’est une courbe qui décline rapidement. Sur une visite moyenne, les internautes lisent la moitié des informations seulement sur les pages contenant 111 mots ou moins.
Dans l’échantillon complet, la page moyenne contient 593 mots. Donc, en moyenne, les lecteurs ont le temps de lire 28% des mots s’ils dédient tout leur temps à la lecture. De façon plus réaliste, ils liront 20% de la page moyenne."

La dernière étude de Jakob Nielsen sur le comportement de lecture des internautes semble confirmer ce que nous supposions déjà : l’internaute scanne davantage qu’il lit, mais surtout, son temps de cerveau disponible est limité, et l’incite à privilégier les textes courts et à négliger des articles trop longs.
Autrement dit, plus tu fais long et plus tu as de chances de faire fuir le lecteur.
Ce qui n’est pas forcément une très bonne nouvelle quand on essaie de faire des articles un peu fouillés et argumentés et que, comme votre serviteur, on a parfois un peu de mal à exprimer l’essentiel de sa pensée profonde en peu de mots.
Cela dit, faire court est un exercice intellectuel intéressant et bénéfique pour tout le monde : le lecteur, qui gagnera du temps, mais le rédacteur également, qui s’entraînera ainsi à structurer son discours sans le diluer et lui donnera plus d’impact.
Autre avantage, qui accessoirement fera économiser un peu de bande passante et évitera les polémiques potentielles : aller à l’essentiel présente beaucoup plus de chances d’être compris. J’ai en effet remarqué à diverses occasions qu’un billet (trop) long est souvent source d’incompréhensions, d’interprétations et finalement de malentendus, qui demandent ensuite une énergie folle pour être corrigés.
C’est normal et humain : si c’est trop long, le lecteur pressé lit en diagonale, ou on ne va pas au bout. Résultat : il comprend de travers (diagonale = travers, ça se tient).
Ce qui ne l’empêche pas de commenter. Mais de commenter de travers, aussi.
Du troll involontaire en quelque sorte, assez décourageant pour l’auteur.

L’étude de Nielsen traite des sites web en général et non pas du cas des blogs en particulier, qui ont la spécificité d’afficher en moyenne une dizaine d’article par page, ce qui tendrait à diluer encore beaucoup plus l’attention des lecteurs qu’un portail classique.
Que faut-il en déduire ?
– n’afficher systématiquement que les extraits d’articles sur la page d’accueil, soit environ deux lignes, suivies du classique (et parfois énervant, même s’il m’arrive aussi de l’utiliser) "Lire la suite" ?
– adopter la méthode de certains blogs qui consiste à n’afficher que le dernier billet en page d’accueil, suivi de la liste des titres des autres articles ?

Autre élément à prendre en compte : la longueur d’un article n’est pas forcément rédhibitoire selon la thématique du blog et son lectorat. Un blog de niche, expert dans son domaine et ciblant un public initié n’effraiera certainement pas ses lecteurs avec de longs articles. Un site de vulgarisation destiné à un public plus large peut également s’offrir le luxe de faire long tout en étant garanti d’avoir un lectorat attentif.
Idem pour un blog d’opinion.
Si vous faites dans le people ou le blog de sport en revanche, mieux vaut s’adapter au format correspondant : si vous ne zappez pas pour vos lecteurs, ce sont eux qui le feront à l’insu de votre plein gré.

Au-delà de la simple notion de longueur, la structure d’un texte relève aussi à mon sens de l’ergonomie, voire même du webdesign : regardez un article bien structuré (chapo, paragraphes, alineas, listes…), vous constaterez qu’il émane souvent d’une tête bien faite. Il y a du design là-dedans, et ce n’est pas pour rien que l’on parle d’infographie : un beau texte est aussi un texte qui a de la gueule visuellement parlant, avant même que vous l’ayez lu. Un truc sexy, un truc qui fait envie.
J’en déduirais presque que le texte court (mais disant l’essentiel) est au texte (trop) long ce que la page d’accueil de Google est au portail trop riche : un modèle d’ergonomie minimaliste…

Voilà, c’était pas trop long là ?

40 commentaires

  1. Trop long pour moi. Je n’ai lu que le titre, les phrases en gras et la derniĂšre phrase.

  2. Faire court n’est pas indispensable Ă  mon avis.
    Par contre ce qui est obligatoire c’est de rendre son contenu scannable par l’oeil hummain : faire un titre accrocheur, aerer son texte, utilisez les sous titres, le gras…etc.

    C’est pour cela que les listes sont si apprĂ©ciĂ©es des blogueurs et de leurs lecteurs.

    Exemple personnel (je suis un tres gros scanneur 😉 ) lorsque je tombe sur un article je lis d’abord le titre puis l’accroche (ie les 2-3 premieres lignes), si mon interet n’est pas aiguisĂ© je zappe sinon je lis les titres des diffĂ©rentes parties, les phrases en gras… A partir de la uniquement si ca me plait je rentre en profondeur et lis le contenu des paragraphes (et encore…je commence Ă  lire en diagonale la plupart du temps)

    My 2 cents

  3. Je suis d’accord avec Thomas, l’important est un titre accrocheur, une photo qui ressort bien, et surtout des textes en gras, en liens…etc

  4. quand je lis ton blog effectivement je fais attention au titre ensuite le debut d article si il m est accesible je lis sinon je m emmerde pas mais quand cela me plait tu pourrais en mettre trois page je lis
    effectivement on peut faire une suite a l article mais moi je n aime pas les blog ou il y a plein d article dans la page avec des suite j aime pas
    comme je n aime pas les société d analyse de la preference des gens je pense que ce sont des ringues incompétent qui parle sur ce qu emmagasine le cerveau pour faire bien mais son surtout des sociétés propice à la magouille on commande une etude joli moyen de detournement cela a deja ete fait je pense que cela continue c est imparable

  5. PatatoOor on

    Reste le problĂšme des RSS, un article avec un "lire la suite" m’oblige Ă  ouvrir le post hors de google reader…
    Moi je fais dĂ©jĂ  le tri en n’affichant dans mon lecteur RSS que les titres des pots, j’aggrandis ceux qui m’interressent et si vraiment j’ai envie d’y porter plus d’attention ou de commenter je l’ouvre dans un onglet..

  6. J’avoue ne lire qu’en diagonale en premiĂšre passe. Si le sujet me semble intĂ©ressant (selon mes propres critĂšres), je reviens lire en dĂ©tail.

    J’apprĂ©cie particuliĂšrement les textes aĂ©rĂ©s, le formatage avec du gras sur les termes importants, et une phrase d’intro et de conclusion qui font leur boulot. Cela facilite ma lecture rapide.

  7. 680 mots. Un peu au dessus de la moyenne.
    Si je retiens qu’une centaine de mots, je comprendrai la consigne mais n’atteindrai pas l’argumentaire dans le dĂ©tail.
    En somme, comme une note de synthÚse que reçoit un ministre. Merci.

  8. Tout dĂ©pend ce que l’on cherche Ă  faire passer et de la frĂ©quence des publications de cette taille sur le site.

    Ceci Ă©tant quand tu as une trentaine de news Ă  lire c’est clair que tu ne vas pas toutes les lire entiĂšrement … C’est le problĂšme du tout est information.

    Presque tout lu … 😉

  9. Je pense que tout est une question de gestion et d’envie. Certains articles demandent d’ĂȘtre longs, d’autres par contre ça ne sert Ă  rien de faire long. Il faut savoir aller Ă  l’essentiel. Merci pour ses petits conseils, c’est toujours utile.

  10. si le lecteur zap au bout de 111 mots Ă  quoi bon laissĂ© plus de 10 commentaires 😉

  11. Je pense que au delĂ  d’essayer de faire court, cela peut faire Ă©voluer la prĂ©sentation de nos billets.
    Faire des sortes de ‘billets poupĂ©es russes’ oĂč les pressĂ©s trouveront des infos gĂ©nĂ©riques, les moins pressĂ©s plus de dĂ©tail et les courageux la totalitĂ© du texte. C’est un sacrĂ© challenge pour le rĂ©dacteur !

  12. Pffft bon ben j’ai encore du taff pour arriver Ă  faire plus court et concis 🙁

  13. Il y a plusieurs lectures : celle qu’on fait en diagonale, et celle qu’on effectue quand l’article nous intĂ©resse.

    Mais on s’oriente de plus en plus vers une fainĂ©antise intellectuelle totale, en particulier au niveau de la littĂ©rature. C’est inquiĂ©tant.

  14. j’ai TOUT lu
    article ET commentaires

    pour ma part, je pars du principe que chaque lecteur a une approche différente

    j’essaie de prendre le lecteur pour quelqu’un d’intelligent

    le lecteur de mon blog vient, revient, zappe, ne vient qu’une fois, plusieurs, le trouve chiant, nul, il y en a qui lisent des bouts, d’autres des pans entiers, d’autres qui ne le liront jamais, je ne change pas pour autant la longueur ou la teneur de ce que j’Ă©cris

    eh oui, je suis long, lisez mon commentaire en diagonale ou pas.

    BREF, lecture instructive, MERCI ERIC & PRESSE-CITRON

  15. Un exemple de blog avec des articles plutĂŽt long et trĂšs fouillĂ© est Opinion Libre http://www.oezratty.net/wordpres... d’Olivier Ezratty qui propose des articles de fond sur l’innovation.
    Articles longs et trĂšs instructifs qui s’adressent je pense Ă  un public qui n’est pas lecteur par hasard. Comme tu dis selon la thĂ©matique du blog, la longueur n’est pas forcĂ©ment rĂ©dhibitoire. Dans le cas de ce blog c’est mĂȘme une signature, une marque de fabrique.

  16. Je suis depuis pas mal de temps le flux RSS mais je dois dire que ces derniers temps jai de la peine a suivre les articles de ce site. Je n’ai pas forcĂ©ment le temps ni l’envie de m’arrĂȘter longtemps sur les articles, tout en ayant envie d’en apprendre quand mĂȘme, quitte a aller chercher plus loin par moi meme si j’en ressent le besoin.
    Peut etre un concept de billets "resumĂ©+dĂ©tails" serait mon idĂ©al 😉

  17. Je lis le titre puis le dĂ©but de l’article …
    LĂ  il m’a intĂ©ressĂ©, j’ai tout lu.
    Autrement je m’arrĂȘte quand ça me gave (des fois, immĂ©diatement aprĂšs le titre ^^)
    J’ai du mal Ă  retenir mes visiteurs …

  18. D’expĂ©rience utilisateur, j’aime les billets courts qui vont Ă  l’essentiel, mais lorsqu’un billet long et bien construit s’offre Ă  moi, il est certes repoussant au premier abord, mais ce qui me pousse(rais) Ă  le lire, c’est dĂ©jĂ  un bon titre, mais surtout un espĂšce de rĂ©sumĂ© en dĂ©but, qui synthĂ©tise le tout, une sorte de plan, d’introduction…

  19. "j’aurais fait plus court si j’avais eu plus de temps" Mark Twain

    "ce qui se conçoit bien s’Ă©nonce clairement et les mots pour le dire viennent aisĂ©ment" Boileau

    c’est sĂ»r que c’est plus facile quand on est un gĂ©nie, clair, simple, concis et complet mais pour les ĂȘtre humains on fait ce qu’on peut.
    je m’attache Ă  apporter un contenu, quant la forme je la travaille mais je vous renvoie Ă  Mark Twain ci dessus

  20. Perso, pour attirer le regard du lecteur et pour qu’il sache de quoi on parle de suite, je linke les termes importants de mes articles ( un peu comme si ces liens Ă©taient des tags !)

    et j’Ă©vite de faire des articles aussi long … qu’Eric ! LOL

  21. J’ai adoptĂ© la mĂ©thode de n’afficher que le dernier article et cacher les prĂ©cĂ©dents avec Jquery.

    Je trouve le compromis pas mal car les articles restent rapidement accessibles, et leur titre reste présent.

  22. Seulement, comme on dit chez les journalistes : "Ă©crire court, c’est long !"

    A l’usage, Ă©crire court, ça veux dire faire un premier jet, et ensuite Ă©laguer, compacter. Et c’est long Ă  faire… TrĂšs peu de gens savent Ă©crire court du premier jet.

    Cette Ă©tude confirme aussi que les habitudes de lecture que l’on connaissait dans la presse-papier se retrouvent sur le net, mais avec encore plus de rapiditĂ© et de briĂšvetĂ©.

    On sait que sur un article de journal, on a "perdu" 80% de ses lecteurs au bout de 60 lignes de texte (3600 signes). Sur internet, c’est encore plus rapide !

    Sauf qu’on sait aussi que lorsqu’un article Ă  trouvĂ© "son" lecteur (le sujet l’intĂ©resse), il le lira jusqu’au bout, quelle que soit la longueur (quitte Ă  le mettre en bookmark s’il n’a pas le temps, et y revenir plus tard).

    Au fond, c’est ça le plus important non ? Avoir quelque chose Ă  dire et faire en sorte que la personne que ça intĂ©resse puisse le trouver… Rien de neuf sous le soleil 😉

    PS: un petit test : ceux qui sont allĂ©s au bout de ce commentaire volontairement long ne sont-ils pas ceux qui se sont dĂ©jĂ  posĂ© ce genre de question, et qui sont dĂ©jĂ  intĂ©ressĂ© par ce sujet ? Les autres ont zappĂ© depuis longtemps, mais ça n’est pas grave du tout. Ils s’intĂ©ressent Ă  autre chose et ce n’est pas dans ce commentaire qu’ils pouvaient le trouver 😉

  23. citron mecanic on

    1- soyez le plus concis possible
    2- soyez le plus con si possible

    j’arrive mieux au 2..

    super blague Ă  part, un blog n’est pas un site web comme les autres, c’est principalement fait pour y lire, le contenu texte en est l’alpha et l’omega et l’activitĂ© de lecture sa fin en soi, on sait Ă  quoi s’attendre, la problematique de longueur de texte se pose moins que sur un site oĂč il ne sert que de mise en contexte, prĂ©sentation, avec d’autres sollicitations de contenu (multimedia, fonctionnalitĂ©s)

  24. Non, c’Ă©tait pas trop long… parce que c’Ă©tait intĂ©ressant. J’ajouterais Ă  l’article (j’ai pas lu les commentaires, pas l’temps^^) que d’une maniĂšre ou d’une autre, il est Ă©vident qu’il vaut mieux essayer de faire un texte intĂ©ressant, aussi court qu’il puisse ĂȘtre. Si vous faites un article de 6 phrases, mais que les deux premiĂšres lignes sont tout sauf intĂ©ressantes (ou en tout cas tournĂ©es de maniĂšre Ă  agacer le lecteur), ça ne le poussera pas Ă  lire le reste.

    Ce que je dis me semble ĂȘtre des vĂ©ritĂ©s vont de soi, mais je crois que je me devais quand mĂȘme de le dire, sait-on jamais que ça puisse servir Ă  certains. 😉

  25. L’internet a quand mĂȘme rĂ©conciliĂ© ceux qui Ă©tait fachĂ© avec la lecture .
    Enfin ils lisent le minimum sont adepte de plateforme vidĂ©o mais j’espĂšre font un petit effort intellectuel .
    Utopie ? …

  26. Quand un post me semble trop long, je le découpe en plusieurs billets.
    Une fois qu’ils sont tous publiĂ©s, je (re)poste l’intĂ©gralitĂ© sur un seul billet.

  27. Le grand Jakob tourne un peu en boucle. Il nous disait dĂ©jĂ  il y a deux ans qu’il fallait faire court (60 caractĂšres) dans une newsletter.
    Le bon sens serait plutĂŽt de dire : faites "intĂ©ressant" 🙂

  28. Tout dĂ©pend de ce que l’on a Ă  dire.
    Certains sujets ne peuvent ĂȘtre traitĂ©s qu’en profondeur et le nombre de mots ne sera pas l’indice de leur qualitĂ©.
    C’est aussi aux internautes de se poser la question : "si le sujet m’intĂ©resse suis-je prĂȘt Ă  prendre 5 ou 10 minutes pour lire l’article ou bien je prĂ©fĂšre un rĂ©sumĂ© qui me rĂ©vĂšlera l’information rapidement mais sans prĂ©cisions ?"
    Personnellement j’opte pour la solution suivante :
    1. Un titre
    2. Un résumé en gras de maximum 5 lignes
    3. L’article dans son intĂ©gralitĂ©

  29. c’est simplement que lire sur Ă©cran me fatigue les yeux, voila , c’est trĂšs simple.

Lire les articles précédents :
Ces petites choses du quotidien

Le format blog est tellement bien adapté à une narration au quotidien qu'on dirait qu'il a été créé pour ça.Certains...

Fermer