Xbox One : « Contrairement à Sony, Microsoft ne sort pas une Xbox 720 « 

Choisir entre la PS4 et la Xbox One (dont le lancement est aujourd’hui !) n’est pas qu’une question de prix.

La guerre des consoles bat son plein. D’un côté la Xbox One, de l’autre la PS4. Deux consoles nouvelles générations. Un nouveau catalogue de jeux qui va être largement partagé par les deux plateformes. Mais l’une coûte 100€ de plus.

Pour de nombreuses personnes, le choix risque malheureusement de s’arrêter là.

Je ne dis pas malheureusement parce que je suis un partisan inconsidéré de la Xbox One. Les jeux PS4 seront -au moins- aussi bons que sur la console de Microsoft et elle seront toutes deux d’excellents choix à mettre au pied du sapin.
Cet article n’est donc pas un basique PS4 Vs. Xbox One. Il s’agit surtout d’un moyen d’éclairer les consommateurs pour que le choix soit fait en parfaite connaissance de cause. La PS4 & la Xbox One sont tous deux d’excellents choix… mais ce n’est pas qu’une question de prix.

Xbox One : un pari risqué

Si des craintes ont été émises lors des premières présentations de la Xbox One, Microsoft a su rectifier le tir pour faire comprendre que leur nouveau produit était bel et bien une console de jeu pensée pour ravir les gamers.

Mais avec la présentation d’exclusivité comme Ryse, Forza, Dead Rising 3, Titan Falls, Quantum Break, la Xbox a réussi à montrer de sérieux arguments de séduction. Encore une fois, je ne vais pas transformer cela en bête combat Sony/Microsoft puisque la PS4 donnera naissance à la suite de Last of Us, d’Uncharted, mais aussi (et surtout) du prochain jeu de Quantic Dream… 3 jeux qu’il me sera impossible de ne pas acheter. Ce sera donc un choix personnel : à vous de voir quel line-up (hors jeux présents sur les deux plateformes) arrivera le mieux à vous tenter.

Mais là où Microsoft a pris un pari risqué, c’est en choisissant de faire que la Xbox One ne soit pas « qu’une » console de jeu.

Il y a dix ans de cela, Bill Gates avait imaginé un futur où l’ordinateur serait entièrement contrôlé à la voix. Cet avenir n’est pas arrivé aussi rapidement que l’ex-CEO de Microsoft l’avait pensé… mais la première application d’années de R&D en ce sens est disponible aujourd’hui à l’intérieur de la Xbox One.

C’est ce que me résume Hugues Ouvrard (Directeur Marketing Xbox France) lorsqu’il me dit que ce n’est pas la Xbox 720 qu’ils présentent. Ce n’est pas une console qui serait une évolution naturelle de la précédente… c’est autre chose. « Nous voulons aller plus loin qu’offrir une simple console de jeu. »

La Xbox One se veut avant tout une console de jeu évidemment, mais elle veut également proposer des fonctionnalités innovantes en terme de divertissement.

Sony s’était moqué de Microsoft lors du dernier E3, c’est au tour du directeur marketing Xbox France de tirer sur la concurrence en expliquant que : « la PS4 est simplement une version évoluée de ce qu’il faisait avant… ce n’est pas le cas de la Xbox One ».

Il m’invite ensuite à tester par moi-même les fonctionnalités de contrôle à la voix : « c’est une expérience difficile à reproduire en mot… on ne peut le comprendre qu’en l’expérimentant ».

Xbox One : définir un nouveau sens pour le second écran

Entre le passage d’une chaîne à une autre par la voix, et le switch rapide vers un jeu avec seulement quelques mots à prononcer, la Xbox One veut donner un avant-goût de science-fiction.

« La dernière fois que j’ai vu quelqu’un zapper à la voix, me dit Hugues Ouvrard. C’était dans Minority Report, et avant cela dans Blade Runner. »

Mais là où Microsoft pense avoir une carte à jouer, c’est dans le second écran… mais dans une mesure différente de ce que l’on pourrait penser. En effet, ils veulent déplacer le « second écran » pour l’intégrer au premier.

Ce qui signifie que vous pouvez partager un match de football avec un ami via Skype sur la même télévision (là où vous l’auriez fait sur votre tablette/smartphone), et lancer une partie de Fifa avec cette même personne pendant la mi-temps.

De la même manière, là où vous utilisiez auparavant votre « second écran » pour chercher des informations sur les joueurs du match, le score d’un match se jouant en parallèle, etc. Vous allez pouvoir scinder l’écran en deux et demander à voir ces informations sur votre téléviseur.

Cela signifie également que ce qui vous servait jusqu’ici de second écran (votre téléphone ou votre tablette), va pouvoir prendre une nouvelle signification et de nouveaux usages. C’est l’idée notamment derrière l’application smartphone SmartGlass qui veut vous permettre d’interagir directement avec votre écran numéro 1 pour avoir un complément d’informations dynamiques, le plan du niveau dans un jeu, etc.

Si le plus grand nombre de services intégrés (notamment pour les informations NFL, etc.) sont réservés aux Etats-Unis, de nombreuses choses sont en préparation pour la France (qui annonce tout de même une belle liste de partenaires au lancement avec CANAL+/CANALSAT, La TV d’Orange, France Télévisions Pluzz, 6PLAY M6 , MyTF1, MYTF1VOD, SFR TV, Machinima, Twitch et MUZU TV).

Le Kinect n’est pas un accessoire, il fait partie intégrante de la console

Nous l’avons dit plus tôt, pour de nombreuses personnes, le choix va s’arrêter à la différence de prix de 100€. De ce fait, beaucoup ont imaginé que Microsoft vendrait un pack sans la caméra Kinect pour retrouver le même prix que la PS4. Mais ce n’est absolument pas dans la vision de Microsoft.

Pour Florent Greffe, Responsable marketing console Xbox France, le Kinect n’est certainement pas un accessoire… en effet, il fait partie intégrante de la console. Sur la Xbox 360, 60% des gens avaient le Kinect. Ce qui signifie que les développeurs de jeux avaient tendance à ne rien faire de spécifique pour le Kinect, ne voulant pas se fermer à 40% des possesseurs de la console.

Microsoft veut maintenant arriver à l’aboutissement de sa vision pour le Kinect en l’intégrant dans 100% des consoles. Il servira pour contrôler son interface de manière intuitive, pour passer des appels via Skype, à entendre vos commandes vocales, et de nombreuses autres choses.

En effet, il vous suffira d’arriver devant la console pour être reconnu et avoir accès à vos paramètres personnels. Vous sortez de la maison, votre fils arrive devant la Xbox One, il va automatiquement switcher vers ses paramètres, ses jeux, ses messages. La crainte d’un flicage constant a été évidemment soulevé par les joueurs du monde entier, ces fonctionnalités sont donc toutes désactivables dans les paramètres.

Mais en incitant les éditeurs a développer des fonctionnalités Kinect, ils ouvrent des portes à de nombreux mécanismes innovants. Dans Dead Rising 3, alors que vous traversez une pièce remplie de zombie qui ne vous ont pas encore remarqué, si votre téléphone (le vrai dans la vraie vie) se met à sonner, les zombies l’entendront et se dirigeront vers vous.

Et avec sa détection ultra-fine des mouvements, ainsi que de votre rythme cardiaque, les possibilités sont nombreuses.

Une box de divertissement au sens large

Depuis les mauvais effets d’une première communication, Microsoft tient à insister sur la Xbox One comme une console de jeu. Mais elle souhaite aussi être le centre névralgique de l’ensemble de vos divertissements (musique, vidéo, films, jeux vidéo, etc). Avec l’ambition de proposer une expérience innovante, et qui le restera pour les 7 à 8 années de durée de vie d’une console avant de voir arriver la relève.

C’est en cela que la Xbox veut se démarquer et justifier les 100€ qui la séparent d’une PS4.

Alors si vous voulez simplement une console de jeu next-gen et que les exclusivités de la Xbox One ne vous émoustillent pas, la PS4 sera un choix évident.

La Xbox One, avec son interface, ses fonctionnalités et le Kinect, espère séduire les technophiles, sensibles à l’innovation. Du moins dans un premier temps, la volonté étant évidemment d’imposer ces innovations comme l’usage courant que vous souhaitez faire de votre télévision.

Est-ce que la proposition de valeur de la Xbox One sera à la hauteur de leurs espérances ? C’est une question à laquelle nous pourrons répondre après quelques temps de tests… et cela tombe plutôt bien… la Xbox One sort aujourd’hui.

Invité
22 novembre 2013

« En effet, il vous suffira d’arriver devant la console pour être reconnu et avoir accès à vos paramètres personnels. Vous sortez de la maison, votre fils arrive devant la Xbox One, il va automatiquement switcher vers ses paramètres, ses jeux, ses messages. »

Et de nous fliquer chaque heure de la journée… les problèmes de confidentialités/vie privée de la Xbox et de sa kinnect sont passés sous silence dans cet article.

Invité
B-T
22 novembre 2013

« Mais là où Microsoft a pris un pari risqué, c’est en choisissant de faire que la Xbox One n’est pas « qu’une » console de jeu. » -> Il doit y avoir une erreur de syntaxe… « ne soit pas » ? (lendemain de beaujolais nouveau difficile ? ;-)) Malgré cela, article et commentaires toujours aussi pertinents. Merci !

Invité
22 novembre 2013

Partage intéressant, mais ça reste un discours très marketing dans le sens ou la PS4 et la Xbox One font grosso modo les mêmes choses en matière de partage. La PS4 a l’avantage du remote play avec la PSVita, la Xbox One Kinect. Deux écoles différentes.

Par contre l’option second écran est véritablement un ajout pertinent et très utile. Qui n’a jamais en jeu eu à faire une recherche simultanément ? Le faire sans quitter le jeu, sans changer d’écran ni de périphérique, c’est une évolution très appréciable.

Invité
R22cky
22 novembre 2013

Yup, définitivement je trouve la X-Box supérieur à la PS4, cependant il est vrai qu’ils faisaientt un peu flipper MS avec la revente impossible des jeux, la kinect et son micro sans cesse allumer.

Pour ma part, le Kinect sera très souvent débrancher quand je l’aurai acheter. En espérant que je puisse un jour me payer une pièce où il n’y aura que ce type d’appareil avec une TV. Là se sera intéressant, mais j’ai encore le temps.

Sinon ta description de l’usage de cette console me fait en effet rêver, après rien que le fait de voir « réserver aux USA » me rend fou en 2013. La mondialisation ce n’est que trop rarement à notre avantage.

Invité
22 novembre 2013

La PS4 garde quand de grand avantages sur la XBOX One!

Invité
pierre
22 novembre 2013

« Pour Florent Greffe, Responsable marketing console Xbox France, le Kinect n’est certainement pas un accessoire… en effet, il fait partie intégrante de la console. Sur la Xbox 360, 60% des gens avaient le Kinect. Ce qui signifie que les développeurs de jeux avaient tendance à ne rien faire de spécifique pour le Kinect, ne voulant pas se fermer à 40% des possesseurs de la console. »

Microsoft est au courant que la plupart des jeux sont multiplateformes et que les studios ne vont pas se prendre la tête à modifier le gameplay pour le Kinect ?

Invité
For Enjoy
22 novembre 2013

Pour ma part, je marque ma préférence à la PS4, malgré que je sois aujourd’hui uniquement sur Xbox 360 (adieu mes succès), mais le projet me parait plus « stable » et moins utopique…

Tout ce que vous dites dans cet article est vrai avec une bonne dose de marketing derrière. Mais concrétement dans les faits, dans la vie de tous les jours je ne suis absolument pas convaincu par le fait que la Xbox One serait le point d’entrée unique de mes activités télévisuelles…
1m30 pour l’allumer et choisir ma chaine sur le bouquet Orange ou Canal ? J’ai plus vite à allumer tout simplement ma télé.
Regardez comment MS nous avait vendu le Kinect, il y a 2 ans je crois, et ce que nous avons pu en faire après. Une vidéo super sexy : la jeune fille qui choisit ces vêtements, le garçon qui faisait du skate dans son salon et je ne parle pas de la 1ère vidéo avec le projet Milo quand Kinect s’appelait encore Natal… mais dans la vraie vie, une sacrée désillusion passée les 2 semaines de Wahoo effect qui n’en était pas vraiement un. Vous me direz que le périphérique n’est pas totalement exploité OK. Mais je crois qu’il faudra encore attendre un bon moment avant d’avoir un vrai gain avec cette technologie (Cf les 1ère retour de la Xbox one qui ne comprend pas toujours tout).
Alors OK pour l’incrustation des 2 écrans. Mais là aussi, je ne vois pas encore l’utilisation réelle que je pourrai en faire, passé le test au moment du déballage.
Et puis Smartglass existe depuis 1 an avec quel bénéfice ? Se passer de la manette pour piloter sa xbox… C’est un peu près tout. Là aussi pas d’exploitation de l’idée, c’est dommage.
Et je ne parle pas ici des délais qu’il faudra attendre pour une exploitation en Europe (Cf là aussi le délai d’attente sur l’ancien Kinect pour l’acceptation de la voix)

Alors entre avoir une console que fait plein de choses que je n’utiliserai pas ou qui ne m’apporteront rien et une console qui fait ce pour quoi elle est faite… Pour moi c’est tout vu.

La Xbox One ne serait-elle pas la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf ?

Invité
For Enjoy
22 novembre 2013

Ah, j’oubliais…
Un point par contre que je trouve parfait sur la Xbox One, c’est sa manette…
Là, je crois qu’il n’y a rien à dire. Elle est juste parfaite.

 
Lire les articles précédents :
Libon est maintenant utilisable depuis un simple navigateur web

Libon est présent sur tous les fronts. Après s'être incrusté sur iOS et Android, la solution imaginée par Orange Vallée...

Fermer