[CES 2011] Pourquoi le BlackBerry PlayBook pourrait être la meilleure tablette du marché

Au salon de l’électronique de Las Vegas, nous l’avons déjà vu dans les articles précédents, les observateurs n’ont d’yeux que pour les tablettes, et les constructeurs ont tous dévoilé ce qu’ils avaient en magasin lors de la première journée hier. ▶ Posez toutes vos questions sur le nouveau forum Presse-citron En arrivant mercredi au Convention

Au salon de l’électronique de Las Vegas, nous l’avons déjà vu dans les articles précédents, les observateurs n’ont d’yeux que pour les tablettes, et les constructeurs ont tous dévoilé ce qu’ils avaient en magasin lors de la première journée hier.

En arrivant mercredi au Convention Center de Vegas, j’ai été étonné de voir que RIM, qui jusqu’à présent communiquait assez peu sur son futur BlackBerry PlayBook, s’offre quelques grands panneaux publicitaires faisant – quelques mois avant sa commercialisation – la publicité du PlayBook. C’est certainement le signe que la firme canadienne mise gros sur ce format, et profite du CES pour occuper un peu le terrain.

Vous l’avez peut-être remarqué dans mes précédentes news sur le sujet, je m’intéresse de près aux tablettes, mais encore de plus près au BlackBerry PlayBook, car celui-ci a de sérieux atouts dans sa manche, et pourrait séduire de nombreux utilisateurs, y compris ceux qui sont jusque-là encore réservés sur la réelle pertinence de ce marché naissant.

N’ayant pas le don de prédire l’avenir, je ne sais pas si le PlayBook sera un succès ou un flop, mais quelques critères objectifs permettent déjà de dire que ce sera une machine réussie, et même peut-être la meilleure tablette du marché. Voici pourquoi.

Le format

L’iPad (qui reste la référence en matière de tablette) a semblé imposer un standard de fait avec son écran de 10 pouces. Mais nous avons vu lors du test du Samsung Galaxy Tab que le format 7 pouces comportait également de nombreux avantages ergonomiques (poids, prise en main). J’ai d’ailleurs remarqué après que les dimensions du Galaxy Tab sont exactement celles du Kindle d’Amazon. Un format idéal ? Ce sera en tout cas aussi celui du BlackBerry PlayBook, et finalement c’est peut-être le meilleur compromis…

Le système d’exploitation unique

Aujourd’hui, sur le marché des tablettes – et cette segmentation se confirme au CES – il y a trois grands acteurs : Apple et son iOS, Android et Windows 7. Android est en train de tout rafler, et Windows 7 rame un peu derrière. Si Android est en train de s’imposer comme LE système d’exploitation pour tablettes, notamment avec sa version 3.0 Honeycomb, ce n’est pas seulement parce-qu’il est attractif et open source, c’est aussi parce-qu’il est gratuit. Mais cette ouverture peut aussi être son pire ennemi : le marché va être inondé de tablettes avec des versions et des personnalisations différentes, et pour tester actuellement une tablette low-cost sous Android 2.2 pourtant très attractive sur le papier, je peux vous dire que mettre Android sur une machine n’est absolument pas un gage de qualité. Du coup, selon le constructeur on peut avoir le meilleur ou le pire. Et le pire pour une tablette, cela signifie un machin juste inutilisable. C’est toute la différence entre l’excellence absolue, celle de l’iPad (je parle de l’ergonomie principalement), étudiée et améliorée pendant des mois par des hordes d’experts, et un appareil conçu à la va vite par un assembleur asiatique qui n’a pas dû beaucoup entendre parler d’expérience utilisateur. Des constructeurs de cette catégorie, il y en a plein le CES.

Windows 7 quant à lui, n’est à mon avis tout simplement pas un OS adapté pour les tablettes, à moins d’y ajouter une couche ergonomico-graphique, qui ne fera qu’alourdir l’ensemble sans réellement améliorer l’expérience utilisateur.

C’est là aussi que BlackBerry joue sa carte, et elle ressemble fort à celle qui a fait le succès de l’iPad (et avant, de l’iPhone) : un système d’exploitation « maison » unique pour une machine unique. Et donc un OS développé conjointement avec la tablette, et non pas « posé » dessus comme on colle un sticker. On se souvient que BlackBerry avait acquis juste avant le lancement du projet PlayBook l’éditeur QNX Software Systems, éditeur d’un OS qui est devenu BlackBerry Tablet OS. On l’a vu avec Apple : rien de tel que maîtriser l’ensemble de la chaîne de création (hardware et software, qui sont souvent bien plus imbriqués qu’on ne le croit) pour développer une machine performante. C’est ce que fait BlackBerry, et au vu des premières vidéos, la performance et la qualité d’ergonomie semblent bien au rendez-vous.

L’approche marketing de RIM

Même si avec son OS 6.0, nous avons vu que BlackBerry avait quelque peu fait évoluer sa communication vers une nouvelle cible, celle du grand public et des loisirs numériques, la marque reste fortement identifiée à une clientèle de professionnels. En cela son approche est différente : non seulement l’exigence de qualité est certainement plus pressante, mais BlackBerry cultive sa différence en ne cherchant pas à lancer la hype autour d’un produit. Ce qui se traduit par faire la machine dont ses clients ont besoin, plutôt que la machine dont tout le monde parle. Une approche pragmatique et prudente qui lui a assez bien réussi jusqu’à présent. BlackBerry a montré cependant qu’il savait faire évoluer ses produits : le Torch, s’il ne révolutionne pas le segment, est un excellent smartphone, dont la fluidité, la réactivité et l’agrément d’utilisation n’ont pas grand chose à envier à un smartphone comme l’iPhone ou un des meilleurs Android.

Les clients de BlackBerry

C’est le trésor de guerre de BlackBerry : avec plus de 40 millions de clients dans plus de 90 pays dans le monde, des clients fidèles, captifs, et pour nombre d’entre eux accros à la marque, RIM dispose d’une bonne base pour diffuser rapidement sa tablette, à condition bien sûr que la marque sache parfaitement démontrer l’utilité et la complémentarité de celle-ci avec un smartphone BlackBerry. Apparemment c’est prévu, puisque les deux appareils pourront être jumelés et fonctionner en synchronisation, non seulement pour la connexion web, mais également pour l’échange et la sauvegarde de données.  Le PlayBook pourrait donc rapidement devenir le compagnon inséparable d’un Bold ou d’un Torch, via notamment BlackBerry Enterprise Server. Un avantage concurrentiel important, voire déterminant.

L’étendue des fonctions et des possibilités

Si l’on considère les deux références actuelles en matière de tablette, mon impression personnelle est que le PlayBook aura les avantages de l’iPad et du Galaxy Tab réunis, sans leurs inconvénients, soit le meilleur des deux mondes. Pour les avantages de l’iPad, on peut donc citer pour résumer le système d’exploitation unique et développé pour, la fluidité de l’interface et probablement la qualité de fabrication, et pour le Galaxy Tab, le format et la compatibilité avec de nombreux formats, et notamment la prise en charge du format Flash, qui continue à faire cruellement défaut à l’iPad (inutile de relancer le débat sur ce point, je crois que nous avons déjà tout dit, avantages, inconvénients, Flash c’est le mal, etc… mais personne n’arrivera à me convaincre qu’une machine principalement destinée à aller sur le web est mieux sans Flash qu’avec Flash). Sans parler des deux caméras, et notamment celle en façade pour la visio, le port HDMI, le port USB, etc, autant d’équipements présents sur le Galaxy Tab mais pas sur l’iPad.

Je passerai en revanche sur le fait que le PlayBook soit compatible 4G car je pense que dans l’état actuel de la technologie ce n’est pas un avantage concurrentiel, et ce pour plusieurs raisons : depuis la 3G je ne crois plus trop aux sirènes des opérateurs qui promettent depuis des années des débits mobiles toujours plus supersoniques alors que dans la réalité on se retrouve le plus fréquemment avec des débits anémiques et des zones mal couvertes ou saturées. D’autre part, à part quelques points aux USA, la couverture 4G est presque inexistante pour le moment.

L’écosystème ?

Reste la question des applications, sans lesquelles aujourd’hui il est impossible pour un appareil portable connecté d’envisager le moindre début de succès. BlackBerry a annoncé récemment l’ouverture de son programme pour les développeurs d’applications pour BlackBerry Tablet OS. On pourra probablement compter sur plusieurs centaines d’applications disponibles déjà au lancement du PlayBook. C’est peu, mais qui a 200.000 apps sur son smartphone ? Pour ma part j’en ai une centaine et j’en utilise seulement fréquemment une trentaine. Rappelons qu’en seulement une bonne année, le BlackBerry App World a dépassé les 10.000 applications. C’est à mon avis largement suffisant. C’est la créativité qui est importante ici, pas le nombre.

Je ne sais pas si le marché des tablettes va devenir comme certains le prédisent un marché de masse (j’ai autour de moi beaucoup de personnes qui se posent encore la question de la réelle utilité d’une telle machine), mais je suis certain en revanche que dans l’offre pléthorique qui va émerger dans les prochains mois, le BlackBerry Playbook va faire entendre sa petite musique, et qu’elle sera différente des autres. C’est certainement le produit que je suis le plus impatient d’essayer depuis longtemps. Depuis… l’iPad en fait.


La page fan Orange France est partenaire de Presse-citron sur le CES 2011. Cette page est un lieu de partage et de découvertes autour des nouveaux usages numériques qui façonnent nos quotidiens. Avec ce partenariat nous montrons notre volonté de fédérer autour de notre fan page ceux et celles qui partagent cet engouement pour la vie digitale. Pour en savoir plus, rejoignez-nous sur http://www.facebook.com/Orange.France

.


Pourquoi le BlackBerry PlayBook pourrait être la meilleure tablette du marché"]

Nos dernières vidéos

31 commentaires

  1. C’est pas mal, à voir ce que ça vaudra face a une Motorola Xoom.
    C’est un système pensé pour le multitache un peu comme WebOS, c’est sympa je trouve 🙂

  2. Si BlackBerry garde la même philosophie pour ses tablettes, ce truc qui fait que leurs téléphones sont uniques ( on aime ou pas mais le fait est la), je crois que ce PlayBook aura largement de quoi se démarquer et j’espère vraiment qu’elle suivra ton impression personnelle : « le PlayBook aura les avantages de l’iPad et du Galaxy Tab réunis, sans leurs inconvénients ».
    Merci.

  3. Cet OS et le support ont l’air vraiment bien conçus oui.

    Je donnerais quand même un léger bémol au niveau du format. Je travaille en ce moment sur un concept basé sur une tablette et pour en avoir testé pas mal, je peux facilement vous dire que la Galaxy Tab est vraiment petite. Dès qu’on surf sur internet on se retrouve avec le reflex du zoom obligatoire pour lire n’importe quel texte. En gros c’est un peu comme revenir à un smartphone tactile avec quelques pouces en plus…
    Il est vrai que le Kindle a la même taille. J’ai eu l’occasion de lire sur les deux et le Kindle est largement meilleur (écran oblige). La ou le concept « de poche » est confortable pour le Kindle, la Galaxy Tab a besoin d’être plus grande.

  4. Apple en refusant de répondre aux demandes d’un format intermediaire entre l’iPod/iPhone et l’iPad, a laisse une breche ouverte pour la concurrence.
    RIM possede une excellente aura chez les pro, cette tablette pourrait le faire dominer ce format intermediaire pour se diffuser ensuite sur les deux autres, telephone et grande tablette, apres avoir fait reconnaitre son savoir faire.
    J’estime qu’Apple s’est encore une fois endormie sur ses lauriers et a neglige la force reelle de ses concurrents a produire un materiel réellement concurentiel.
    Si RIM avait panique a la sortie de l’iPhone, j’imagine que ca doit etre le feu en ce moment chez Apple…

  5. Très intéressant…a voir effectivement. J’ai un iPad depuis sa sortie et j’avoue que je ne sais pas comment j’ai pu me passer de tablette avant. J’étais iPhone mais je songe sérieusement à passer sur WP7 qui a mis un vrais coup de vintage sur l’interface iPhone.

    Attendons de voir ce que va nous faire Microsoft sur la tablette et windows 8…il sont rarement les premiers mais finissent par le devenir sur le long terme.

  6. Pour moi il n’y a que 3 tablettes qui vaillent vraiment le coup: La motorola XOOM sur Android, l’ipad en V2 pour IOS et la BlackBerry Playbook …

    A près c’est une question de goût et de choix d’OS.

  7. Pingback: Tablettes Archos 70 et 101 à l’assaut de l’iPad | Archos GMini

  8. Je relève comme pfiou que l’ergonomie du playbook s’inspire fortement (pour ne pas dire plus) de celle de palm webos qui reste pour ma part LE modèle le plus abouti pour l’exécution d’applications en mode multi tâche sur un tactile. Les gestes sont les mêmes, les animations très similaires. Espérons qu’il rencontrera son public, à la différence de HP Palm, du moins jusqu’à présent.

  9. Merci beaucoup pour cette actu du CES.
    Vivement que le PlayBook arrive, ça sera le plus pratique suivant ce que je veux faire et donc éviter de transporter un macbook dans le sac.
    Effectivement le format 7″ est le meilleur compromis, ça ne demande pas un sac ou pochette énorme.
    Les avantages de l’iPad et du Galaxy Tab sans leurs inconvénients, si c’est vraiment le cas, il va falloir qu’elle arrive vite cette tablette.
    J’attends avec impatience les tests du PlayBook.

  10. Notons quand même que l’Ipad 2 arrivera d’ici quelques mois, et pourra reprendre tous les avantages des tablettes concurrentes. Néanmoins, j’ai hâte de pouvoir essayer/lire un test de ce Blackberry PlayBook ! 😀

  11. Heu… et quid du petit souci évoqué par Gizmodo :

    « The question is: Who, besides BlackBerry users, is going to want to buy it? The core email and calendar apps are completely tethered to a BlackBerry. Without your BlackBerry, there is no native email or calendar app—just access through the (admittedly good) web browser. »

    source : http://gizmodo.com/5725985/bla.....nch-tablet

  12. Eric

    @Michaël : si, c’est gênant si cela reste ainsi, mais ils vont certainement améliorer un peu cela d’ici sa sortie, enfin espérons

  13. Moi, je parierais plutôt pour le format de l’iPad, en 10″ mini, plus proche d’un format papier. Un comble ?

  14. L’ipad et apple se grillent tout seuls en choisissant de bloquer leurs machines et en voulant tout contrôler, en espérant que le succès des concurrents fasse bouger les choses
    ( ps: allez faire un tour sur mon blog ça serait sympas http://ialex.over-blog.com/) merci !

  15. @Michaël : Personnellement, ça me dérange un peu si ça reste à 4h d’autonomie ou même 5h, je préfèrerai 6h.

    @mhd : C’est pas un problème pour moi parce que j’ai un BlackBerry et puis la tablette m’intéresse seulement en version Wifi vu qu’on peut partager la conexion du BlackBerry sur le PlayBook.

    @ialex : le PlayBook est également verrouillé car ce n’est pas Android et en même temps, je n’accroche pas à Android. Je dois être trop habitué au BlackBerry.

    @Steph : le format du PlayBook m’a l’air d’être le format idéal mais je n’en suis pas sûr vu que je n’ai pas encore pu en tester un. Il ne faut pas oublier que RIM est avant tout spécialisé entreprise donc ils feront tout pour que ça soit le plus pratique pour leurs clients fidèles.

  16. Pingback: Tablettes Archos 70 et 101 à l’assaut de l’iPad | Archos AV Cable

  17. Pour moi une tablette c’est Windows 7 avec l’interface Metro de Windows Phone 7. Au moins on pourra installer des vrais applis.

    Android c’est la panique, IOs c’est la prison, quand à BB côté applis c’est très bof

  18. Pingback: gesundheit: Life Force Multivitamin – OHNE Eisen – 60 Kapseln

  19. Pour moi il est clairement urgent d’attendre la première tablette a encre electronique et water proof qui permettra enfin la vraie révolution majeure attendue, à savoir l’autonomie, la lecture en plein jour confortable reste à espérer que ce soit sous android ou mieux encore sur un moteur de pc comme cela nous pourrons y mettre notre os preféré…

  20. Si l’os et réellement pensé pour la tablette, BlackBerry n’aura aucun mal à placer sa playbook entre l’ipad et les nombreuses tablettes sous android (1.6 à2.2), Microsoft étant à la traine avec son os.
    Pour y parvenir, la playbook n’aura qu’a proposer une navigation ergonomique et fluide, puisque jusqu’à maintenant, aucune tablette sous android excepté la galxy tab de Samsung, n’arrive à le faire.
    Certes la prochaine version d’android conçue pour les tablettes va changer la donne notamment avec Motorola.
    En attendant, le sentiment qui prédomine en testant les nombreuses tablettes sur le marché actuellement, on a le sentiment que les constructeurs veulent surfer sur la vague des tablettes sans se préoccuper de ce qu’attendent réellement les utilisateurs de ce genre d’objet.

  21. Tout ça à l’air vraiment intéressant. Moi qui hésitais à m’équiper d’une tablette (principalement pour mes démarches avec mes clients pour des présentations de qualité) je pourrai bien me laisser séduire par ce PlayBook. J’avoue que l’absence de Flash sur l’Ipad ainsi que son coté exclusif m’a pas mal refroidi. Là on sent une tablette qui propose à la fois une vrai interface ergonomique et des possibilités plus étendues que ces concurrents. Je suis impatient de la découvrir dans les enseignes spécialisées 😉

  22. completement d accord avec Michael, faut peut pas pousser quand meme les gars…

  23. Pingback: Domoclick » Playbook : ça sonne comme un produit Apple, ça surfe comme un Macbook mais c’est la tablette signé Blackberry

  24. Pingback: Tablettes : les fabricants marchent-ils sur la tête ?

  25. Pingback: Les applications Android sur Blackberry PlayBook dans une démo vidéo

  26. Eric

    @Michaël : je découvre ton commentaire à l’instant, avec juste 6 mois de retard 🙂
    On a le droit d’éclater de rire en effet après la lecture de tests peu objectifs faits à la va-vite avec des prototypes mal finis, mais on a le droit de continuer avec 6 mois de recul à penser que le PlayBook est une excellente tablette, en tout cas bien meilleure que toutes les Android que j’ai pu tester, ne serait-ce qu’en termes de fluidité, d’ergonomie et de qualité d’écran…

Send this to a friend