Zynga perd la moitié de ses utilisateurs quotidiens, l’éditeur doit revoir ses ambitions

Zynga annonce de très mauvais chiffres pour le deuxième trimestre 2013. Ceux-ci l’obligent pour l’instant à abandonner ses rêves de jeux d’argent aux États-Unis, mais n’est-ce pas encore plus grave ?

Zynga avait annoncé il y a peu sa volonté de se lancer dans les jeux d’argent en ligne aux États-Unis. La société créatrice de farmville (et de tous les ‘…-ville’) teste actuellement des sortes de jeu de casino sur le Web au Royaume-Uni. Cependant, suite à des résultats plutôt désastreux au deuxième trimestre 2013, l’éditeur choisit d’abandonner ses ambitions et par la même occasion les poursuites de licences adéquates aux US.

Cette décision intervient pour ne pas se disperser entre les systèmes de free-to-play et les jeux payants. La compagnie a décidé de finalement se focaliser sur le premier modèle pour développer ses applications mobiles et maintenir son noyau d’utilisateurs actifs. Noyau qui a bien diminué si l’on se réfère aux chiffres annoncés par Zynga pour le deuxième trimestre 2013. Il y a un an, à la même période, 72 millions d’utilisateurs se connectaient tous les jours aux jeux de l’éditeur. Un an plus tard, ils ne sont plus que 39 millions, une baisse de quasiment 50 % qui vient entraver les ambitions e Zynga.

Zynga

Ajoutez à cela un chiffre d’affaire qui a baissé de 31 %, passant de 332 à 231 millions de dollars. Dans son communiqué, Zynga expliquait : « Zynga croit que l’opportunité la plus intéressante est de rester concentré sur les jeux sociaux en free-to-play. Alors que la compagnie continue d’évaluer ses jeux d’argent avec des tests au Royaume-Uni, Zynga fait le choix de rester concentré et de ne pas poursuivre la [demande de]licence pour des jeux d’argent aux États-Unis. »

Bien évidemment, cette décision n’est pas définitive et l’éditeur pourrait, en sortant de la tourmente – s’il y parvient – repenser à cette volonté de lancer des jeux d’argent en ligne. Avec l’arrivée récente de Don Mattrick, ancien monsieur Xbox, la société devrait s’en sortir si elle réussit à capter de nouveau l’attention des internautes sur ses nombreux jeux free-to-play. « Nous devons revenir aux bases et avoir une vision à plus long terme sur nos produits et notre business » D.Mattrick. Alors, Mattrick a-t-il pris le commandement d’un navire qui prend déjà l’eau ou va-t-il réussir à redresser Zynga ?

(source)


5 commentaires

  1. Dommage pour Zynga, mais si le succès peut venir rapidement, malheureusement la descente peut être soudaine également…

  2. Perdre 50% de ses utilisateurs en seulement 12 mois, c’est juste hallucinant, comment une telle baisse peut-elle s’expliquer ? Par des éditeurs concurrents qui s’octroient une part du gâteau ? (comme King.com)

  3. luckygulli

    C’est assez simple à comprendre. Les jeux sont addictifs, mais il faut faire attention à ce qu’il n’y ait pas de raz-le-bol. Le but des jeux gratuits est de nous faire payer (des bonus avec des vrais sous) ou leur faire de la publicité (en invitant nos amis, car il nous faut des voisins pour faire les missions).
    Quand on voit que les jeux sont plus faits pour leur faire gagner de l’argent que pour nous divertir, on arrête… Et puis, on grandit, on a d’autres priorités…
    En un an, les choses bougent vite : qui joue encore à DoodleJump ? Et aussi, à force de faire des jeux en -Villes, on a l’impression que ce sont tous les mêmes, et c’est pas marrant. Le jeu social, c’est bien, mais pourquoi ne pas ajouter les autres joueurs qu’on a pas forcément en amis ?

  4. Les compagnies, avec l’émergence des nouvelles plates-formes n’ont pas le choix de tenter de se renouveler afin de ressortir du lot. C’est, sans doute, ce queZynga parvient ddifficilement à faire afinde conserver ses parts de mmarché dans le domaine ultra-competitif des jeux en ligne.

  5. Les jeux en ligne payants sortent complètement du savoir faire de Zynga. Néanmoins ne pas tenter la transition alors que me core business fait -30% en 6 mois ca ne ressemble pas vraiment à une bonne ligne. Les temps sont durs pour tout le monde !

Send this to friend

Lire les articles précédents :
LiveMinutes annonce une levée de 1.4 millions de dollars et lance son service de collaboration en temps-réel

LiveMinutes, qui proposait auparavant un service de webconference, lance sa nouvelle plateforme collaborative de gestion de projets et annonce une...

Fermer