Xiaomi : une Silicon Valley à la chinoise

Dans une interview accordée à CNET, Hugo Barra a révélé quelques aspects de la culture de Xiaomi et les projets d’expansion internationale.

Hugo Barra

Souvenez-vous. En 2013, Hugo Barra, qui était alors Vice-Président chez Google, a décidé de quitter Mountain View pour rejoindre le constructeur chinois Xiaomi. Son nouveau poste : vice-président international.

Encore présent seulement sur le continent asiatique, Xiaomi fait déjà énormément parler de lui en Europe et aux Etats-Unis grâce à au rapport qualité prix de ses produits et ses ventes exceptionnelles.

En 2012, le constructeur a vendu 7.2 millions de téléphones. Ce chiffre est passé à 18.7 millions en 2013. En 2011, personne ne le connaissait vraiment. Pour le moment, il semble se focaliser sur son marché domestique et quelques pays voisins. Mais celui-ci n’a jamais caché ses ambitions internationales. Le recrutement d’Hugo Barra fait partie des signaux les plus évidents.

Xiaomi : une Silicon Valley implantée dans l’Empire du Milieu

La Chine fait certainement partie des pays qui abritent les plus de constructeurs de smartphones. Certains sont fiables, d’autres le sont un peu moins. Mais la particularité de Xiaomi serait cet héritage qu’il a reçu de la Silicon Valley – voire de Google. Un esprit qui se reflète même avec la décoration des locaux, si l’on en croit nos confrères de CNET.

« Nous commençons tout juste à réfléchir à la construction de produits réellement internationaux. Je pense que Xiaomi est déjà bon à cela du fait de la mentalité de quelques ingénieurs senior. Beaucoup d’entre eux ont déjà travaillé chez Google ou dans la Silicon Valley, et nous avons un groupe d’ingénieurs ex-Facebook. Nous avons des gens avec la mentalité internationale », a affirmé le Vice-président de Xiaomi.

Par ailleurs, le constructeur chinois a peut-être un avantage compétitif par rapport à la Silicon Valley. En effet, la culture d’entreprise très californienne se mélange avec l’amour du travail et l’esprit compétitif des travailleurs chinois.

Les projets de Xiaomi

Outre la Chine, Xiaomi a déjà commencé son invasion du marché international en s’attaquant aux marchés de Hong Kong, Taiwan et Singapour. Actuellement, il développe sa présence en Inde et a déjà une vue sur la Malaisie. Quelques mots du vice-président nous laissent également croire que la sortie officielle du continent asiatique n’est plus lointaine. Celui-ci affirme que dans un ou deux ans, ils auront complètement effectué leur transition dans le développement de produits destinés à un marché encore plus international.

En ce qui concerne les systèmes d’exploitation utilisés, Xiaomi restera entièrement fidèle à Android. Aucun terminal sous Ubuntu Touch ou Firefox OS n’est donc prévu. Un modèle LTE a également été évoqué, mais sans d’avantage de détails.

(Source)
Image : ACROFAN [CC-BY-SA-3.0 or CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Le nouveau CEO de Mozilla est le créateur du Javascript

Mozilla vient d’annoncer le nom de son nouveau CEO. Il s’agit du créateur du langage Javascript.

Fermer