WhatsApp : de quoi causer de sérieux maux de tête à Mark Zuckerberg !

Facebook a beau être le réseau social numéro un, lorsqu’on parle de messagerie instantanée sur mobile, c’est WhatsApp qui mène la danse.

A l’occasion de l’évènement organisé récemment par Nokia à Abu Dhabi, Jan Koum, CEO de WhatsApp, avait profité de son intervention pour révéler un chiffre : 350 millions d’utilisateurs actifs par mois. On avait pu observer une croissance de la base d’utilisateurs actifs de l’application mais aussi que WhatsApp en compte plus que le réseau social Twitter.

Une récente étude d’OnDevice Research suggère également que WhatsApp est maintenant plus populaire que Facebook Messenger, en tant qu’outil de messagerie instantanée sur mobile. Cette année 2013 a vu l’ébullition des applications du type WhatsApp, Line, BBM, WeChat, ChatOn, etc. Chaque semaine, on entend parler d’a moins une application IM qui s’est créée, qui a battu un record ou qui a inventé une nouvelle fonctionnalité.

Malheureusement pour Mark Zuckerberg, c’est un territoire que son entreprise n’a pas totalement conquis. En effet, selon l’étude d’OnDevice, sur les 3,759 personnes interrogées – de Chine, des Etats-Unis, d’Indonésie, du Brésil et d’Afrique du Sud – 44 % de ceux qui ont affirmé utiliser ce genre d’application utilisent WhatsApp, contre 35 % pour Facebook Messenger.

Pourtant, le marché semble prometteur dans la mesure où de plus en plus de jeunes passent d’un téléphone basique à un smartphone et adoptent cette nouvelle manière de communiquer. Mais l’un des avantages de WhatsApp réside incontestablement dans le fait que l’appli est disponible sur un large éventail de  plateformes – iOS, BlackBerry OS, Nokia S40, Symbian, Windows Phone – alors que la plupart de ses concurrents ne le sont que sur iOS et Android.

Après avoir pris connaissance de ces données, on comprend mieux pourquoi Facebook aurait pu déployer les grands moyens pour faire l’acquisition de l’une de ces applications de messagerie instantanée : SnapChat. Rappelons qu’il y deux semaines, le Wall Street Journal avait révélé que Facebook aurait proposé 3 milliards de dollars pour cette acquisition. Mais le fondateur de SnapChat aurait refusé. 3 milliards de dollars, c’est plus de 3 fois plus que ce qui a été déboursé pour le rachat d’Instagram. Cela devient encore plus intéressant lorsqu’on sait que les utilisateurs de SnapChat sont justement de la tranche d’âge des jeunes qui commencent à déserter Facebook. En quelques années, le numéro 1 des réseaux sociaux est devenu moins « cool » pour les adolescents et pour les jeunes adultes.

Et il ne faut pas sous-estimer le potentiel de ces applications de chat. Mis à part la vente de stickers qui marche relativement bien, il y a aussi des revenus publicitaires considérables et des partenariats à la clé. Par exemple, récemment, nous avons appris que le constructeur Xiaomi a réussi à vendre 150.000 smartphones Mi-3 en 10 minutes grâce à un partenariat avec l’appli WeChat, détenue par l’opérateur chinois Tencent.

(Source)


2 commentaires

  1. Enorme !
    On sait que chatroulette aurait pu aussi devenir numéro 1 de ces appli de messagerie, sauf que l’Apple Store (et Google Store ?) sont très sélectif quand au contenu « borderline » (comprendre « sexy »)

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Google peut désormais penser et écrire à votre place

Google a dévoilé un brevet dans lequel il est question d'une intelligence artificielle qui écrit des messages à votre place...

Fermer