BIG : événement catalyseur pour l’innovation française ?

250 intervenants pour plus de 10.000 personnes attendues pendant les 24 heures de cet événement Bpifrance, c’est BIG !

Si le nom BIG pourrait uniquement faire référence à la taille de l’événement, c’est pour faire écho au « Big Bang » qu’il a été nommé ainsi.

En effet, avec 10.000 personnes attendues, l’événement a été pensé pour favoriser les rencontres impromptues, les « collisions » dans l’allée qui se transforment en discussions et -pourquoi pas- en business.

Le programme a été pensé pour faire réfléchir dans tous les domaines, d’où le choix d’un vaste panel de personnes d’horizons bien différents.

En effet, Bpifrance s’est lancé avec la volonté de faire sortir l’innovation du prisme uniquement « techno » pour ouvrir à tous types d’innovations : que ce soit une innovation sociale, organisationnelle, de modèle d’affaire, technologique, marketing ou produit.

BIG

C’est ainsi une volonté majeure avec ce BIG de décloisonner l’innovation pour proposer un événement transversal qui va se faire rencontrer aussi bien des grands comptes, des PME, des ETI, que des start-ups.

Pourquoi ce choix ? Bpifrance est un acteur en contact avec l’ensemble de ces tissus entrepreneuriales, témoin de la grande fragmentation de ces écosystèmes, incapable de travailler ensemble.

Et pourtant, pour insuffler cette innovation dans toutes les typologies d’entreprises, il y aurait un grand intérêt à travailler ensemble pour innover.

Puis, comme Bpifrance n’a pas oublié qu’il y avait une dimension festive à l’innovation, l’événement se poursuit toute la nuit avec le festival de musique électronique des Qwartz.

Quelques heures de sommeil plus tard, et la journée recommence par une séance de yoga dès 6 heures, histoire de reprendre des forces pour la deuxième journée qui va notamment s’intéresser à inciter les grands groupes à faire davantage d’acquisitions. En effet, si on regarde les chiffres français de fusions/acquisitions, nous sommes classés en 4ème place en Europe, alors même que nous sommes le mieux classés en nombre de deals dans le capital risque.

Avec un Google qui a acheté des boîtes possédant une valorisation supérieur au CAC40 sur les 3 dernières années, la France a encore beaucoup à apprendre.

Mais Big, ce sera aussi de nombreux séminaires thématiques pour parler de sujets très pointus pendant 2 heures ou la possibilité de pitcher une idée à une audience, Big veut être fait d’échanges en tous genres.

innogeneration

Mais pourquoi BIG ?

Créé il y a deux ans, Bpifrance avait l’innovation comme l’un de ses axes majeurs. Conscient du fait que l’innovation n’est pas seulement une qualité des start-ups : l’innovation est le liant de beaucoup de choses aujourd’hui en France, l’innovation est à tous les étages.

Mais si les grands comptes, les start-ups, les ETI, les PME, ont tous compris la nécessité d’innover… chacun innove dans son coin, fonçant droit devant avec ses ornières.

Les différentes typologies d’entreprises se parlent très peu, alors même qu’elles gagneraient énormément à travailler ensemble.

Pour Bpifrance, l’innovation est partout. Et BIG souhaite rassembler cette France innovante.

Pour Paul-François Fournier, la mission de BIG c’est de dire que « l’innovation a pris… et maintenant il faut travailler ensemble pour aller plus vite et plus loin. Chasser en meute nous permettra d’être plus efficaces à l’international. »

BIG a ainsi l’ambition de jouer le rôle de révélateur, « il faut que les entrepreneurs français prennent conscience de la puissance de ce qu’ils sont en train de faire ».

BIG va donc rassembler toutes les typologies d’entreprises pour amener cette prise de conscience des autres écosystèmes, des autres opportunités : leur permettre de prendre confiance, prendre conscience, faire des partenariats, des acquisitions, passer à la vitesse supérieure.

« C’est le point d’orgue de notre démarche depuis 2 ans ».

Un aboutissement logique donc, mais pas forcément un rendez-vous régulier.

En effet, ils se laissent le temps de voir comment se déroule cet événement avant de réfléchir à la suite.

« Nous voulons faire quelque chose qui marque les esprits, me dit Paul-François Fournier, c’est très bien si c’est unique… surtout que nous n’aimons pas faire toujours les mêmes choses. »

Leur mot d’ordre, me rappelle-t-il, c’est faire du lien, d’être la « banque du lien » entre les différents acteurs, de jouer un rôle de catalyseur de toutes les façons nécessaires.

Aujourd’hui, BIG sera ce grand catalyseur. Mais demain….


Nos dernières vidéos

Répondre