Windows 10 : une migration au goût de « qui ne dit mot, consent « 

Tous ceux qui n’étaient déjà pas très contents des méthodes de Microsoft pour faire migrer leur ordinateur vers le nouveau système d’exploitation Windows 10 vont être heureux de constater que la firme de Redmond remet cela…

Microsoft joue encore au jeu de la mise à jour (presque) forcée

Depuis hier, certains d’entre nous ont pu voir s’afficher une recommandation de passage à Windows 10, comme nous avons pris l’habitude d’en voir très régulièrement ces derniers mois, sauf que cette fois le message était différent et ceux qui n’ont pas prêté attention à ce dernier, pourraient se retrouver avec Windows 10 dans quelques heures…

Microsoft joue encore au jeu de la mise à jour (presque) forcée…

Pour Microsoft, « Qui ne dit mot, consent ! ». C’est un peu ce que doit penser l’équipe qui a mis au point la dernière modification du système de recommandation de migration gratuite vers Windows 10. En effet, le message informe l’utilisateur qu’une mise à jour est programmée à une date et une heure précise. Ce dernier a donc le choix pour accepter, refuser ou fermer la fenêtre comme nous l’avons fait des dizaines de fois ces derniers temps. Sauf que…

Et oui, il y a un « sauf », si comme moi au départ vous avez cliqué sur la croix pour fermer la fenêtre, en réalité vous acceptez ce « rencard » avec Microsoft, qui installe Windows 10 sur votre ordinateur. Pour empêcher cette programmation, il est nécessaire de l’annuler, puis de confirmer ce choix. En quelques mots : « Qui ne dit mot, consent ! ». Littéralement…

Une méthode pour le moins douteuse de la part de Microsoft, qui n’en n’est pas à son coup d’essai puisqu’il y a quelques mois il avait été épinglé pour un motif similaire. Une chose est certaine, les utilisateurs de Windows 7 et 8.1, qui ne souhaitent pas passer sur Windows 10 n’apprécieront la manÅ“uvre.

Source

10 commentaires

  1. Emmanuel Ghesquier
    Emmanuel Ghesquier on

    C’est un avis qui n’engage que moi, mais les entreprises qui sont pourtant habituées à fouiller nos vies pour faire de la collecte de données… Pour une fois bizarrement, vous ne comprenez pas que lorsque l’on clique vingt fois pour empêcher une mise à jour ces dernier mois, c’est tout simplement que l’on n’en « VEUT PAS » ?

  2. Ça me fait penser aux installeurs de logiciels intégrant en plus des adwares qui posent des questions du genre :
    « Voulez-vous ne pas installer UltraPC Optimizer » et par habitude la personne répondra « non » sauf que la question est vicelarde car on a eu une question négative avec le « ne pas » et la personne qui cliquera « non » par habitude en pesant lire pour la xième fois une proposition d’installation d’une option adware sauf que là ça sera « non je ne veux pas ne pas installer » donc « oui je veux installer » et hop.

    Il y a aussi le coup de ne pas pouvoir dire non sauf si on clique « options avancées » et seulement là on peut décocher les modules.

    Donc prenez toujours le temps de bien lire ce genre de fenêtre.

  3. Un utilisateur qui ne dit rien ne consent rien chez moi. C’est comme ces installateurs qui débarquent avec 400 logiciels supplémentaires inutiles. La réponse à donner dépend de la tournure de la phrase et ça donne des maux de tête des fois. Au moins ils nous proposent, on refuse et ils ne s’installent pas. Mais chez Microsoft, apparemment tout est à l’envers, si tu ne dis rien, tu acceptes de tout recevoir. C’est une logique chez eux qui me donne envie de ne plus toucher à Windows et de caser Linux sur un coin du disque. Mais je l’utilise encore car c’est un OS avec lequel beaucoup de sociétés qui développent des logiciels travaillent. Mais je ne mets pas grand-chose d’autre sur la partition C:, que Windows et les différents logiciels, je balance tout sur D:… et c’est la partition commune des deux OS

  4. Il existe quelques petits utilitaires qui font bien le ménage de ce bazar de mise à jour, comme gwx_control_panel ou never10. Si ça peut aider … ^_^

    • _ Trouver un bon tuto avec l’aide de google
      _ Démarrer la machine avec F8 pour avoir les options de réparation
      Ça peut être sportif mais ça fonctionne plutôt bien au final

  5. Oui il est vrai que la manière est plutôt brutale, même si windows 10 me conviens très bien, le procédé n’est pas acceptable et surtout chez nous ou la libre pensée et choix font partis de notre règle de vie.

    D’ailleurs quand j’y pense j’ai un PC sous Seven, un ancien, je vais voir ce qu’il me dit..

  6. Voilà, juste un petit exercice de style histoire d’inverser les rôles et imaginer un dirigeant de Microsoft face à un artisan employant leur propre méthode !

    – « Bonjour Monsieur, je suis Jean DUPONT de la société DUPONT et Fils, peintures en bâtiment. C’est nous qui avons refait les peintures extérieurs et intérieurs de vos locaux « Microsoft France ».

    – « Oui, tout à fait, je me rappelle de vous : beau travail au passage, cela nous convient parfaitement. Vous désirez ? »

    – « Et bien c’est pour vous dire que l’on va venir très bientôt tout refaire »

    – « Ha bon, mais on m’a rien demandé ! »

    – « Vous inquiétez pas, c’est totalement gratuit »

    – « Haaaa, alors si c’est gratuit, pourquoi pas. Et on peut choisir les motifs, couleurs ou autre ? »

    – « Ben non ! C’est nous qui choisissons pour vous. Mais on sait faire, vous inquiétez pas »

    – « Mais c’est quelles couleurs que vous allez mettre, j’aimerais quand même savoir »

    -« Ça c’est la surprise du chef, mais pas de problème, si ça vous convient pas vous pouvez revenir en arrière, c’est garantie ! ».

    – « Ok, je suis rassuré alors. Autre question : ça va pas perturber mes employés pendant leur travail : vous savez on fait des trucs hyper importants chez Microsoft et faudrait pas que ça modifie notre planning ainsi que le fonctionnement du matériel dans nos espaces de travail »

    – « Là c’est plus compliqué, faudra bouger les bureaux, enlever des cloisons et en mettre d’autres à certains endroits. Mais tout est déjà pensé à votre place : je vous l’ai dit, on est des pros et on sait ce qu’il faut faire mieux que vous. La couleur rose bonbon et le vert kaki délavé iront très bien dans votre architecture »

    -« Hahahahaha ! Vous avez de l’humour vous ».

    – « Mais je ne rigole pas : c’est ce que vous aurez comme couleurs ».

    – « Hein !!! Mais j’en veux pas de vos couleurs moi »

    – « Trop tard, elles ont déjà été livrées la semaine dernière. Votre réceptionniste a signé le bon de livraison et tout est en stock dans votre sous-sol. Et puis franchement, il y a trop de bleu ici, faut être dans l’air du temps mon vieux, rester dans le coup et être à la dernière mode ; ceux qui gardent leur vieille peinture, c’est des loosers»

    – « Ha non alors, reprenez votre marchandise, on n’en veut pas, ce n’est pas ce que l’on veut ».

    – « Je veux bien les reprendre aujourd’hui, mais dès demain une nouvelle livraison arrivera quand même : c’est automatique ».

    – « Je laisserai la consigne au quai de livraison de la refuser, voilà tout »

    – « Le réceptionniste est à notre solde. Vous pouvez toujours en changer, on a le double des clés de tous vos locaux, alors…. »

    -« Mais… c’est pas possible ça ! Vous n’avez pas le droit ! »

    – « Si j’ai le droit. C’est écrit dans le contrat que vous avez signé il y a 3 ans, article 43bis, paragraphe 57 ter, alinéa 18. »

    – « J’ai signé ça moi ?!? »

    – « Oui-oui, vous l’avez signé »

    – « Je vous empêcherai de repeindre quoi que ce soit »

    – « Pas grave, on viendra la nuit ; et même dans la journée d’ailleurs : on a déjà un commando de peintre infiltré dans votre personnel : je vous l’ai dit, tout est planifié et programmé d’avance ».

    -« Vous avez dit tout à l’heure que l’on peut revenir en arrière si cela ne nous convenait pas : alors je vous le dit maintenant : ça nous convient pas »

    -« Impossible ! Pour revenir en arrière, faut que déjà que les nouvelles peintures (et bien entendu l’abattage et la construction des nouvelles cloisons) soient en place. »

    -« Me voilà coincé alors… et c’est long pour revenir en arrière ? Et tout sera vraiment comme avant ? »

    – « Revenir en arrière sera vraiment très rapide, c’est garantie, on a tout prévu. Par contre, dans de très rares cas, enfin, disons pas trop souvent, tout redevient comme avant : ça dépend si vous êtes manuel ou pas»

    -« Manuel ou pas ? »

    -« Oui, pour manier les pots de peinture et les pinceaux que l’on vous fournira si vous choisissez le retour-arrière. Par contre les parpaings et le ciment ne sont pas fournit pour remettre les cloisons : c’est à votre charge ça. »

    – « Mais c’est pas possible !!! »

    -« Si c’est possible, la preuve ».

    -« On peut vraiment pas refuser ? Allez, soyez sympa, on va perdre beaucoup de temps, de l’argent, et peut-être des données importantes : y a une astuce pour que les travaux ne se fassent pas ?

    -« Bon, vous êtes un brave type, je vais essayer de vous aider : regardez les poches de mon jeans ; si vous m’indiquez en moins de 10 secondes laquelle arrête les travaux, vous aurez gagné. »

    « Heuu…. pffff… la poche arrière droite, elle est pleine et bien visible »

    -« PERDU !!! C’était la mini-poche avant-droite, celle qu’on ne voit pas beaucoup et que personne n’utilise. Bon, on attaque donc les travaux immédiatement. »

    -« Comment ça immédiatement !!???!!! »

    -« Ha oui, je vous l’ai pas dit : si vous tentez le « jeu des poches » et que vous perdez, et bien c’est un accord tacite pour lancer les travaux dans la foulé. Bon, affaire conclue, j’appelle mes ouvriers et vais repérer où mettre les panneaux publicitaires et les webcams »

    – « Panneaux publicitaires !!! Webcams !!! Mais c’est chez nous ici, vous n’avez pas le droit !!! »

    – « Bien sûr que si j’ai le droit : article 87, paragraphe 32 b ; tout est écrit noir sur blanc, et vous l’avez accepté. Mais promis, c’est juste pour voir si vous ne touchez pas aux peintures, et puis aussi pour que les cabinets d’architecture intérieur et des bureaux d’étude puissent savoir comment vous travaillez, rien de confidentiel ne sera divulgué, c’est promis. Allez, je file, j’ai Google, Apple et Androïde à voir encore aujourd’hui».

Répondre

Lire les articles précédents :
Google va encore mettre plus de publicités sur ses services
Google : plus de pubs, toujours plus de publicités…

L’univers de la publicité est en chute libre depuis des années sur le web. Pourtant, assez paradoxalement, Google enregistre chaque...

Fermer