« Ouah, et il fait le café aussi, ton bidule ? » Il fut un temps, pas si lointain, où nous rêvions de convergence totale et absolue, imaginant que nous pourrions nous contenter d’une seule et unique machine qui répondrait à tous nos besoins. L’idée n’était pas si utopique : avec l’émergence des téléphones intelligents et multifonctions

« Ouah, et il fait le café aussi, ton bidule ? »

Il fut un temps, pas si lointain, où nous rêvions de convergence totale et absolue, imaginant que nous pourrions nous contenter d’une seule et unique machine qui répondrait à tous nos besoins.

L’idée n’était pas si utopique : avec l’émergence des téléphones intelligents et multifonctions dotés entre autres d’un appareil photo et d’un vrai système d’exploitation (les anglophones, qui ont un sens inné du raccourci efficace, disent « smartphone »), nous allions pouvoir enfin nous affranchir de tous les fardeaux qui compliquaient la vie du technophile (les anglophones disent « geek ») moyen : un seul appareil pour prendre des photos, faire des vidéos, lire des vidéos, envoyer et recevoir des emails, surfer sur internet, écrire des courriers, faire des tableaux, tchatter, prendre des notes écrites ou vocales, j’arrête là cette liste, sinon nous y serions encore demain matin (ou ce soir si vous lisez ceci ce matin, enfin vous voyez).

3092684297 6e180f0469 o Voyager léger, un mythe qui a du plomb dans laile ?

Et d’investir à qui mieux mieux des petites fortunes pour atteindre enfin ce Saint Graal de l’homo modernus numericus : la sacro-sainte convergence, qui concentrerait toute notre vie numérique, donc toute notre vie tout court, dans un petit machin de 120g qui tient dans une poche de chemise hawaïenne.

Bon.

En fait, je voulais vous dire, cela ne s’est pas passé exactement comme ça. Ce serait même plutôt l’inverse. Car pendant que les smartphones évoluaient, les autres devices aussi, figurez-vous. Et nous avec. Ainsi, alors qu’un mobile haut de gamme se targue aujourd’hui de proposer un capteur de 3 à 5 megapixels, voire davantage, que croyez-vous que font les appareils-photo ? Et oui, ils ont aussi poursuivi leur course à l’armement. Du coup la norme actuelle se situerait plutôt aux alentours de 10 megapixels pour un bon capteur. Même si l’on sait très bien que le nombre de megapixels ne signifie pas grand chose au final, cela reste la référence marketing absolue entre fabricants qui comparent leur quéquette. Comme les chevaux pour une voiture. Ou, euh, le tour de poitrine ou le nombre de décibels produits pour une figurante de la Starac. C’est un exemple.

Bref, la théorie de l’évolution est têtue, s’appliquant aussi aux gadgets qui mettent l’homme et la femme moderne en émoi, la taille des capteurs photo n’en n’étant qu’un exemple que nous pourrions étendre à toutes les autres fonctions du fameux smartphone.

Du coup, nous devenons de plus en plus exigeants, et pire (ou mieux ?) : experts. Ainsi va le monde : celui qui aura goûté aux joies de la vidéo HD avec un caméscope à 300 euros aura du mal à se contenter de la vignette minable et saccadée de son HTC Touch. Celui qui aura admiré la pure beauté d’une photo prise avec un bon reflex numérique aura de sérieux doutes sur l’absence de profondeur de champ du capteur 5 Mpx de son Nokia acheté à prix d’or. Et enfin, l’autre, oui, celui-ci, qui se délecte de sa collection musicale copiée intégralement sur les 150 Go de son iPod ne pourra décemment pas se satisfaire des 16 Go que lui offre généreusement son super mobile à 500 euros…

Et c’est ainsi que, sans même nous en apercevoir, nous accumulons de nouveau les équipements, au grand dam de notre compte en banque (et de la préservation de l’environnement), avec leur lot de matériel annexe dont la gestion nous porte régulièrement au bord de la crise de nerfs : entre un ou deux smartphones, un netbook, un mini-caméscope, un appareil-photo (compact ou reflex), un baladeur, voire un GPS, soit le minimum vital de tout geek en goguette, que celui qui n’a jamais pesté d’avoir 3 câbles (car bien sûr rien n’est compatible), 4 chargeurs et autant de cartes mémoires dans son sac de voyage me jette la première pierre. S’il lui reste une main libre.

Et je crains que cela n’aille pas en s’arrangeant : vous avez probablement déjà entendu parler des tablettes internet, qui commencent à faire leur apparition chez les opérateurs, et qui vont bien sûr rendre caduques vos iPhones et autres netbooks.

Enfin, c’est ce qu’ils disent. Je crois que je vais acheter un sac plus grand. Et faire poser quelques prises électriques supplémentaires dans mon appartement.